Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Roi du Marketing

Publié le par Claude Léa Schneider

Retrouvez ici votre Club Sandwich du dimanche 23 octobre 2016

Retrouvez ici votre Club Sandwich du dimanche 23 octobre 2016

Comme d'habitude, retrouvez  en fin d'article le podcast complet du Club Sandwich du 23 octobre, avec Christophe, Tristan, Sylvain, Edouard et ma fraise Tagada qui vous propose une chronique  théâtrale et en alexandrins, mais oui !

  • La scène se passe dans une bourgade de 9999 habitants, à une époque où Les Inconnus, au nombre de 3, avaient du génie, c’est-à-dire il y a un certain temps.
  • L’argument est une histoire vraie : Mme Mardi veut, dans la petite ville rurale où elle travaille, acheter au supermarché des yaourts au citron, et à la parfumerie son parfum de marque, comme elle en a l’habitude.
  • Ne les trouvant plus, elle s’informe et elle apprend :
  • d’une part,que les yaourts au citron ne font pas suffisamment partie des habitudes de consommation des zones  rurales, et que donc il n’y en aura plus !
  • et que d’autre part, les parfums de cette marque ne seront désormais plus disponibles dans les villes de moins de 10 000 habitants, pour des raisons d’image et de marketing.
  • Sur ce thème, je vous propose un mix de Cyrano, de l’Opéra de 4’sous et l’actualité sociopolitique ! On en discute après si vous voulez.

Personnages : Mme Mardi,   Roi du Marketing,   Duc de Niche,   Baron de Masse et  Déesse Égalité

  • Prologue : Roi du Marketing

Je suis le roi, je suis roi  du marketing !

Que j’aime, que j’aime, quand l’tiroir-caisse fait  « cling » !

Je coupe et je segmente du haut de mon building,

Je vous vends de l’espoir en crédit revolving.

  • Scène : Mme Mardi,  Duc de Niche,  Baron de Masse

Mme Mardi

Les yaourts au citron ne sont pas populaires !!!

Peut-on me dire pourquoi et quels sont les critères ?

Duc de Niche

Nous découpons les goûts, de Berlin à Greenwich.

Les trop petites villes ne sont pas sur nos fiches.

On dit « segmentation » car le marché de niche,

Comme l’alexandrin, se coupe à l’hémistiche.

Les yaourts au citron, c’est un marché de niche !

Mme Mardi

Et les fraises Tagada, c’est pour les goss’ de riches ?

Duc de Niche

Vous le prenez de haut, mais de vous je me fiche,

La rentabilité est mon seul vrai fétiche.

Car les nouveaux marchés, c’est moi qui les déniche.

 Mme Mardi

Et si je préférais les yaourts à la fraise ?                                      

Baron de Masse

Les yaourts à la fraise, c’est du marché de masse.

Et le « marché de masse » rime avec « populace »

Il vous faut accepter la loi des grandes’ surfaces.

Mme Mardi

C’est un marché de masse !  Et pourquoi pas de classes ?

On est contingentés  comm’ les anciens bidasses. 

D’un côté  les ruraux,  les vieux à la ramasse,

Et de l’autr’ le gratin,  on me prend pour une quiche !

On m’oblige à manger comme chez les Angliches :

Vive le yaourt libre et le bon club sandwich !

Et quant à mon parfum, là vraiment ça me fâche,

Pourquoi je ne l’ai plus ? Il faut que je le sache !

Duc de Niche

Question de stratégie. Le luxe est une niche.

C’est un curseur social, quand un parfum s’affiche.

Baron de Masse

Dans  vot’ super marché -qu’est-ce qui vous embarrasse ?-

Vous trouverez sûrement  un’ sous-marque de masse,

Qui en zone rurale  votre parfum  remplace.

Mme Mardi

Ah vous croyez vraiment ? et la sous-marque cache

Les odeurs de lisier et de bouse de vache !

Puisqu’il en est ainsi,  eh bien moi je me casse

De la zone rurale et de ses grandes surfaces. !

Épilogue : Déesse Égalité et Roi  du marketing

Roi  du marketing

Je suis le roi, je suis roi  du marketing !

