Les aventures de Mme Sanlardon (1)

Publié le par Claude Léa Schneider

Fabrication traditionnelle de la choucroute d'Alsace

Fabrication traditionnelle de la choucroute d'Alsace

Les aventures  de Madame Sanlardon,  

Club Sandwich n°19 du dimanche 5 février 2017

Aventure n°1,

ou comment mesurer le taux d’islamophobie dans une charcuterie française.

Savez-vous planter les choux ?  Car si les choux appartiennent à la famille des Brassicacées, pour les planter il ne faut pas être un bras si cassé que ça.

Savez-vous planter le chou à la mode de chez nous ? le chou pommé ? le Brassica oleracea capitata? le Quintal d’Alsace ? le Précoce de Louviers ? le Pointu de Chateaurenard ? Le Cœur de bœuf des vertus ? Non ?

Remarquez que si vous appelez votre copain « mon chou », et que vous hésitez sur le féminin « ma chouchoute »  dites « Honney », « Mein Spatz ! » ou « My sweet »,  ne dites pas à votre copine « ma choucroute », elle risquerait de mal  le prendre. Et c’est un tort !

Dessin de Hansi

Dessin de Hansi

Car qu’est-ce que la choucroute ? une noble préparation traditionnelle d’Alsace obtenue par fermentation, dans des fûts, de lanières de chou blanc, additionné de sel, aliment bon marché, léger, peu calorique, diététique, très riche en vitamine C, idéal pour éviter les rhumes d’hiver, qui a préservé du scorbut des générations de matelots depuis le 18ème siècle et qui est venue jusque dans nos assiettes parce que les Allemands- ou plutôt les Prussiens comme aurait dit mon arrière-grand-mère- avaient annexé l’Alsace en 1871 et  contraint des milliers d’Alsaciens  à émigrer, en emportant dans leurs bagages leur savoir faire  la choucroute.

A cet instant,  à table, devant la choucroute familiale du dimanche midi dont vous  êtes en train d’expédier la 2ème assiette, vous haussez un sourcil incrédule : comment ? la choucroute légère et diététique, vous étonnez-vous, en la sentant déjà  peser sur votre estomac ? Eh oui, une portion de 200g de choucroute ne fait que 40 kcalories. Chez nous, on en mange souvent.

Ah, mais c’est parce que vous, vous êtes en train de manger une  choucroute garnie, garnie de charcuterie ! avec son cortège de saucisses trop roses, de couenne gélatineuse, de côte de porc incarcéré  et de jambon reconstitué !

Dessin de Hansi

Dessin de Hansi

Vous dites : quoi ? Une choucroute sans charcuterie ? sans lardons ? à cette idée, vous pensez tomber dans les pommes, d’inanition virtuelle,  car déjà votre estomac commence à ballonner pendant que vous entamer la 3ème assiette.

Eh bien oui, faites tomber la choucroute dans les pommes, de préférence des Canada grises que vous aurez laissé caraméliser dans un verre de cidre, c’est délicieux et  laissez donc les cochons galoper dans les prés ! Le cochon est un animal très intelligent, sensible, affectueux et bien élevé pourvu qu’on l’élève. Il peut être aussi proche de nous qu’un chien. Vous reprendrez bien un peu de choucroute au chien, peut-être, avec quelques pommes de terre ?

Tiens, pourquoi tout à coup  cette grimace  horrifiée ? Quand vous aurez digéré, ce soir avant le dîner, vers  19h 30, juste avant de repasser à table pour finir les restes de charcuterie du dimanche, essayez donc  de poser clairement ce problème philosophique et éthique : pourquoi dans votre assiette un animal, et pas l’autre ?

 

Souvent, quand je suis pressée, j’achète de la choucroute déjà cuite, car faire cuire la choucroute crue, c’est meilleure, mais ça demande du temps. Généralement, chez le charcutier ou le traiteur, la choucroute est cuite avec du genièvre, et des lardons.

Au marché, demander au  charcutier qui est habitué à mes singularités « 700g de choucroute  cuite sans lardons, s’il vous plaît » ne pose aucun problème : dans le brouhaha de la cohue du samedi matin, nul n’a entendu, que lui, et il me remplit avec le sourire une barquette en évitant soigneusement les lardons. Ce pourquoi je l’achète chez lui.

Mais j’ai eu tort un jour de lui faire une infidélité. Les aventures de Madame Sanlardon commencent  un samedi de décembre 2016 dans un commerce dijonnais, homonyme d’une célèbre épicerie de luxe de la place de la Madeleine à Paris, parce qu’il m’était venu l’idée de comparer les choucroutes.

