Exclu !

Publié le par Claude Léa Schneider

Exclu !

Club Sandwich n° 24 du 19 mars 2017

Exclu !

Exclu ! Depuis quelques temps je reçois sur mon mobile ce message de la part d’enseignes commerciales auxquelles j’ai eu la faiblesse de céder mes coordonnées. Ou peut-être qu’elles m’ont été extorquées à la faveur d’une promo bidon.

Et pourquoi je suis exclu/e, je me demande ? qu’est-ce que j’ai fait ?

 Non, erreur ! il ne s’agit pas du participe passé du verbe exclure, d’une injonction qui m’enverrait immédiatement sur le banc de touche ! il s’agit du nom exclusivité radicalement tronqué et raccourci à  deux syllabes. Ex-clu ! Exclu= Exclusivité !

 

Ah bon ! Ce n’est donc pas une mise au ban de la société, mais au contraire une invitation qui me montre que je fais partie d’un petit nombre de privilégiés partageant des privilèges privilégiants, des bonus bonifiants, des avantages avantageux, des faveurs favorisantes, des droits exclusifs dont je peux jouir, une prérogative de client privilégié, avec mes points, mes coups de tampons, mes croix, mes étoiles, mes cœurs, mes smiley, ma carte VIP, ma « favor box », mon statut Gold Platine Diamant, tout l’arsenal de la « walkcast fidélisation ». « Encore une fois, la fidélité est une question d’émotion, pas de rationnel, et le fait d’offrir des bonus vous fait toucher l’émotionnel et fidéliser vos clients ».

J’adore ces conseils donnés aux professionnels qu’on trouve sur les sites de marketing (en cherchant bien).http://www.conseilsmarketing.com/fidelisation/comment-augmenter-la-fidelite-de-ses-clients-walkcast-fidelisation-3

 

Donc le texto « Exclu » est destiné à toucher mon émotionnel, parce que je suis  un consommateur délicat, une célibataire exigeante, une internaute distinguée, un fin  connaisseur, ah ah,  à moi, à ma petite personne, on ne fourgue pas n’importe quoi ! Je suis le destinataire de cette vente privée, de cette soirée exclusive, de cet eugénisme consumériste, de cet entre-soi groupé, groupons, groupons, mais entre nous,  pour cette exclusivité exclusive et excluante. Ce n’est pas tant l’argent qui peut-être économisé, mais c’est surtout que ça flatte, ça bichonne mon petit ego !

Et tout ça n’est rien d’autre qu’une version moderne de la chanson : J’ai du bon tabac dans ma tabatière, j’ai du bon tabac, tu n’en auras pas ! A consommer avec modération, bien sûr ! https://fr.wikipedia.org/wiki/J%27ai_du_bon_tabac

 

Ça veut que quand je peux avoir quelque chose que les autres n’ont  pas, j’en profite davantage ? !!! Non, mais tu te rends compte de ce que tu dis ?

Et ce texto qui me classe parmi les élus- bon d’accord il y a 200 000 clients ont reçu le même- il me distingue du peuple ! « Peuple, peuple, populace, piteux troupeaux de péquenots, tu pues, pollues et me répugnes » comme disait Didier Bourdon dans le sketch des exercices d’articulation du ministre des Inconnus,

https://www.youtube.com/watch?v=MiD8oCnwlyw

 ou bien Odi profanum vulgus et arceo, comme dirait Julie, et aussi le poète Horace : « Je hais la foule profane et je la tiens à l’écart ». 

Qui veut des passe-droits ? Moi ! moi ! moi ! et déjà plein de mains se lèvent, à l’Assemblée Nationale, dans le monde politique ?  oui, d’accord, mais pas que !

Parce que « j’ai un beau-frère qui connaît untel qui va te faire sauter ta contravention ».

Parce que « tu lui téléphones et tu lui dis que c’est de ma part, tu vas voir qu’il va te faire passer avant les autres. »

Parce que « si vous me remettez discrètement une enveloppe de 3000 €, non déclarée à la Sécu, je peux vous opérer dans les 8 jours », etc etc …

Tout le monde veut son tour de faveur, son affranchissement, sa dispense, qui empiète, qui usurpe, qui outrepasse dans un tour de passe-passe, oh ! parce que moi, oh  oh ! j’ai le bras long !

Parce que chacun  veut une exemption exemptante, une prérogative prérogativante, une immunité immunisante, un apanage apanageant en eaux troubles, un monopole monopolisant, anabolisant, une justice pour les autres, mais pas pour moi !

Parce que je ne suis pas un gugusse,  je veux des bonus,  un numerus clausus, comme un nommé russe, unique homo oligarcus, sinon gare au virus ! et cet autre olibrius qui me prend mon monopolus gazus, il est bon pour le collapsus dans les geôles russes !

Exclu = exclusivité ? Non : exclu = exclusion !

C’était ma chronique morale à la manière d’un sermon de Bossuet.

La prochaine fois je vous parlerai de la célibataire exigeante à la façon d’un caractère de La Bruyère.

Publié dans Chroniques

Commenter cet article