TRURG !

Publié le par Claude Léa Schneider

Film d'Erwin Wagenhofer (2005)
Film d'Erwin Wagenhofer (2005)

Matinale Radio Cultures Dijon du 25 mai 16

Un monstre à 2 têtes

  • Cette semaine encore je vous présente le nouveau calendrier du jardinage européen, the New calendar of the European gardening, et aujourd’hui en allemand : der neue Kalender der europäischen Gartenarbeit, pour soutenir le moral des jardiniers d’Outre-Rhin, car la firme allemande Bayer- productrice des néonicotinoïdes tueurs d’abeilles– est en train de racheter Monsanto 55 milliards d’euros, nous préparant ainsi un monstre à 2 têtes.
  • Rappelons au passage que Bayer, issu de IG FARBEN, et dont la devise est « for a better life » a acheté en 1943 des déportés à Auschwitz pour servir de cobayes.
  • Et que Monsanto a produit l’agent orange, le défoliant utilisé pendant la guerre du Vietnam, « we feed the world », ils disent !
Semeuse sur une pièce d'1 franc
Semeuse sur une pièce d'1 franc

Du grain à moudre

  • Ce nouveau calendrier du jardinage européen va donc vous aider à survivre au quotidien dans cette Europe cruelle ! Et aujourd’hui nous avons du grain à moudre.
  • Mais auparavant, vous le savez : tout new calendrier du jardinage a aussi son new almanach qui vous donne des new conseils avisés dont le charme, c’est le dicton, issu de la new sagesse populaire, avec l’évocation d’un Saint du calendrier et surtout une rime.
  • Allez, tous ensemble :
  • Si tu tiens à tes patates, ne mets pas de … (glyphosate)
  • A la Sainte Yvonne, ne prends pas … (d’isoflavones)
  • Alors je vous ai dit qu’on a du grain à moudre. Et le grain, ça se sème.
  • Tout individu de plus de 25 ans se souvient d’avoir mis dans sa tirelire des pièces argentées d’1, 2 ou 5 francs, ornées d’une Semeuse.
  • Cette Semeuse en costume de Marianne, créée par Oscar Roty en 1887, symbole de fertilité et de prospérité d’une France paysanne, coiffée du bonnet phrygien, semant ses graines d’un geste auguste devant les rayons du soleil. On la trouve encore, mais sur nos petites pièces jaunes, voyez comment elle s’est dévaluée.
Semeuse de centime d'euro, France
Semeuse de centime d'euro, France

Décérébrée ?

  • Quant à la tête de Marianne sur nos tout petits centimes d’euros, ceux dont tout le monde veut se débarrasser- et d’ailleurs il y a même des pays européens qui les ont supprimés- non désolée, je ne vois pas l’ébauche stylisé du bonnet phrygien sur sa tête, je vois même une tête de femme coupée au ras du front, sans doute parce qu’on l’a décérébrée, et je vois juste au premier plan un mouvement de boucles de cheveux qui transforme le symbole de la République en pub pour l’Oréal !
  • Vous me direz alors : mais c’est normal, nous ne vivons plus dans une France paysanne, et là je vous arrête :
  • parce que la France reste le 1er exportateur mondial de plants et de semences agricoles, et le 3ème marché intérieur pour les graines après la Chine et les Etats-Unis, c’est une filière qui réunit 72 entreprises et près de 18.000 agriculteurs.
  • Donc quand t’avais fait quelque chose de bien, tes parents te donnaient parfois une Semeuse. Mais quand un autre avait fait mieux que toi, ils te disaient : « prends–en de la graine », voulant te dire par là que c’était un bon exemple à suivre, parce qu’une graine, ça se sème, et ça se ressème, ça pousse, c’est vivant, c’est un haricot magique, c’est la source de toute culture.
Graines de courge
Graines de courge