Que j’aime, que j’aime, quand l’tiroir-caisse fait  « cling » !

Je coupe et je segmente du haut de mon building,

Et je vous vends de l’espoir en crédit revolving.

                      Déesse Égalité

A ces propos le sang dans mes veines se glace :

Le peuple souverain n’est pas la populace.

On paiera cher un jour le mépris du prochain,

Des ruraux, des petits, des paumés sans destin

Et les plaisanteries sur les nains de jardin.

Segmentez, fragmentez, faites la sélection,

Creusez donc les écarts dans la population,

Par les lois du commerce, divisez la nation !

On l’a déjà senti lors des municipales :

Attention, attention aux sanctions nationales !

Roi  du marketing

Je rest’ le roi, je rest’ le roi  du marketing !

Je gouverne les États du haut de mes holdings

Maint’nant sur vos applis, je vous fais du forcing

Il vous d’vient impossible de faire du zapping

Mes algorithmes rythment vos vies et le standing !

                                Rideau

                                

                                          

ça vous a plu ? Oui ? non ? pas du tout ? N'hésitez pas à laisser vos commentaires.

Le podcast complet, c'est ici !

http://radio-cultures-dijon.com/wp-content/uploads/Club%20sandwich%20-%2023%20octobre%202016.mp3

A bientôt !

 

Publié dans Archives

Partager cet article

Repost0

Lapin à la moutarde garou

Publié le par Claude Léa Schneider

Club Sandwich  n° 5 du dimanche 9 octobre 16.

Vous l'avez manqué ? Retrouvez ici ma chronique et le podcast de l'émission complète.

Aujourd’hui  je vais vous parler de pâte à modeler et de philosophie, et donc de philosophie à modeler, car c’est bien ce qu’on fait couramment quand on modèle ses principes selon  ses intérêts. Donc comme promis, voici la recette du lapin à la moutarde garou.

Pour faire un bon lapin à la moutarde garou, il faut :

·         1 tasse de moutarde au verjus et aux graines de Bourgogne

·         1 verre d’aligoté

·         1 escabeau

-     1 briquette de crème de coco

-     1 dictionnaire français-anglais

-      2 échalotes

-      1 cuillerée à soupe d’huile d’olive

-      1 balle de tennis

-     1 branche de thym

-       700 g de poivrons coupés en lanières

-     1 grand plat

-     1 cuillerée à soupe de curry

-     2 pieds

-       1 beau lapin d’1,5 kg, en pâte à modeler, de chez Wallace et Gromit

-     Et 1 fraise Tagada pour le décor

 


  • 1       Mets les pieds dans le plat.
  • 2   Regarde le lapin dans les yeux et pose-toi la question suivante : pourquoi ne pas prendre  un vrai lapin vivant, et le tuer ? Oui, mais de quel droit ? Et c’est là que, comme promis, on bascule  de la pâte à modeler vers la philosophie comme sur l’infernal  toboggan à petit-déjeuner de Wallace et Gromit. Car qu’est-ce que le spécisme ? Le spécisme c’est le fait de négliger la vie et les intérêts des animaux uniquement parce qu’ils sont d’une autre espèce. Les humains sont anthropocentrés, c’est-à-dire, centrés sur eux-mêmes et leurs intérêts  au détriment des autres espèces.

  •       Maintenant prends le dictionnaire  et ouvre-le au mot « feeling ». Christophe, toi qui es angliciste, tu sais à quel point ce mot est difficile à traduire en français : feeling : sensation ou sentiment ? 2 mots qui viennent du même verbe sentir.  C’est physique ou psychique ? Réponse : c’est les deux : sensation ET sentiment, physique  ET psychique, puisque une sensation purement physique, la souffrance purement physique par exemple,  ça n’existe pas, nous disent les philosophes.
Descartes (1596-1650) et Malebranche (1638-1715)Descartes (1596-1650) et Malebranche (1638-1715)

Descartes (1596-1650) et Malebranche (1638-1715)

  •         Prends la branche de thym, mais écarte les mauvaises branches, par exemple le métaphysicien Malebranche, qui battait son chien à tour de bras, et criait  plus fort que les cris du chien en disant  « ça crie mais ça ne sent pas», c’est-à-dire que selon lui, et aussi selon Descartes, l’animal ne sent rien puisque c’est une machine ! Or on le sait aujourd’hui grâce aux progrès de la science : les couilles de Malebranche et de Descartes étaient tout aussi sensibles que celles du chien ! souffrance physique ET psychique !

