TTIP

Publié le par Claude Léa Schneider

Europe, gentille Europe ...
Europe, gentille Europe ...

Matinale Radio Cultures Dijon du 1er juin 2016

Alouette, gentille alouette ...

  • Bonjour, je me réjouis d’ouvrir cette new page car elle va me permettre de vous donner des noms d’oiseaux. Je vais en effet vous parler de nos amis les oiseaux qui peuplent nos villes z et nos campagnes z européennes, qui survolent nos champs z et nos vastes plaines, comme la gentille alouette. Vous connaissez tous la célèbre comptine Alouette, gentille alouette, je te plumerai ?
  • En ce moment, le matin en ouvrant vos fenêtres, vous entendez tu-di, tu-di, tu-di ! Qu’est-ce que c’est ? C’est la mésange ! C’est même la mésange charbonnière !

Le TAFTA, un rapace migrateur

  • Mais si vous êtes un peu plus attentif, vous entendez un autre oiseau : il fait t-tip, t-tip, t-tip, ou plus exactement t-t-i-p, t-t-i-p, t-t-i-p. Qu’est-ce que c’est ? Vous l’avez reconnu ? C’est le TAFTA ! Attention ! c’est un rapace migrateur venu d’outre Atlantique, qui plane au-dessus de l’Europe depuis plusieurs années et qui aimerait bien y faire son nid. Il vole accompagné de son cousin canadien, un autre oiseau de mauvais augure, c’est le CETA !

Or, c’est assez, dit la baleine

De l’Union européenne,

J’me bats depuis 30 ans,

Contre les OGM, le polypropylène,

Le carbure de tungstène,

Cette fois-ci, c’est la combientième ?

TAFTA, CETA, c’est du pareil au même,

Vers quoi on m’entraîne ?

On m’chante un requiem ?

J’aimerais bien, de temps en temps,

Qu’on m’ lâche un peu l’écosystème,

Et qu’on m’aime aussi pour moi-même !

Logo TAFTA
Logo TAFTA

Mais le TAFTA est un oiseau chanteur, il répond :

Alouette, Gentille alouette européenne, je te plumerai !

Je te plumerai la tête, et les brevets, et l’industrie de pointe,

et les marchés, et la traçabilité,

et les appellations contrôlées, et la biodiversité,

et l’économie solidaire, et les normes sanitaires, et …

Mais objecte la gentille alouette européenne :

Euh, comment dirais-je ?...

J’avais tracé des lignes rouges, euh …

Et vous n’avez pas le droit, euh …

Et nos Etats sont souverains, et

Pauvre petite Europe naïve, lui répondent TAFTA et CETA ,

Quand tu auras signé de tes plumes

Un traité que tu n’as même pas le droit de lire,

Nous te plumerons tout entière !

On voudrait nous faire croire
On voudrait nous faire croire

On voudrait nous faire croire :

  • que l’accord de libre-échange transatlantique se prépare en toute transparence, alors que le TAFTA, c’est l’o-mer-ta !
  • D’accord, les documents sont consultables à Paris -il a plus de 400 pages- mais comme le dénonçait récemment Le Figaro :
  • 1) il faut s’inscrire à l'avance,
  • 2) il faut être tout seul, on ne peut pas y aller à deux,
  • 3) la salle de lecture est sans fenêtre,
  • 4) il est interdit d’y rentrer avec un téléphone portable,
  • 5) toute copie est interdite
  • 6) il y a toujours quelqu'un pour vous surveiller
  • 7) et on n’a droit qu'à 45 minutes, ce qui fait environ 10 pages à la mn !
  • Bon alors, les lecteurs qui trouvent que c’est normal et que ça leur donne confiance, peuvent me contacter tout de suite sur ce blog. Ils ont gagné 2 places de ciné pour un remake du Projet Blair Witch tourné dans la salle de lecture du TAFTA.
Bonne lecture !
Bonne lecture !

Des tribunaux privés pour bafouer la loi

  • On voudrait nous faire croire qu’on n’a rien à craindre du traité transatlantique, alors qu’il y aura des tribunaux privés qui « protégeront », avec des gros guillemets, les investisseurs multinationaux des législations des États, des États de droit comme le nôtre, pour leur permettre de bafouer la loi !
  • Et alors que la France dit lutter contre ces tribunaux privés d’exception qui seront au service des multinationales, qu’est-ce qu’on apprend sous la plume des Décodeurs du Monde du 19 mai dernier ?
  • Que, à l’instigation du réseau Seattle to Brussels, la France, l’Allemagne, l’Autriche, la Finlande et les Pays-Bas sont en train de négocier secrètement l’instauration d’une juridiction d’exception européenne au service des entreprises souhaitant attaquer les décisions des États !
  • C’est sans doute pour ça qu’en ce moment, une pub à la télé nous engage à prendre un avocat.
  • Et j’encourage tous les étudiants en droit qui nous écoutent à bien réviser leurs cours et à réussir leurs examens pour être capables sans tarder d’instaurer des super-tribunaux privés de super-exception qui assigneront au tribunal les tribunaux privés d’exception du TAFTA qui assigneront au tribunal nos tribunaux de droit !
Abonne-toi !
Abonne-toi !

TAFTA = T'AS DU TAF ?!

  • On voudrait te faire croire que le TAFTA va créer des emplois. T’avais pas compris ? TAF-TA ça veut dire T’AS DU TAF !
  • Parce que tu t’imagines qu’avec le boum des travailleurs déplacés déjà employés par les entreprises pour contourner la législation du travail en toute légalité, les investisseurs qui vont venir s’implanter en Europe grâce au TAFTA et au CETA vont penser à toi pour t’embaucher, avec ton joli paquet de charges sociales ? Alors là, si tu crois ça, je te conseille de t’abonner à Pinocchio Magazine.
  • Mais je vous avais promis des noms d’oiseaux, et je m’aperçois que je n’en ai pas dit tant que ça.
  • Vous ne trouvez pas qu’il manque : butor, vautour, nuisible, guêpier, pingouin, pigeon, dindon de la farce et politique de l’autruche ?
  • Alors pour conclure, le new almanach du nuovo calendario der neuen Gartenarbeit européen se termine d’une plume alerte et vous donne ce super conseil avisé :

Le TAFTA est un pack opaque

qui te raconte des kraks.

N’attends pas Pâques,

ni la St Jacques.

Contre-attaque

avant qu’on t’arnaque.

Y aura pas de come-back.

Publié dans Chroniques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article