Le monde selon GURTs

  • Mais c’était à l’époque où l’une des filiales de Monsanto n’avait pas encore inventé la graine stérile !
  • La graine rendue stérile, parce que génétiquement modifiée, un système baptisé Terminator, qui dépasse en épouvante tous les films d’horreur que vous avez vus.
  • Mais comme une majorité écrasante de la population européenne rejette les OGM, et que d’ailleurs de nombreux États en ont interdit la culture, ces multinationales de l’agrochimie se sont demandé comment contourner la loi, alors elles ont inventé des technologies encore plus fines, en anglais des GURTs.
  • En bon français, ça s’appelle des TRURG, des Technologies de Restriction de l'Utilisation des Ressources Génétiques ou T-R-U-R-G !
  • Ces technologies empêchent la réutilisation des semences lors de la saison suivante, ce qui fait que si je récolte des graines de mes plantes dans mon champ ou mon jardin, je ne peux pas les ressemer, elles sont stériles, je dois en racheter ! On a inventé un moyen de stériliser la nature, génial les TRURG, non ?
Pommes "Belle fille de la Manche"
Pommes "Belle fille de la Manche"

Quand on me dit TRURG

  • Quand on me dit TRURG, je ne sais pas vous, mais moi je dis argh ! je dis argh parce que ces multinationales se targuent de nourrir le monde, mais elles se liguent, nous narguent et nous conduisent à la morgue !
  • Quand on me dit TRURG, moi, sur un ton rogue, je dis argh et puis j’argue ! j’argue qu’on ne sait pas ce qu’elles nous fourguent, dans quoi elles nous embringuent. Vraiment ça schlingue ! ça me flingue, ça me déglingue ! ça vous rend pas dingues ?
  • Et l’arrêt des TRURG, c’est-ce que demandent la majorité des agriculteurs d’Europe, le droit de cultiver dans le respect de la biodiversité, sans OGM, le droit de réutiliser les semences paysannes, de fermes, de jardins, de les échanger et de les vendre librement.
  • Les graines sont vivantes et elles ont un passé – elles ont été cultivées parfois depuis des siècles et la biodiversité, c’est le patrimoine de la nature, c’est un bien commun : c’est ce qui te permet de croquer dans une Marie-Doudou ou une Belle Fille de la Manche, dans une Calville ou dans une Reinette, ou dans l’une des 100taines de variétés de pommes dont certaines datent d’avant le XIe siècle.
On voudrait nous faire croire
On voudrait nous faire croire

On voudrait nous faire croire

  • Alors ces multinationales de l’agrochimie, sentant notre résistance, elles se disent, tiens, on va faire plus fort ! et si on brevetait le vivant ? si on faisait de la nature un monopole privé ? Bah oui, quoi, plus c’est gros, mieux ça passe ! Et c’est ce qui est en train d’arriver en Europe.
  • Car ces multinationales ont illico demandé en Europe le droit de déposer des brevets sur les plantes ou des parties de plantes, le droit de déposer ce qu’on appelle des COV, des Certificats d’Obtention Végétale, une prétendue forme de « droit de propriété intellectuelle » détenu par les "obtenteurs" d’un type de semence et ces multinationales viennent de l’obtenir !
  • La Grande Chambre de Recours de l'Office Européen des Brevets vient de leur accorder ce droit ! Ainsi l'Office européen des brevets vient de valider le brevet d’un brocoli génétiquement transformé.
  • Et on voudrait nous faire croire que s‘approprier le patrimoine génétique des légumes, c’est pour le bien de l’humanité ! alors là j’encourage sur le champ tous les brocolis libres qui nous écoutent à muter en choux anthropophages.
  • Et on voudrait nous faire croire que la diversité des plantes cultivées, amendée par des générations depuis la nuit des temps, c’est une « propriété intellectuelle », et là j’invite Beaumarchais, père du barbier Figaro et inventeur des droits d’auteur pour empêcher les artistes de son temps de crever de faim, à se retourner dans sa tombe et à hanter de cauchemars affreux ces déposeurs de prétendus brevets.
  • Ces semenciers industriels qui veulent se faire plein de blé en s’appropriant les espèces vivantes, qui méritent qu’on leur fasse manger des pissenlits OGM par la racine et qui commencent à nous courir sur le haricot !
  • Et pour conclure le new almanach du new calendrier du new jardinage européen vous donne aujourd’hui ces 3 conseils avisés :
  • A la Sainte Armance, protège tes semences.
  • A la Saint Hugues, méfie-toi des TRURG.
  • Et si la Semeuse disparaît, fait travailler …ton cervelet.
  • Tiens, moi, toutes ces mauvaises graines, ça me donne envie d’écouter Nick Cave and the bad seeds !

Publié dans Chroniques

Commenter cet article