Cette échoppe bourgeoise et réputée présente la particularité de laisser très peu de place aux nombreux clients qui s’étirent en une longue file étroite coincée devant le présentoir vitré. J’attends longtemps, vient mon tour et je demande poliment : « Vous avez de la choucroute cuite sans lardons, s’il vous plaît ? »

A cet instant, dix paires d’yeux s’écartent brutalement de la contemplation béate de l’étal  pour me considérer avec indignation ! Va-t-on me dénoncer illico à la brigade anti-terroriste ?  j’entrevois dans le regard de certains l’étonnement que je ne porte pas de foulard, et dans d’autres un éclat métallique de menottes. Eh oui c’est ainsi aujourd’hui dans une partie de la société française, l’islamophobie va se nicher partout :  pas de porc = islam, islam=islamiste ! c’est une schématisation tellement facile, tellement simple !!!

L’employée de la charcuterie me répond gentiment que non, leur choucroute cuite est généreusement pourvu en lardons. Ne voulant pas avoir fait la queue pour rien et parce qu’elle est très aimable, je demande alors s’il y des tartes aux légumes « sans viande »  et j’achète de délicieuses tartelettes provençales.

Déjà je sens la tension baisser d’un cran. Ah, c’était donc ça : les voilà rassurés ! Ahh… Elle est végétarienne : c’est une secte, ils sont fous, mais pas dangereux. Encore que, quand ils veulent filmer un abattoir …

C’est alors que vos amis que vous accueillez pendant leur séjour en Bourgogne, qui sont Anglais ET végan, ce qui vous occasionne quelques cauchemars en cuisine, vous demandent pourquoi sur les tasses qu’ils viennent d’acheter place de la Libération à Dijon, il est écrit « Trop choux les hiboux ». Sur leur application smartphone, ils ont lu que « chou » veut dire « cabbage », et là je vous sens mal embarqué/e dans l’explication en anglais …

A bientôt !

Le podcast complet du Club Sandwich est ici :

http://www.radio-cultures-dijon.com/podcasts/club-sandwich-emission-du-dimanche-5-fevrier-2017-143

Et pour finir sur une belle histoire : celle d'un jeune taureau qui était resté attaché toute sa vie, mais un jour ...

Publié dans Chroniques

Commenter cet article

Jacques 15/02/2017 18:56

Ah oui, forcément, si on va à la Bonne Choucroute demander du sans viande, ils sont étonnés, et croyez moi à mon avis rien à voir avec l'islamophobie. Vous vous êtes simplement retrouvée face à des viandards étonnés qu'une veggie/vegan ce que vous voudrez se présente au comptoir demander du sans lardons! Je ne cautionne absolument pas l'islamophobie, sous aucun prétexte, mais parfois il me semble qu'il n'est pas toujours bon de prêter de fausses pensées aux autres. Bien à vous.

Claude Léa Schneider 16/02/2017 09:39

Certes j'ai forcé le trait car mon propos, vous l'aurez compris, est humoristique. Cette assimilation, je veux bien croire que vous ne la faites pas, mais malheureusement il y en a un certain nombre qui la font. Il n'y a qu'à voir comment certains brandissent sur facebook le saucisson Cochonou - une marque rachetée par les Chinois ! - comme l'arme nationale anti-islam. Et je ne parle pas de ces réunions professionnelles dites "conviviales" où il n'y a que pain, vin et charcuterie, dans l'intention, à peine déguisée, d'en écarter certains, et pas les végétariens. Et je ne parle pas du très pénible débat auquel on a assisté sur les menus des cantines ...
Pour ma part, je ne suis pas vegan. Je suis, depuis de nombreuses années, de plus en plus, lentement mais sûrement, végétarienne. Pour défendre une cause, se battre contre les préjugés, lutter contre la radicalisation, l'humour me semble un bien meilleur vecteur qu'un discours moralisateur. Le discours radical que tiennent les vegan purs et durs, " à la berlinoise", me semble à cet égard contre-productif. Même si l'horreur des abattoirs est réelle, vous le savez.
Mais il est vrai que dans un commerce, dans un restaurant, j'aime bien titiller un peu, pour faire comprendre que d'autres choix éthiques existent et qu'il faut les prendre en compte. Et l'idée progresse ... Ce sera l'objet d'autres "Aventures de Mme Sanlardon". Bien à vous.