Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tu es un produit

Publié le par Claude Léa Schneider

Placement de Produit
Placement de Produit
  • Aujourd’hui, je vais ouvrir pour toi mon New Almanach de la New Europe à lettre P, comme le grand P du Placement de Produit qui apparaît en bas à droite de ton écran, et qui te dit qu’on va essayer de te placer des produits.
  • On va même multiplier les produits, ce qui va faire une somme considérable, les produits culturels s’ajoutant aux produits dérivés, ainsi nommés parce que livrés à la dérive des incontinents du libéralisme, pendant que des migrants dérivent en Méditerranée.
  • Depuis longtemps, tu le sais, tu es un numéro et même un n° à 13 chiffres de la Sécu, mais tu t’es habitué car tu sais faire ton numéro, et même un sacré numéro.
Tu sais faire ton numéro !
Tu sais faire ton numéro !
  • Tu dis : oui, je sais, je suis le produit de mes parents, de mon éducation, de ma culture …
  • Tu n’y es pas du tout. Imagine que la biotechnologie additionne la connaissance du génome humain avec la privatisation du vivant, déjà opérée sur les plantes et les animaux, et tu deviendrais alors toi-même un produit de la génétique.
  • À cette idée, tu voudrais prendre la tangente, mais … une fraction d’inattention et te voilà produit.
  • Avoue qu’à l’idée d’être un produit, même frais, même de 1ère qualité et même haut de gamme, et même, car parfois tu en es capable, d’être un produit vraiment stupéfiant, sans t’injecter de produit, non, à l’idée d’être un produit, tu n’es vraiment pas emballé !
Tu n'es pas vraiment emballé !
Tu n'es pas vraiment emballé !
  • Tu voudrais au moins être un produit vectoriel de l’économie, mais de numéro tu es passé à « petit x », juste une variable d’ajustement, et à force d’être comptabilisé dans le PIB, tu es devenu toi-même un P. I. B. : un produit interchangeable budgétisé.
  • Pendant que certains Européens s’insurgent parce que, ô scandale, Bercy a fait perquisitionner au siège parisien de Google dans l’espoir de récupérer les preuves du milliard d’euros de son évasion fiscale, toi tu constates que l’Europe ne s’insurge pas plus que ça, du fait qu’ « un migrant, qui s’évade de l’enfer, meurt en moyenne toutes les 2 heures ».
  • Alors le soir, tout en écoutant la playliste des algorithmes qui décident pour toi quel parfum de yaourts tu as le droit de préférer,
Tu tapes imprudemment Shakespeare...
Tu tapes imprudemment Shakespeare...
  • Tu cherches à t’évader pour retrouver cette Europe culturelle qui ne t’a jamais déçu, même si l’Europe de Bruxelles fait tout pour t’en dégoûter,
  • Et songeant à une nuit d’été qui tarde vraiment à venir, tu tapes imprudemment Shakespeare sur ton clavier…
  • Aussitôt Amazon, cet autre évadé, te propose « tous les produits Shakespeare » !
  • Tu essaies de rêver aux produits Shakespeare, te demandant si Roméo dira encore à Juliette : « je t’aime », car tu as besoin de ce « je t’aime », rien qu’un tout petit « je t’aime ».
  • Mais hélas dans les « produits Shakespeare » Juliette est déjà morte d’une overdose d’être héroïne de série télé.
Tu es déjà un produit périmé.
Tu es déjà un produit périmé.
  • Quant à Roméo, il ne dit plus « je t’aime », il ne dit plus qu’un « petit m » juste un petit m….&m’s ! ça y est ! voilà qu’il vient de placer un produit !
  • Tu es un produit d’entretien de l’économie et pour tous les marchands de Venise ou d’ailleurs et autres Richard 3, Richard 4, et même Richard CAC 40, tu sais bien que tu n’es pas un produit de 1ère nécessité : tu vas bientôt être un produit périmé et ton obsolescence est programmée.
  • Mais tu aimerais pouvoir te recycler, tu voudrais finir, non pas les pieds en compote, mais les pieds en compost, parce que ce serait écolo et joli, et déjà tu rêves du tapis de fleurs qui aurait poussé à tes pieds…
  • Mais tu peux toujours marcher, tu peux toujours courir vers St Jacques de Compostable, tu n’es que poussière et la poussière n’est pas recyclable.
Date Limite de Consommation
Date Limite de Consommation
  • Tu te croyais vache à lait, mais contrairement à ton amie la vache, devenue tout entière produit sur pattes dès sa naissance, tes vieux os ne valent rien, tu le sais bien, inutile de faire Beaucoup de bruit pour rien, puisque ça fait bientôt quatre minutes que tu parles et qu’un migrant est mort dans l’indifférence européenne.
  • Et comme sachant, que malgré tout, tu gardes de la tendresse pour l’Europe culturelle, voilà que PriceMinister, te propose de sacrifier tout Dante Alighieri, suite à un déstockage massif, plus le jeu Dante’S Inferno PlayStation3, le tout pour 9 euros 99 seulement, et tu te dis qu’on ne te la joue vraiment pas divine, cette Comédie !
  • Et déjà dans cet Enfer du Songe d’une nuit d’été,
  • comme une sorte de new Jugement dernier,
  • apparaissent sur ton écran devenu plus noir que le ciel d’un triptyque de Grünewald,
  • à la place du grand P de Placement de produits, ces 3 lettres de feu :
  • D. L. C. : Date limite de ….considération !!!

