Zappar, amour et réalité

Publié le par Claude Léa Schneider

Zappar, amour et réalité

Club Sandwich n°21 du dimanche 19 février 2017

Zappar, amour et réalité

Tout a commencé quand j’ai reçu le n°1370 du Courrier International, mon hebdomadaire préféré, auquel je suis abonnée depuis 15 ans. Avant j’étais abonnée à Picsou Magazine, que j’aimais bien aussi parce qu’il y avait toujours une page de ce jeu qui consiste à relier avec un crayon des points numérotés pour obtenir un dessin. J’aimais particulièrement dessiner la tête de Donald. Mais je suis contente d’avoir changé d’abonnement parce qu’aujourd’hui un autre Donald m’a gâché mon vrai Donald.

Donc le n° 1370 du 2 au 8 février m’annonce : « un numéro en réalité augmentée ». Je me dis chouette, déjà que la réalité de 3  373 000 chômeurs, c’est pas mal, alors en réalité augmentée, on va atteindre les 4 millions, ça va être super.

J’ai fait ce qu’on m’a dit en page 4 : j’ai téléchargé l’appli Zappar pour pouvoir scanner mes Zapcodes, j’ai branché le casque, et me voilà partie. J’ai vu la voiture de la couverture s’envoler, j’ai parcouru les fuseaux horaires, j’ai survolé l’Antartique avec Air Antartica, et ô merveille, p 37 il y avait un dessin avec des points numérotés à relier – c’est la 1ère fois qu’ils font ça, au Courrier International, alors là je ne regrette plus du tout mon abonnement à Picsou Magazine. Quel dessin allait apparaître ? J’avais hâte de le savoir !

Au lieu de prendre un crayon, j’ai donc scanné le Zapcode, et d’abord j’ai entendu des chants d’oiseaux, puis, le dessin s’est tracé tout seul, et puis j’ai vu apparaître un vrai loup qui s’est animé et qui a fait « ououhh !!! ».

 

 

J’ai trouvé ça vraiment super et je me suis dit que ça allait révolutionner les livres et même toute l’histoire de la littérature, qu’il allait falloir récrire avec des zapcodes tous ces vieux bouquins. Et je me suis dit qu’on allait demander ça à Google vu qu’il s’est déjà approprié une partie de la littérature mondiale. Par exemple La Dame aux Camélias d’Alexandre Dumas pourrait devenir La Dame aux Caméras, d’Alex Madus, et mourir comme ça,  vraiment, sous nos yeux, en scannant le Zapcode, en réalité augmentée  avec toutes les caméras qui la filmeraient en réality show.

Cette histoire d’amour de Dame aux Camélias m’a rappelé que la St Valentin approchait, et  je me suis mise à chercher sur le net  une jolie phrase originale sur l’amour et je suis encore retombée  sur cette vieille citation de St Exupéry : « Aimer, ce n'est pas se regarder l'un l'autre, c'est regarder ensemble dans la même direction. » Et aussi sur son  « On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux. » dans Le Petit Prince. Cette vieille histoire, ça m’a vraiment  énervée.

 Parce que le Petit Prince, parlons-en, cet espèce d’allumé du réverbère, qui prétend avoir vu  sur son astéroïde, le soleil se coucher 44 fois à la suite, alors qu’on n’avait pas encore  inventé les casques de réalité augmentée ! Un mec menteur qui n’arrive pas à se faire de potes. Bien fait pour lui ! Il n’a qu’à pas arracher les baobabs ! Et la biodiversité, hein, tu y as pensé ? Et la protection de l’environnement. Le mec  qui dit qu’il ne faut jamais écouter les fleurs !

 

Mais si, il faut les écouter, les fleurs ! Il faut même leur jouer de la musique, comme aux vignes, aux fruits et aux légumes. Et puis, un renard ! Y a pas de renard dans le désert, c’est un fennec ! Et puis : « S'il vous plaît… dessine-moi un mouton ! » D’abord il y a une faute de français que je me suis empressée de signaler à Bescherelle Ta Mère. Et puis « Dessine moi un mouton »  pour quoi faire ? pour le mettre dans une caisse ! En plein désert ! Sans rien à boire ! Et les droits des animaux alors ? Et elle est  minuscule la caisse sur le dessin du bouquin ! C’est pas normal ! Encore un mouton OGM !