  • ·        Cherche le mot sentience. Tu apprends que ça vient du latin sentiens, « ressentant », et que ce mot désigne la capacité de ressentir. Un être sentient ressent la douleur, le plaisir et diverses émotions.

      Maintenant, monte sur l’escabeau et prends la balle de tennis.

Un peu de silence, s’il vous plaît !

·        L’homme est-il un être sentient ? oui !

·        L’animal est-il un être sentient ? oui ! 15 A

·        L’homme a-t-il  conscience d’exister ? oui ! 30-15

·        L’animal a-t-il une conscience d’exister? oui !  30 A

·        Combien  l’homme a-t-il de vie ? : Une !  40-30

·        Combien l’animal a-t-il de vie ? Une ! 40 A

·        L’animal peut-il toujours décider de son sort ? non ! Avantage homme

·        L’homme peut-il toujours décider de son sort ? non !  Égalité

Alors tu peux te le jouer en 3 sets ou en 5 sets, il n’y aura pas vraiment de "tie-break"

1.      MAIS c’est difficile de changer, les idées sont tellement ancrées dans la conscience collective qu’on  peut  les croire éternelles : rappelle-toi, il y a eu une époque où certains pensaient que « les nègres n’avaient pas d’âme ». Le racisme, le sexisme, et  aussi le spécisme, le grand débat de notre siècle."La cruauté envers les animaux est la violation d’un devoir de l’homme envers lui-même.disait déjà le philosophe Emmanuel Kant

C’est difficile de changer d’habitudes et surtout alimentaires, alors vas-y progressivement, ne crois pas que si flexi-t’as rien, ou si t’es végé, t’as rien ! Au contraire t’en as beaucoup dans ton assiette. Mélange bien  la moutarde, le curry  et la crème de coco. Fais revenir les échalotes dans l’huile d’olive, ajoute les poivrons coupés en lanières,  incorpore le mélange moutarde-curry-coco,  laisse réduire à feu très doux pendant 20 mn, verse sur un grand plat de riz, déguste, partage la pâte à modeler entre les enfants qui sont autour de toi et  bois le verre d’aligoté à la santé du lapin que tu n’as pas tué !

Tu  veux rigoler sur les végétariens, rien de plus facile : sur le net on trouve plein de sites.

·        Tu veux connaître les remarques dont les végétariens ont vraiment  ras l’assiette de quinoa, rien de plus facile non plus.

·        À toi donc à qui je ne fais pas de morale, mais j’essaie de traiter un sujet sérieux avec un peu d’humour, je te dédie cette chronique  et te donne le dicton du new almanach  du jour : « Qui est trop anthropocentré devient vite entrecôtecentré."

         Le podcast de l'émission complète présentée par Christophe, c'est par ici :

http://radio-cultures-dijon.com/wp-content/uploads/club%20sandwich%20-%209%20octobre.mp3

Petit lapin de l'île de Sylt (été 2012)

Petit lapin de l'île de Sylt (été 2012)

Publié dans Chroniques

Partager cet article

Repost0

Viola Montenot

Publié le par Claude Léa Schneider

Affiche de l'exposition.

Affiche de l'exposition.

Viola Montenot

Viola Montenot, Migrations : à voir absolument !

Vous n'êtes pas encore allé/e voir l'exposition des dernières œuvres de Viola Montenot à la Galerie La Source à Fontaine lès Dijon ? Courez-y, c'est jusqu'au 23 octobre seulement.

Vous n'avez pas pu écouter l'interview qu'elle m'a accordée lundi dernier pour Radio Cultures Dijon ? Vous trouverez le podcast à la fin de cet article qui est un complément de l'interview. Les citations sont extraites du récit autobiographique de son parcours.

Musique tahitienne, sarment de vigne, biographie de Camille Claudel par Anne Delbée : 3 objets-fétiches de Viola Montenot.
Musique tahitienne, sarment de vigne, biographie de Camille Claudel par Anne Delbée : 3 objets-fétiches de Viola Montenot.