Claude Léa Schneider, 16 juin 2016, "Matinale" sur Radio Cultures Dijon 100FM.

Matthias Grünewald, Retable d'Issenheim, Musée Unterlinden, Colmar.

Matthias Grünewald, Retable d'Issenheim, Musée Unterlinden, Colmar.

Publié dans Chroniques

Partager cet article

Repost0

Actualité Zola

Publié le par Claude Léa Schneider

Affiche du film
Affiche du film
  • Pourquoi n'y a t-il aucun tableau de Cézanne dans la maison de Zola à Médan ? Peut-être aurons-nous la réponse le 21 septembre, quand sortira en salles le film très attendu de Danièle Thompson : Cézanne et moi.
  • Zola et Cézanne, copains de collège et amis pendant quarante ans, se sont brouillés. Pourquoi ? La réponse est peut-être partiellement dans L'Oeuvre, ce roman paru en 1886 dans lequel Zola a mis toute son expérience des milieux de la peinture et dont le héros, Claude Lantier, est un peintre finalement en échec.
  • Mais la découverte récente d'une lettre amicale de Cézanne à Zola écrite en 1887 semble infirmer cette thèse.
Une photo du film.
Une photo du film.
  • A mon avis, l' Affaire Dreyfus, qui éclate ensuite, y est aussi pour quelque chose, même si cette thèse curieusement est rarement évoquée.
  • On s'offusque aujourd'hui de la violence verbale, mais que dire des propos antisémites de l'époque. Il suffit de lire, pour s'en rendre compte, le Journal (pourtant édulcoré) de la très jeune Julie Manet, fille de Berthe Morisot et filleule de Renoir, qui répète assez naïvement tout ce qu'elle entend ...
  • Aix-en Provence est la ville de Cézanne - et celle de Zola dans son enfance et son adolescence. Or Aix est majoritairement anti-dreyfusarde et Zola publiquement et courageusement dreyfusard.
  • Quelles réponses nous apportera le film de Danièle Thompson ? nous avons hâte de le savoir, d'autant que Guillaume Gallienne sera Cézanne, et Guillaume Canet Zola !
La salle de bain de la maison de Médan.
La salle de bain de la maison de Médan.
  • Certaines scènes du film auront -elles été tournées dans la maison de Zola à Médan, actuellement en travaux depuis 2012, et qui deviendra "La Maison de Zola et le Musée Dreyfus" quand elle rouvrira ses portes en 2017 ? Nous le saurons bientôt.
  • https://www.maisonzola-museedreyfus.com/index_fr.html

  • J'ai eu la chance de faire une des dernières visites guidées de la Maison de Médan avant fermeture pour travaux ce qui m'a permis de comprendre comment Zola, fils d'ingénieur, et féru de technique de pointe, a aménagé sa maison.

  • Je me suis également intéressée à la genèse de son roman Au Bonheur des Dames et à l'histoire des Grands magasins de Dijon et de quelques grandes villes européennes.

  • Ces conférences, constamment remises à jour, sont disponibles. Toutes les formules sont possibles : en salle, avec dégustation, chez vous ...

  • Et pour terminer, la bande-annonce du film !

Pour exemple, 2 conférences (avec variantes)  sur Zola.Pour exemple, 2 conférences (avec variantes)  sur Zola.

Pour exemple, 2 conférences (avec variantes) sur Zola.

Publié dans Les Yeux de Goethe

Partager cet article

Repost0

Transgenre

Publié le par Claude Léa Schneider

Affiche Existrans, octobre 2015.
Affiche Existrans, octobre 2015.
  • Transgenre, dysphorie de genre, congruence de genre, cisgenre ... Vous seriez bien en peine de donner une définition précise de ces termes ? Je vous invite à écouter le n° 34 de Mot sur la Main, (lien en fin d'article), au cours duquel je recevais Alexandre (pseudo pour respecter son anonymat), accompagné de Claire.
  • J'ai connu Alexandre quand il était encore une adolescente. Il est transgenre et il nous a fait la grande confiance de venir au studio pour réaliser cette interview.
  • Ils sont actuellement plus de 20 000 en France à ne pas être nés avec le sexe qui est en conformité avec ce qu'ils ressentent, et des milliers dans le monde, à essayer de faire reconnaître leur identité et leurs droits, quand ils ne sont pas obligés de vivre cachés.
  • En France, la situation est difficile, la législation très en retard sur ce qui se pratique dans d'autres pays (Malte et la Thaïlande notamment), et Alexandre nous explique son parcours du combattant.
Quelques affiches du groupement d'associations http://existrans.orgQuelques affiches du groupement d'associations http://existrans.orgQuelques affiches du groupement d'associations http://existrans.org