Deux souris qui portent un gène codant pour une protéine fluorescente entourent une souris non transgénique. © Moen et al., BMC cancer

Deux souris qui portent un gène codant pour une protéine fluorescente entourent une souris non transgénique. © Moen et al., BMC cancer

A propos de mouton OGM, justement ça m’a rappelé quelque chose que j’avais lu dans Le Monde qui relayait une info du Parisien. Il paraît qu’il y a quelques temps, en région parisienne à l’INRA, une agnelle, qui s’appelait Emeraude, avait été génétiquement modifiée avec une protéine de méduse, la green fluorescent protein, pour rendre sa peau transparente et fluorescente,  afin de faciliter des greffes. On en pensera ce qu’on voudra, toujours est-il qu’ à l’automne suivant, Emeraude  a donné naissance  à une autre agnelle OGM, laquelle au mois de novembre 2014, a été abattue par erreur, ou mauvaise intention, on ne sait pas,  et commercialisée à un particulier d’Ile de France, on ne sait plus à qui non plus, comme viande de boucherie. Et là normalement, vous êtes médusés !

 

Même si, selon l’INRA, « il n’y a pas de risque sanitaire »- pas de risque sanitaire, mon œil ! ou plutôt mes trois yeux !   Et si,  dans le RER, vous croisez un gars, un peu gélatineux-verdâtre, avec beaucoup de bras, vous pourrez en déduire qu’il aime le gigot d’agnelle. Peut-être que cette histoire est  à l’origine, à Sèvres,  du mythe de Médusor de Fais pas ci, fais pas ça,   on ne sait pas vraiment non plus…

Mais revenons à notre premier mouton.

Donc, pendant que Mélanchon jouait à Pokemon Go aux Docks d’Aubervilliers, ce qui était bien vu, parce que la réalité augmentée de son hologramme fascinait et empêchait de réfléchir à la réalité de son programme, comme j’étais vénère avec cette  histoire  de Petit Prince et de citation que je n’arrivais pas à trouver, j’ai composé le n° de téléphone de  St Exaspéry sur mon mur tactile, et je l’ai appelé pour lui demander  qu’il nous re-write tout ça. Dans la vraie vie, St Exaspéry est dialoguiste pour drones chez Microsoft. Il est l’auteur bien connu de Vol de Nuit MH 370 Malaysia Airlines  et de Pilote de Gears of War.

St Exaspéry a donc re-writé pour vous quelques citations  du Petit Prince et de  Terre des Hommes.

Ce qui donne, dans Le little Ceprin :

 « -STP, dessine-moi un mouton !

  • Dessiner ! Non ! on fait plus ça. De quelle planète tu viens ? Télécharge l’appli Zappar sur ton Galaxy S12 (petite note en bas de page : placement de produit), scanne le Z que je suis en train de tracer dans le sable du désert. Bon, et là, tu le vois ton mouton, tu l’entends ? Bien, maintenant, fous-moi la paix, joue avec ton mouton virtuel et  laisse-moi appeler Air Qatar Assistance pour qu’ils viennent me réparer mon Rafale. »

Et puis une autre citation du  little Ceprin :

« On ne voit bien qu’avec ses Google Glass,  l’essentiel est invisible pour les yeux. »

Et maintenant que la  St Valentin 2017 est passée et que votre Androïd  vous a permis d’augmenter  la réalité de votre amour, vous apprécierez tout particulièrement cette citation de  St Exaspéry dans son dernier book  Terre des Geeks :

« Aimer, ce n’est pas se regarder l’un l’autre, c’est regarder chacun son écran,  en se tenant par la main. »

Bon allez, tout ça, ça me déprime : je vais aller m’imprimer du chocolat en 3D.

Christophe : Finalement, il manque le fennec dans ton histoire !

Moi: Il manque le fennec ?  Eh bien le voici sur le lien ci-dessous :

Nekfeu - Réalité Augmentée

https://www.youtube.com/watch?v=itLckw1v0jE

Et le podcast complet du Club Sandwich est ici :

http://www.radio-cultures-dijon.com/podcasts/club-sandwich-emission-du-dimanche-19-fevrier-2017-190

A bientôt !

Publié dans Chroniques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article