On l'écouterait pendant des heures...

Car ça a été bien difficile de se contraindre à 40 mn d'émission, alors qu'on l'écouterait pendant des heures nous raconter sa vie, ses voyages, ses rencontres ..."chaque nouvelle situation étant source de nouvelles images", écrit-elle, et occasion de nombreuses expositions : Papeete, Paris, Metz, Nancy, Pont-Aven, Strasbourg, Avignon, Genève, Rome, Bratislava, Mannheim, Mayence, et beaucoup d'autres ...

Et on voudrait voir tous ses tableaux !

Viola Montenot m'a montré beaucoup de photos de tableaux et sculptures qu'elle n'a plus, dispersés - et c'est tant mieux- dans des collections privées.

Mais quel bonheur ce serait de voir un jour l'ensemble de l’œuvre de Viola Montenot rassemblé pour un temps en un même lieu d'exposition !

Viola Montenot, "Pliés et liés", acryl/toile.

Viola Montenot, "Pliés et liés", acryl/toile.

"Avec les mots", "La plume", acryl/toile, encre blanche.
"Avec les mots", "La plume", acryl/toile, encre blanche.

De Martin (Slovaquie) à la Bourgogne

Viola Montenot est née à Martin, avant la chute du Mur de Berlin dans l'ex-Tchécoslovaquie (aujourd'hui Slovaquie) où elle a fait des études d'art et de pédagogie. Puis, grâce à l'amour, elle a pu fuir en France peu après l'entrée des chars à Prague en août 1968, et elle a trouvé une seconde patrie en Bourgogne, mais restera longtemps poursuivie par les tracasseries administratives dont on accable les migrants, surtout venant de l'autre côté du Rideau de fer.

Mais son caractère résilient transforme en art tous les aléas de l'exil et de la vie.

"Le Chemin" (acryl/toile), ou le parcours kafkaïen du migrant.
"Le Chemin" (acryl/toile), ou le parcours kafkaïen du migrant.

Quatre ans en Polynésie

"Chaque nouvelle situation est source de nouvelles images" : à peine arrivée, très jeune encore, elle obtient le 1er prix du Salon de Nolay, et depuis elle n'a jamais cessé de créer.

"Le séjour en Polynésie (années 1986-90) m'a profondément marquée. La lumière et les couleurs bien sûr, mais surtout le rythme de la vie polynésienne, les attitudes, les gens et leurs histoires m'ont donné l'opportunité d'explorer d'autres cheminements artistiques."

Exposition "En basse altitude", Conseil régional de Bourgogne, 2004.
Exposition "En basse altitude", Conseil régional de Bourgogne, 2004.

Un univers à nul autre pareil

C'est en peignant, du haut de la galerie d'un temple, des Polynésiennes à l'office religieux, portant des chapeaux immaculés, que Viola Montenot trouve son style si caractéristique : corps puissants mais enfermés, absence de paysage, magie des tons bruns, vues en plongée.

Carte du vignoble slovaque. Pour Viola Montenot, le sarment de vigne:fil conducteur entre la Slovaquie et la Bourgogne.
Carte du vignoble slovaque. Pour Viola Montenot, le sarment de vigne:fil conducteur entre la Slovaquie et la Bourgogne.

Retour vers les racines

"A partir des années 90, la Slovaquie jusqu'alors interdite me fut réouverte. La chute du mur de Berlin m'a offert l'opportunité de retrouver la culture et les richesses créatrices à l'origine de mon "bagage" culturel. Les paysannes-peintres, les bergers-sculpteurs, significatifs représentants de l'art brut, savaient prolonger la vie des objets usuels, en leur offrant la beauté d'un objet d'art. Cette part culturelle m'a inspirée. Le besoin de la raconter, de l'explorer, est alors devenu indispensable."

Viola Montenot, peinture et collage sur douelles de tonneau et sur terre cuite.Viola Montenot, peinture et collage sur douelles de tonneau et sur terre cuite.

Viola Montenot, peinture et collage sur douelles de tonneau et sur terre cuite.