Quelques affiches du groupement d'associations http://existrans.org

Manifestation à Paris, octobre 2015.
Manifestation à Paris, octobre 2015.
  • La législation de 1992 n'est qu'un tout petit pas en avant depuis le très rigide Code Napoléon. La vie n'est pas simple pour un transgenre comme Alexandre, même pour changer de prénom : les procédures sont compliquées et coûteuses, et il faut auparavant qu'un avocat consente à prendre le dossier en charge ...
  • La France aussi, comme souvent, sur-médicalise tous ceux qui n'entrent pas dans la norme quand elle ne contraint pas à la chirurgie de réassignation.
  • L'acceptation familiale n'est pas simple non plus ! Alexandre, partagé en plus entre deux cultures, ressent parfois des moments de tristesse et de solitude.
  • Il nous fait part de ses hantises quotidiennes : rédaction de CV, toilettes publiques ...mais aussi des personnes compréhensives qu'il rencontre.
  • Il reçoit un fort soutien du milieu associatif et participe aux manifestations pour revendiquer ses droits. Il est combatif : il ira jusqu'au bout pour avoir le droit de vivre en conformité avec ce qu'il ressent depuis l'enfance.
  • Comme toujours, l'émission se termine par un choix de titres, dont vous trouverez les couvertures ci-dessous.
Mathilde Daudet, arrière petit-fils d'Alphonse Daudet et maintenant arrière petite-fille !Mathilde Daudet, arrière petit-fils d'Alphonse Daudet et maintenant arrière petite-fille !Mathilde Daudet, arrière petit-fils d'Alphonse Daudet et maintenant arrière petite-fille !

Mathilde Daudet, arrière petit-fils d'Alphonse Daudet et maintenant arrière petite-fille !

Suivez-nous sur le 100 FM !
Suivez-nous sur le 100 FM !

Quelques liens :

  • "Le Collectif Existrans est un collectif inter-associatif, qui rassemblait à l’origine l’Association du Syndrome de Benjamin, le Groupe Activiste Trans, Act-Up, Sans contrefaçon, Mutatis Mutantis, Trans Act et l’Organisation Internationale des Intersexué-e-s. Le Collectif Existrans organise la marche Existrans depuis 1997."

http://existrans.org

  • Sur le livre de Mathilde Daudet, on peut lire :

http://www.huffingtonpost.fr/mathilde-daudet/femme-piegee-corps-homme-cachee_b_9087884.html

  • Et bien sûr, pour écouter Alexandre sur Radio Cultures Dijon,

c'est directement ici :

http://radio-cultures-dijon.com/wp-content/uploads/Le%20mot%20sur%20la%20main%20-%20Transgenre.mp3

Bonne écoute ! Et à bientôt.

Publié dans Chroniques

Partager cet article

Repost0

Affameurs

Publié le par Claude Léa Schneider

Dessin de BOX, 2014.

Journal d'Alsace et de Lorraine, "Ça va déjà mieux mais ..."

Chronique de Jacques Schneider, 4 mars 1948.

Organiser la pénurie

  • "Il est inconcevable, a déclaré dans une allocution radiodiffusée, M. André Marie ministre de la Justice, que des profiteurs, se moquant de la gêne des salariés accroissent impunément leurs bénéfices personnels."
  • Et le Garde des Sceaux de poursuivre :
  • "Il s'agit de réprimer avec une rigueur exceptionnelle tous ceux qui s'enrichissent de la misère publique et qui, pour entasser encore et encore, n'hésiteraient pas à accroître la détresse de leurs concitoyens, à organiser la pénurie et à porter la responsabilité de troubles sociaux. Contre eux la répression doit être implacable."

Dessin de RASH BRAX.

Une loi contre les affameurs

  • On ne saurait mieux dire, et je suis persuadé que la majorité des Français sera d'accord avec M. André Marie.
  • Mais, - car il y a un mais-, le bon peuple de France en est encore à se demander si ces belles paroles ne resteront pas lettre morte.
  • Car, si mes souvenirs sont précis, il y a plus d'un an qu'a été votée une loi contre les affameurs.
  • Et elle n'a jamais été appliquée.
  • Alors ?
  • Eh bien oui. Goethe avait raison lorsqu'il écrivait : "Penser est facile. Agir est difficile. Agir suivant sa pensée est ce qu'il y a au monde de plus difficile."
  • On s'en aperçoit tous les jours.

par Jacques Schneider

Dessin de BOX.

... mais 3 jours plus tard :

Journal d'Alsace et de Lorraine, "Ça va déjà mieux mais ..."

