LE MILLE-FEUILLE EN MILLE MOTS

Publié le par Claude Léa Schneider

Mille-feuille "à la française"

Mille-feuille "à la française"

Pour la reprise de l'enregistrement du BCG  sur STATION SIMONE,   je vous propose  une chronique  de rentrée de 1ère nécessité gourmande, pour fêter les largement  plus de  11 000 pages lues sur ce blog et remercier les plus de 8000 visiteurs.

Vous le savez : la France est la reine du gâteau pâtissier individuel.

Alors que, dès que vous franchissez le Rhin, on vous torture une Torte  en la coupant en parts coulantes qu’on vous emballe  façon couche-culotte, les gâteaux individuels à la française ne sont  ni sortis super-secs  des fouilles de  Pompéi  ou d’Herculanum comme  ceux de certaines  pâtisseries italiennes, ni des objets déco de mako-moulage comme les cupcake anglais.

La preuve : 2 photos de cupcakes, laquelle montre des cupcakes "comestibles" et laquelle des gâteaux factices ?!!!
La preuve : 2 photos de cupcakes, laquelle montre des cupcakes "comestibles" et laquelle des gâteaux factices ?!!!

La preuve : 2 photos de cupcakes, laquelle montre des cupcakes "comestibles" et laquelle des gâteaux factices ?!!!

Non !  Le gâteau individuel français est un pur artefact traité esthétiquement, dans son unicité :  moelleux,  velouté, fondant, croquant, croustillant…

Une "Conversation" :

ce gâteau léger et craquant est un peu passé de mode, pour l'instant, mais il n'en reste pas moins délicieux.

Le gâteau individuel français ne révèle pas , comme le croient à tort  certains, un manque de convivialité. C’est au contraire un plaisir  visuel et gourmand,  dans  le respect  des  consignes de sécurité sanitaire et de liberté du choix gustatif :

"Tu préfères la tartelette au citron meringuée et moi l’amandine au cassis, passons un bon moment ensemble à  déguster chacun son gâteau, à 1,50m de distance,  en respectant la distance physique préconisée et il n’y aura ni frustration ni contagion  !"

Tartelette au citron meringuée.

Tartelette au citron meringuée.

J’ai donc choisi en 1000 mots de vous parler d’un classique du gâteau individuel :  le 1000-feuille. Et chers ami-e-s  du BCG qui m’entourez de pas trop près, je vous invite donc à dire 1000 à chaque fois, à mon signal et sans postillonner.

On essaie : 1000 ! parfait !

J’aurais pu vous parler du gâteau au chocolat et aux marrons que confectionnait Alexandrine, la femme d’É1000  Zola,  mais j’ai eu peur qu’il vous reste un peu  sur l’estomac.

Donc la France compte environ 35 000 boulangeries-pâtisseries sur son territoire, dont les gâteaux sont généralement bons : même en période restrictive ou pandémique, il vous reste largement  le choix.

J’aurais voulu  vous énoncer les 10 commandements du 1000-feuille, comme dans un  film de Cecil B. De1000, mais en fait les historiens de la pâtisserie se battent  pour savoir qui a inventé ce gâteau. Cependant, rassurez-vous, je ne vais pas lancer une enquête comme dans le célèbre roman d’aventure d’Erich Kästner É1000 et les détectives. D’ailleurs l’origine en est apparemment assez simple, du moins elle me plaît bien :

LE MILLE-FEUILLE EN MILLE MOTS
LE MILLE-FEUILLE EN MILLE MOTS

L’inventeur  en serait François Pierre La Varenne, né et mort où ? je vous le donne en 1000 :  à Dijon !   La Varenne (Mil 618-Mil 678) était le  cuisinier du marquis d’Uxelles, gouverneur de Chalon-sur-Saône et un des premiers  à avoir modernisé la cuisine en redonnant aux aliments leur vrai goût.  Je pense que vous apprécierez  tous sa devise étonnamment moderne  : « Santé, modération et raffinement ».Il a publié en Mil651, Le Cuisinier français, qui est le premier livre de cuisine moderne, et en Mil653 paraît Le Pâtissier français, qu’il n’a pas signé mais qu’on est content et fier de lui attribuer.

