Grande Guerre : de "la Pyro" (Bourges) à Dijon

Publié le par Claude Léa Schneider

"la Pyro" à Bourges (photo Archives départementales du Cher)

"la Pyro" à Bourges (photo Archives départementales du Cher)

Ce n° 8 des Inédits de la Grande Guerre commence une série de sept épisodes consacrés à de larges extraits de  lettres d'Apolline Soichot à son mari, Henri Soichot qui était serrurier rue Berbisey à Dijon.

Henri Soichot est mobilisé et affecté à Bourges au 37e régiment d'artillerie. Ce régiment regroupe des ouvriers et des techniciens qui étaient chargés de la fabrication des obus de 75.

Il est  personnellement affecté aux ateliers de fabrication des fusées éclairantes, la "Pyro".

La famille Soichot  a des vignes à Marsannay-la-Côte. Apolline se partage  entre l'atelier de la rue Berbisey qu'elle essaie de maintenir en activité avec l'aide des vieux ouvriers et les vignes de Marsannay.

Les lettres d'Apolline forment une sorte de chronique de la Grande Guerre vue de Bourgogne

Pour écouter des extraits de ses lettres de mars 1915, cliquez sur le lien STATION SIMONE en fin d'article.

Pour rester dans le thème de la correspodance pendant  la Grande Guerre

Pour rester dans le thème de la correspodance pendant la Grande Guerre

Photos Archives départementales de la Côte d'Or
Photos Archives départementales de la Côte d'Or

Photos Archives départementales de la Côte d'Or

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article