Chronique de Jacques Schneider, 7 mars 1948.

Une loi enfin appliquée

  • De deux choses l'une :
  • Ou bien le ministre de la Justice est un fidèle lecteur du Journal d'Alsace et de Lorraine.
  • Ou bien nous sommes à la pointe de ce qui reste de bon sens en France :
  • Jeudi dernier je posais ici même la question de savoir quelles mesures le Garde des Sceaux se proposait de prendre contre "ceux qui s'enrichissent de la misère publique", et signalais que depuis plus d'un an une loi avait été votée contre les affameurs, loi qui n'avait jamais été appliquée.
  • Vendredi au Palais-Bourbon, M. André Marie, ministre de la Justice, répondait en ces termes à un interpellateur :
  • "Dans l'arsenal de lois contre les trafiquants figure celle votée naguère par le Parlement et dont le mérite revient à M. Yves Farge. La loi Farge va être appliquée. Je confirme que la procédure de la Cour d'Assises vaudra contre les trafiquants et fabricants de faux titres de rationnement".
  • Voilà qui est net.

Tickets de rationnement, 1948.

Nous autres Français sommes d'étranges gens

  • Nous ne sommes pas, à ce journal, des sanguinaires. Et nous ne demandons nullement le châtiment pour des individus qui peut-être inconsciemment par leurs agissements frauduleux ont été la cause de la mort de milliers d'enfants.
  • Nous pensons qu'une peine ferme de travaux forcés suffirait à limiter considérablement le nombre de leurs imitateurs et à nous débarrasser progressivement du marché noir.
  • Mais on nous permettra de regretter qu'il ait fallu attendre si longtemps pour que l'on se décide en haut lieu à appliquer des lois décisives.
  • Nous autres Français sommes d'étranges gens : nous ne pensons à notre salut que lorsque nous sommes à l'agonie.

par Jacques Schneider

Manifestation, Lausanne, 2012.

Et 60 ans plus tard (1948-2008) on affame des populations dans le monde entier en toute légalité !

"Face à la crise de 2008, les investisseurs se sont tournés vers les matières premières"

source : http://www.slate.fr/story/39483/goldman-sachs-provoque-crise-alimentaire

on lira aussi avec intérêt le blog d' Éric Toussaint, maître de conférences à l’université de Liège, ici : http://changera.blogspot.fr/2014/02/ces-banksters-speculateurs-qui-tuent.html

Ainsi que l'article du Monde :

http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/09/13/les-speculateurs-financiers-coupables-de-la-flambee-des-prix-des-aliments_1757951_3234.html

NB : sur André Marie (1897-1974), résistant, déporté à Buchenwald, et sa carrière politique, on peut consulter : https://fr.wikipedia.org/wiki/Andr%C3%A9_Marie

PS : merci à Hervé Pernette pour son aide à la recherche des mécanismes de déréglementation des matières premières agricoles.

Partager cet article

Repost0

Nostalgie = poison

Publié le par Claude Léa Schneider

Chers Amis - plus jeunes que moi- vous qui me partagez sur Facebook des chansons de Brel, de Brassens … ce dont je vous remercie. Des chansons de grande qualité, composées par de grands poètes, certes, mais qui vivaient à leur époque qui n’est plus la nôtre, et que je n’ai aucunement envie d’écouter !

Il faut se méfier de la nostalgie, c’est un poison insidieux et pervers.

Car je ne suis pas du tout du genre à chanter cet air bien français du «c’était mieux avant ». Certes, chacun a ses morts familiers dont il regrette parfois cruellement l’absence. Mais se figer dans le passé empêche de vivre et de préparer l’avenir pour les plus jeunes – la seule vraie chose qui vaille la peine. Et c’est ce qui, encore aujourd’hui, me fait lever avec enthousiasme le matin et travailler de nombreuses heures par jour.

Le passé, historique ou familial, m’intéresse par ses faces cachées et ses incidences sur le présent. C’est pour cette raison par exemple que je me suis replongée dans les archives journalistiques de mon père. Et puisque j’en suis à évoquer mes parents, quand je vais chaque semaine voir ma mère à sa maison de retraite –elle a «toute sa tête » comme on dit, mais est totalement paralysée- on nous assène à chaque fête du « Petit vin blanc sous la tonnelle » et autre « Madelon » que ni elle ni moi n’avons envie d’entendre ! Elle est née en 1927 !

Je ne sais pas si je finirai aussi dans une maison de retraite, mais quelles chansons assénera-t-on aux vieux de ma génération ? Celles des années 60 ? Plutôt crever tout de suite !

« Celui qui oublie le passé est condamné à le revivre » C’est bien pour ça qu’il faut décrypter le passé, mais pas le vénérer. Devoir de mémoire, mais pas pétrification. Et le présent a urgemment besoin d’être décrypté aussi.

