Les chapeaux des impressionnistes

Publié le par Claude Léa Schneider

Les chapeaux de Sara Tintinger Photo Alain Doire
Les chapeaux de Sara Tintinger Photo Alain Doire

Mon amie Sara Tintinger

  • Ce que je sais sur les chapeaux, je l'ai entièrement appris de mon amie Sara Tintinger, Meilleur Ouvrier de France et Chevalier de l’Ordre des arts et des ­lettres, une des rares modistes à savoir encore coudre la paille sur une machine Anita. Elle a travaillé chez Marie Mercié, Dior, Thierry Mugler, Sonia Rykiel et partage aujourd'hui son activité entre les commandes de grands noms de la mode parisienne et son atelier dijonnais : http://www.bibibob.fr/
  • Au cours de l'été 2012, visitant l'exposition du Musée d'Orsay L'Impressionnisme et la Mode et constatant qu'il n'y avait aucune section consacrée aux chapeaux pourtant si présents sur les toiles impressionnistes, je lui ai proposé que nous fassions ensemble une conférence sur ce sujet.
  • Elle a mis à ma disposition tous les ouvrages de sa bibliothèque, j'ai beaucoup lu, elle m'a beaucoup expliqué, je l'ai beaucoup regardée travailler, et nous avons donné plusieurs fois en duo cette conférence-projection-savoir-faire, qui depuis vit de façon autonome et s'enrichit de nos expériences individuelles.
Affiche du Musée d'Orsay
Affiche du Musée d'Orsay

Pourquoi ces chapeaux ?

  • Nous sommes remontées aux sources historiques pour comprendre l'omniprésence du chapeau dans cette 2ème moitié du XIXe siècle.
  • Car non seulement l'usage du chapeau obéit à un code moral rigide et obligé pour tous, mais c'est aussi le moteur d'une industrie très florissante : plus de 14 000 chapelleries en France à l'époque.
  • Fabrication de chapeaux et garnissage de toutes techniques : feutre, paille, plumes, fleurs ...., métiers souvent très pénibles et sous-payés, naissance d'un véritable prolétariat de la chapellerie et essor d'un métier féminin autant admiré que mal considéré, celui de modiste.
Affiche d'une version en plein air de cette conférence
Affiche d'une version en plein air de cette conférence

Une affaire de chimie

  • Tout cela bien sûr, à replacer dans le contexte de la Révolution industrielle, car ce sont les progrès considérables de la chimie qui ont permis la production de masse et l'évolution des teintures et des couleurs en tubes, sans lesquelles il n'y aurait pas eu de peinture hors de l'atelier.
  • Pour le peintre impressionniste, le chapeau est tout autant un marqueur social, un accessoire de mode dont il faut saisir le mouvement sur une silhouette, qu'un fidèle compagnon qui le protège pendant les longues stations à peindre en plein air.

Immédiatement disponible

  • C'est tout cela que j'aurai le plaisir de vous faire découvrir, à l'aide d'une iconographie riche et colorée, car cette conférence est immédiatement disponible.
  • En attendant, saurez-vous reconnaître les auteurs des 3 tableaux ci-dessous ?
Eh eh ! Pas si facile ...Eh eh ! Pas si facile ...Eh eh ! Pas si facile ...

Eh eh ! Pas si facile ...

Publié dans Les Yeux de Goethe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article