 

LE MILLE-FEUILLE EN MILLE MOTS

Ne dépensez pas des 1000 et des cents pour déguster votre  1000- feuille.  Le meilleur, c’est souvent le classique des dimanches de votre enfance, acheté en banlieue, en ville ou à la boulangerie-pâtisserie du village. Un brave 1000-feuille de campagne, comme on dit une tenue de campagne, une maison de campagne, ou un hôpital de campagne,  parce qu’il panse les blessures des repas de famille…

Edouard Manet, Le déjeuner dans l'atelier, 1868.

Edouard Manet, Le déjeuner dans l'atelier, 1868.

Le traditionnel avec son glaçage blanc,  un décor  rayé en diagonale,  décoré de sympathiques accolades en chocolat, très légères. Au dessous :  son alternance de trois  couches superposées et bien alignées de pâte feuilletée et de crème pâtissière.

Attention les gourmands ! ne pas se risquer à  le déguster sans attendre, à peine sorti de la pâtisserie,  sur le bord du  trottoir,  à trois heures de l’après-midi,  sous prétexte que vous n’avez pas eu le temps de déjeuner !

Cet exercice s’avérerait tout aussi périlleux pour vous que pour l’apprenti qui s’entraîne  à  confectionner un 1000-feuille  pour réussir son CAP de pâtissier ! Il y a beaucoup d’étapes et il faut qu’il les assi1000.

LE MILLE-FEUILLE EN MILLE MOTS

Ce gâteau s’appelle un 1000-feuille ! alors SVP ne pas  tricher en laboratoire ! Ne pas remplacer la pâte feuilletée par une autre pâte, même plus légère . C’est comme si vous vouliez  méditer sur  la  lecture  des  Cent 1000 Chants de 1000Larépa  et qu’on vous en propose un reader prétendu plus  digest (e) !

 

Certains ont voulu renouveler le genre en disposant la crème en pastilles, en le rendant moins friable, plus maniable, en le couvrant de chocolat, de crème, de pâte d’amande  ou de couleurs ! Je suis à 1000 lieues de penser que ce sont de mauvais pâtissiers ou de mauvaises pâtissières, mais non, trop c’est trop ! un 1000-feuille doit rester un classique 1000-feuille !

Photo Cuisine actuelle.

Photo Cuisine actuelle.

Et je dirais même plus, un bon  et beau 1000-feuille doit se transformer en  catastrophe dès que vous l’entamez à la  fourchette à gâteau dans l’assiette à dessert, si bien que finalement vous terminez la dernière couche en vous léchant les doigts. C’est comme ça qu’on l’aime !  Et s’il y a trop de miettes sur la nappe des dimanches avant de servir le café, voilà une belle occasion de sortir le ramasse-miettes  à friction que vous avez hérité de vos grands-parents.

LE MILLE-FEUILLE EN MILLE MOTS

Un artisan-artiste-pâtissier dijonnais a voulu élever le 1000-feuille au rang d’œuvre d’art, en le tournant à 90°,  avec un feuilletage détaché et un coussin de crème pralinée verticale. C’est joli, c’est délicieux, mais c’est comme s’essayer à la flûte traversière quand on est habitué à  la flûte à bec :  on ne sait pas trop comment placer sa bouche ni ses doigts !

Photo page Facebook pâtissier-chocolatier-glacier Franck Pourrier à Dijon

Photo page Facebook pâtissier-chocolatier-glacier Franck Pourrier à Dijon

Bon, vous l’avez mangé, votre gâteau : vous voilà prêt à traverser le Groenland en traîneau,  comme Paul É1000 Victor, mais vous ne courrez pas aussi vite qu’ É1000 Zatopek !

Et votre gâteau, s’il est tombé par terre,

C’est la faute à Voltaire !

La crème dans le ruisseau

C’est la faute à Rousseau-

 qui a écrit comme vous le savez  E1000 (feuilles) ou de l’éducation !

2020 : une année bissextile ?   la faute à qui ? à Mi1000 !

Vous avez mis dans le 1000 !

Et pour votre attention, je vous dis 1000 mercis !

LE MILLE-FEUILLE EN MILLE MOTS
LE MILLE-FEUILLE EN MILLE MOTS
LE MILLE-FEUILLE EN MILLE MOTS
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article