Vivre culturellement dans le passé raccourcit la vie. Et puis on se sent toujours moins con aujourd’hui que les années précédentes, non ?! Vous n’avez jamais éprouvé ce sentiment, vous aussi ?

Si je vous écris tout ça, c’est parce que vous êtes jeunes – mais si ! – alors les gars, écoutez donc la musique d’aujourd’hui de qualité, il y en a ! – ça n’empêche pas d’aimer Wagner ou Debussy ou Arvo Pärt – profitez du présent pour ce qu’il est, et préparez l’avenir.

Je termine par The Suburbs d’Arcade Fire -une chanson de qualité et d’aujourd’hui qui pose des questions d’aujourd’hui - et vous embrasse très affectueusement.

Publié dans Chroniques

Partager cet article

Repost0

Florence Burgat et l'éthique animale

Publié le par Claude Léa Schneider

Photo :  Florence Burgat lors d'une conférence à la Société française de philosophie.Photo :  Florence Burgat lors d'une conférence à la Société française de philosophie.

Photo : Florence Burgat lors d'une conférence à la Société française de philosophie.

Le livre de Matthieu Ricard, 2014.
Le livre de Matthieu Ricard, 2014.
  • "Nous sommes de plus en plus nombreuses et nombreux à refuser l‘injustice envers les animaux, qui devient l‘un des débats de société les plus importants de notre siècle." Source de cette citation : https://www.end-of-speciesism.org/fr/
  • En mai dernier la philosophe et directrice de recherches à l'INRA Florence Burgat m'a accordé une interview téléphonique pour le 38e n° du Mot sur la Main consacré à l'éthique animale.
  • Quelques jours auparavant, le député Olivier Falorni avait dénoncé la barbarie des abattoirs dans les colonnes de Libération qui consacrait au sujet un dossier spécial de 6 pages.
  • Et puis, il y a eu tous les appels à la prise de conscience de ces dernières années : Matthieu Ricard et son Plaidoyer pour les animaux dénonçant "un éternel Treblinka", les nombreuses interventions et manifestations de la très courageuse Association L214, beaucoup de livres - vous trouverez une bibliographie (non exhaustive) des ouvrages de Florence Burgat sur le sujet à la fin de cet article, beaucoup de déclarations de personnalités.
  • Pour n'en citer qu'une, celle de Paul McCartney : "Si les abattoirs avaient des vitres, tout le monde serait végétarien."
  • C'est dire si Florence Burgat, philosophe de la cause animale, est très sollicitée, je la remercie donc chaleureusement de nous avoir accordé cet entretien.
Logo de l'association L214
Logo de l'association L214

Je lui demande :

  • de quand date notre perception de la sensibilité animale et si cette perception a récemment progressé,
  • la différence entre droit animalier et droit des animaux -qui se révèle être un droit contre les animaux - et si la loi française du 16 février 2015 y a changé quelque chose.
  • Rappelons que la philosophe vient de publier, en collaboration avec Jean-Pierre Marguénaud et Jacques Leroy, un ouvrage intitulé Le droit animalier édité aux PUF - que j’ai lu- et dont je recommande la lecture car il est à la fois savant mais très accessible à des non-spécialistes du droit (ce qui est mon cas).
  • Nous évoquons ensuite le destin de l'animal de production " viande et peau sur pied" et l'omerta sur l'hécatombe invisible, cruel paradoxe de notre époque alors que nous avons aujourd'hui tant de solutions de substitution pour nous nourrir, nous vêtir, nous déplacer ...
  • Quel est son avis sur notre anthropocentrisme exacerbé, quels arguments répliquer à ceux qui rétorquent qu'il faut "d'abord" s'occuper du malheur des hommes, comment voit-elle l'avenir et quelles idées fortes retenir ?
  • Je vous le laisse découvrir en écoutant le podcast ici :

http://radio-cultures-dijon.com/wp-content/uploads/Le%20mot%20sur%20la%20main%20-%2023%20mai%202016%20-%20Avec%20Florence%20Burgat.mp3

Cliquez sur les flèches blanches pour faire défiler la bibliographie.
Cliquez sur les flèches blanches pour faire défiler la bibliographie.
Cliquez sur les flèches blanches pour faire défiler la bibliographie.
Cliquez sur les flèches blanches pour faire défiler la bibliographie.
Cliquez sur les flèches blanches pour faire défiler la bibliographie.
Cliquez sur les flèches blanches pour faire défiler la bibliographie.
Cliquez sur les flèches blanches pour faire défiler la bibliographie.
Cliquez sur les flèches blanches pour faire défiler la bibliographie.

Cliquez sur les flèches blanches pour faire défiler la bibliographie.

Et pour rester dans l'esprit de l'interview, on écoute celle qui se bat pour bien des causes, dont la cause animale. ...

Publié dans Archives

Partager cet article

Repost0

Les chapeaux des impressionnistes

Publié le par Claude Léa Schneider

Les chapeaux de Sara Tintinger Photo Alain Doire
Les chapeaux de Sara Tintinger Photo Alain Doire

Mon amie Sara Tintinger

  • Ce que je sais sur les chapeaux, je l'ai entièrement appris de mon amie Sara Tintinger, Meilleur Ouvrier de France et Chevalier de l’Ordre des arts et des ­lettres, une des rares modistes à savoir encore coudre la paille sur une machine Anita. Elle a travaillé chez Marie Mercié, Dior, Thierry Mugler, Sonia Rykiel et partage aujourd'hui son activité entre les commandes de grands noms de la mode parisienne et son atelier dijonnais : http://www.bibibob.fr/
  • Au cours de l'été 2012, visitant l'exposition du Musée d'Orsay L'Impressionnisme et la Mode et constatant qu'il n'y avait aucune section consacrée aux chapeaux pourtant si présents sur les toiles impressionnistes, je lui ai proposé que nous fassions ensemble une conférence sur ce sujet.
  • Elle a mis à ma disposition tous les ouvrages de sa bibliothèque, j'ai beaucoup lu, elle m'a beaucoup expliqué, je l'ai beaucoup regardée travailler, et nous avons donné plusieurs fois en duo cette conférence-projection-savoir-faire, qui depuis vit de façon autonome et s'enrichit de nos expériences individuelles.
Affiche du Musée d'Orsay
Affiche du Musée d'Orsay

Pourquoi ces chapeaux ?

  • Nous sommes remontées aux sources historiques pour comprendre l'omniprésence du chapeau dans cette 2ème moitié du XIXe siècle.
  • Car non seulement l'usage du chapeau obéit à un code moral rigide et obligé pour tous, mais c'est aussi le moteur d'une industrie très florissante : plus de 14 000 chapelleries en France à l'époque.
  • Fabrication de chapeaux et garnissage de toutes techniques : feutre, paille, plumes, fleurs ...., métiers souvent très pénibles et sous-payés, naissance d'un véritable prolétariat de la chapellerie et essor d'un métier féminin autant admiré que mal considéré, celui de modiste.
Affiche d'une version en plein air de cette conférence
Affiche d'une version en plein air de cette conférence

Une affaire de chimie

  • Tout cela bien sûr, à replacer dans le contexte de la Révolution industrielle, car ce sont les progrès considérables de la chimie qui ont permis la production de masse et l'évolution des teintures et des couleurs en tubes, sans lesquelles il n'y aurait pas eu de peinture hors de l'atelier.
  • Pour le peintre impressionniste, le chapeau est tout autant un marqueur social, un accessoire de mode dont il faut saisir le mouvement sur une silhouette, qu'un fidèle compagnon qui le protège pendant les longues stations à peindre en plein air.

Immédiatement disponible

  • C'est tout cela que j'aurai le plaisir de vous faire découvrir, à l'aide d'une iconographie riche et colorée, car cette conférence est immédiatement disponible.
  • En attendant, saurez-vous reconnaître les auteurs des 3 tableaux ci-dessous ?
Eh eh ! Pas si facile ...Eh eh ! Pas si facile ...Eh eh ! Pas si facile ...

Eh eh ! Pas si facile ...

Publié dans Les Yeux de Goethe

Partager cet article

Repost0

Esperanto

Publié le par Claude Léa Schneider

"Bonjour !"  en espéranto
"Bonjour !" en espéranto

Parlez-vous espéranto ?

- Oui, répond Olivier Buisson, que j'ai interviewé sur Radio Cultures Dijon en janvier dernier. Et il ajoute : Et j'apprends l'espéranto à ma fille pour qu'elle soit bilingue.

  • Et vous, vous êtes déjà en train de vous demander : A quoi ça sert ? Car vous pensez que l'anglais est devenue la langue internationale.
  • Eh bien certains pensent qu'une langue dominatrice risque de rendre dominateurs les Etats dont c'est la langue officielle.
Louis-Lazare Zamenhof (1859-1917)
Louis-Lazare Zamenhof (1859-1917)

Une langue universelle

  • Créer une langue universelle pour rapprocher les hommes, c'était l'idée du Dr Louis Zamenhof en 1887, lui qui était né sur une terre annexée par la Russie tsariste et divisée par des communautés linguistiques puisqu'on y parlait le russe ( la langue officielle), l'allemand, le polonais et l'hébreu.
  • Depuis, cette langue a fait son chemin puisque "la Conférence générale de l’UNESCO a adopté à deux reprises, en 1954 puis en 1993, une résolution en faveur de l’espéranto.
L'un des drapeaux espéranto
L'un des drapeaux espéranto

Une langue facile à apprendre

  • Olivier Buisson, qui est un passionné, nous apprend comment est formée cette langue et les bases - très simples- de sa grammaire.
  • Car, s'il faut un minimum de 1500 heures d'apprentissage pour s'exprimer en anglais ( et 2000 heures en allemand), 150 heures suffisent à un francophone pour atteindre ce même niveau !
  • Alors, qui parle espéranto aujourd'hui ? De nombreuses communautés dans le monde entier. Certaines ont une orientation sociale ou politique, d'autres sont neutres. On estime à 2 000 000 les personnes qui ont appris et pratiquent l'espéranto aujourd'hui dans leurs relations internationales.
RDV sur notre page Facebook
RDV sur notre page Facebook

Cette langue a-t-elle un avenir ?

  • Vous voulez connaître l'avis d'Olivier Buisson et en savoir davantage sur l'espéranto, où et comment on peut apprendre cette langue ?

Rendez-vous ici :

http://radio-cultures-dijon.com/wp-content/uploads/Le%20mot%20sur%20la%20main%20-%2018%20janvier%20-%20Esperanto%20avec%20Olivier%20B.mp3

Un livre pour enfants en espéranto
Un livre pour enfants en espéranto

Un post-scriptum

Sur le site : http://www.grainedemoutard.fr/les-livres/

vous trouverez une édition en espéranto du récent livre pour enfants Le secret de la chouette de Dijon, écrit par Magali LAUTROU et illustré par Jean-François DROUIN.

Bonne écoute et bonne lecture !

Publié dans Archives

Partager cet article

Repost0

TTIP

Publié le par Claude Léa Schneider

Europe, gentille Europe ...
Europe, gentille Europe ...

Matinale Radio Cultures Dijon du 1er juin 2016

Alouette, gentille alouette ...

  • Bonjour, je me réjouis d’ouvrir cette new page car elle va me permettre de vous donner des noms d’oiseaux. Je vais en effet vous parler de nos amis les oiseaux qui peuplent nos villes z et nos campagnes z européennes, qui survolent nos champs z et nos vastes plaines, comme la gentille alouette. Vous connaissez tous la célèbre comptine Alouette, gentille alouette, je te plumerai ?
  • En ce moment, le matin en ouvrant vos fenêtres, vous entendez tu-di, tu-di, tu-di ! Qu’est-ce que c’est ? C’est la mésange ! C’est même la mésange charbonnière !

Le TAFTA, un rapace migrateur

  • Mais si vous êtes un peu plus attentif, vous entendez un autre oiseau : il fait t-tip, t-tip, t-tip, ou plus exactement t-t-i-p, t-t-i-p, t-t-i-p. Qu’est-ce que c’est ? Vous l’avez reconnu ? C’est le TAFTA ! Attention ! c’est un rapace migrateur venu d’outre Atlantique, qui plane au-dessus de l’Europe depuis plusieurs années et qui aimerait bien y faire son nid. Il vole accompagné de son cousin canadien, un autre oiseau de mauvais augure, c’est le CETA !

Or, c’est assez, dit la baleine

De l’Union européenne,

J’me bats depuis 30 ans,

Contre les OGM, le polypropylène,

Le carbure de tungstène,

Cette fois-ci, c’est la combientième ?

TAFTA, CETA, c’est du pareil au même,

Vers quoi on m’entraîne ?

On m’chante un requiem ?

J’aimerais bien, de temps en temps,

Qu’on m’ lâche un peu l’écosystème,

Et qu’on m’aime aussi pour moi-même !

Logo TAFTA
Logo TAFTA

Mais le TAFTA est un oiseau chanteur, il répond :

Alouette, Gentille alouette européenne, je te plumerai !

Je te plumerai la tête, et les brevets, et l’industrie de pointe,

et les marchés, et la traçabilité,

et les appellations contrôlées, et la biodiversité,

et l’économie solidaire, et les normes sanitaires, et …

Mais objecte la gentille alouette européenne :

Euh, comment dirais-je ?...

J’avais tracé des lignes rouges, euh …

Et vous n’avez pas le droit, euh …

Et nos Etats sont souverains, et

Pauvre petite Europe naïve, lui répondent TAFTA et CETA ,

Quand tu auras signé de tes plumes

Un traité que tu n’as même pas le droit de lire,

Nous te plumerons tout entière !

On voudrait nous faire croire
On voudrait nous faire croire

On voudrait nous faire croire :

  • que l’accord de libre-échange transatlantique se prépare en toute transparence, alors que le TAFTA, c’est l’o-mer-ta !
  • D’accord, les documents sont consultables à Paris -il a plus de 400 pages- mais comme le dénonçait récemment Le Figaro :
  • 1) il faut s’inscrire à l'avance,
  • 2) il faut être tout seul, on ne peut pas y aller à deux,
  • 3) la salle de lecture est sans fenêtre,
  • 4) il est interdit d’y rentrer avec un téléphone portable,
  • 5) toute copie est interdite
  • 6) il y a toujours quelqu'un pour vous surveiller
  • 7) et on n’a droit qu'à 45 minutes, ce qui fait environ 10 pages à la mn !
  • Bon alors, les lecteurs qui trouvent que c’est normal et que ça leur donne confiance, peuvent me contacter tout de suite sur ce blog. Ils ont gagné 2 places de ciné pour un remake du Projet Blair Witch tourné dans la salle de lecture du TAFTA.
Bonne lecture !
Bonne lecture !

Des tribunaux privés pour bafouer la loi

  • On voudrait nous faire croire qu’on n’a rien à craindre du traité transatlantique, alors qu’il y aura des tribunaux privés qui « protégeront », avec des gros guillemets, les investisseurs multinationaux des législations des États, des États de droit comme le nôtre, pour leur permettre de bafouer la loi !
  • Et alors que la France dit lutter contre ces tribunaux privés d’exception qui seront au service des multinationales, qu’est-ce qu’on apprend sous la plume des Décodeurs du Monde du 19 mai dernier ?
  • Que, à l’instigation du réseau Seattle to Brussels, la France, l’Allemagne, l’Autriche, la Finlande et les Pays-Bas sont en train de négocier secrètement l’instauration d’une juridiction d’exception européenne au service des entreprises souhaitant attaquer les décisions des États !
  • C’est sans doute pour ça qu’en ce moment, une pub à la télé nous engage à prendre un avocat.
  • Et j’encourage tous les étudiants en droit qui nous écoutent à bien réviser leurs cours et à réussir leurs examens pour être capables sans tarder d’instaurer des super-tribunaux privés de super-exception qui assigneront au tribunal les tribunaux privés d’exception du TAFTA qui assigneront au tribunal nos tribunaux de droit !
Abonne-toi !
Abonne-toi !

TAFTA = T'AS DU TAF ?!

  • On voudrait te faire croire que le TAFTA va créer des emplois. T’avais pas compris ? TAF-TA ça veut dire T’AS DU TAF !
  • Parce que tu t’imagines qu’avec le boum des travailleurs déplacés déjà employés par les entreprises pour contourner la législation du travail en toute légalité, les investisseurs qui vont venir s’implanter en Europe grâce au TAFTA et au CETA vont penser à toi pour t’embaucher, avec ton joli paquet de charges sociales ? Alors là, si tu crois ça, je te conseille de t’abonner à Pinocchio Magazine.
  • Mais je vous avais promis des noms d’oiseaux, et je m’aperçois que je n’en ai pas dit tant que ça.
  • Vous ne trouvez pas qu’il manque : butor, vautour, nuisible, guêpier, pingouin, pigeon, dindon de la farce et politique de l’autruche ?
  • Alors pour conclure, le new almanach du nuovo calendario der neuen Gartenarbeit européen se termine d’une plume alerte et vous donne ce super conseil avisé :

Le TAFTA est un pack opaque

qui te raconte des kraks.

N’attends pas Pâques,

ni la St Jacques.

Contre-attaque

avant qu’on t’arnaque.

Y aura pas de come-back.

Publié dans Chroniques

Partager cet article

Repost0

Malraux et le cinéma

Publié le par Claude Léa Schneider

Affiche "Malraux et le cinéma"
Affiche "Malraux et le cinéma"

Comme promis, chers lectrices et lecteurs, retrouvez ici le détail de mes conférences et animations culturelles.

  • Encore aujourd'hui Malraux irrite, dérange, suscite l'admiration ou le rejet ...
  • Ses livres, devenus des classiques pour le bac, sont peu lus pour eux-mêmes, jugés difficiles, vu la complexité de leur contexte historique.
  • Pour certains, son engagement est "bidon", c'est un voleur d'objets d'art, c'est un faiseur de discours grandiloquents, un mec qui se la jouait, un imposteur, bref un "fake" !
Malraux et l'escadrille EspanaMalraux et l'escadrille Espana

Malraux et l'escadrille Espana

  • Or c'est ça la personnalité de Malraux : du bluff au génie. Sa vie trépidante est un véritable scénario.
  • Autodidacte, il se forge une culture cinématographique dès l'âge de 14 ans et se constitue très vite un carnet de relations internationales.
  • Qu'a-t-il appris auprès de ses maîtres Griffith, Eisenstein et Victor Söjström ?
  • Quelle est la relation entre ses romans et le cinéma ?
  • Dans quelles conditions le chef d'escadrille André Malraux a-t-il tourné, en pleine Guerre d'Espagne, "Espoir-Sierra de Teruel", le 1er " docu-actualité-fiction" de l'histoire ducinéma ?
  • En quoi s'est-il montré visionnaire et que lui doivent les cinéastes d'aujourd'hui, lui qui a mis en place le très envié système d' "avance sur recette" ?
  • C'est à ces questions que je me propose de répondre avec vous au cours de cette conférence-projection largement illustrée.
  • durée : 55mn environ.
  • Vous êtes intéressé/e : n'hésitez pas à me contacter par l'intermédiaire de ce blog.

Publié dans Les Yeux de Goethe

Partager cet article

Repost0

1 2 > >>