"Possibilité de fuite", "Verrouillés", "Les demeures improbables" ... les sculptures de Viola Montenot sont un chant d'exil."Possibilité de fuite", "Verrouillés", "Les demeures improbables" ... les sculptures de Viola Montenot sont un chant d'exil."Possibilité de fuite", "Verrouillés", "Les demeures improbables" ... les sculptures de Viola Montenot sont un chant d'exil.

"Possibilité de fuite", "Verrouillés", "Les demeures improbables" ... les sculptures de Viola Montenot sont un chant d'exil.

Ne sommes-nous pas tous en partance ?

Les titres des tableaux, des sculptures et des salles de l'exposition montrent la proximité charnelle de Viola Montenot avec l'exilé, le migrant qui ne sait pour où partir, qui attend dans la peur la confrontation avec "ceux d'ailleurs", qui se demande si son voyage est sans retour et s'il retrouvera ses racines.

Mais pas seulement. Car, comme l'écrit si bien Claude Martel :

"Les êtres toujours en partance qui peuplent les tableaux de Viola sont autant de symboles de la quête du créateur à la recherche de sa propre fonction et de son propre rôle. Ils traversent son univers pictural enfouis à tout jamais dans le tourbillon du temps et les méandres du souvenir, peut-être à la recherche d’un bonheur passé ?"

 Quatre livres que je vous recommande : Dany Laferrière cet autre exilé, le récit incroyable recueilli par Fabio Geda, et très clair ouvrage de sciences politiques de C.W.de Wenden.
 Quatre livres que je vous recommande : Dany Laferrière cet autre exilé, le récit incroyable recueilli par Fabio Geda, et très clair ouvrage de sciences politiques de C.W.de Wenden.
 Quatre livres que je vous recommande : Dany Laferrière cet autre exilé, le récit incroyable recueilli par Fabio Geda, et très clair ouvrage de sciences politiques de C.W.de Wenden.
 Quatre livres que je vous recommande : Dany Laferrière cet autre exilé, le récit incroyable recueilli par Fabio Geda, et très clair ouvrage de sciences politiques de C.W.de Wenden.

Quatre livres que je vous recommande : Dany Laferrière cet autre exilé, le récit incroyable recueilli par Fabio Geda, et très clair ouvrage de sciences politiques de C.W.de Wenden.

Paul Gauguin, D'où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? 1897.
Paul Gauguin, D'où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? 1897.

Ci-dessus, le tableau de Gauguin (1897), considéré comme son testament pictural, dont les interrogations nous ont servi de fil conducteur tout au long de l'interview.

Interview dont le podcast est ici : http://radio-cultures-dijon.com/wp-content/uploads/Le%20mot%20sur%20la%20main%20-%20Viola%20Montenot%20Peintre%20sculpteur%20-%20%203%20octobre.mp3

Et pour terminer en musique sur des chants "Himene" du gospel polynésien, chers à Viola, c'est ci-dessous.

Merci à Claude Martel, directrice de la galerie La Source, à Fontaine-lès-Dijon, pour son accueil et sa précieuse collaboration.

Bonne visite de l'expo, bonne lecture et bonne écoute !
Le Mot sur la Main, c'est une émission de Radio Cultures Dijon, le lundi à 19h.

Le Mot sur la Main, c'est une émission de Radio Cultures Dijon, le lundi à 19h.

Publié dans Archives

Partager cet article

Repost0

Europe-Pénélope

Publié le par Claude Léa Schneider

Europe-PénélopeEurope-Pénélope
Pénélope à son métier – Vase (440 av. JC)
Pénélope à son métier – Vase (440 av. JC)
Vous avez raté le Club Sandwich d'hier midi ? Retrouvez ici ma chronique et le podcast complet de l'émission du dimanche 2 octobre.

Dérogez, dérogez ...

  • Oui, Christophe, merci de me donner l’occasion d’ouvrir une page du nouveau calendrier du jardinage européen, der neue Kalender of the European gardening, je le dis aussi en anglo-allemand, pour sceller les liens d’amitié indéfectible entre Monsanto et Bayer.
  • Cette page va vous aider à survivre dans cette Europe qui se prend pour Pénélope, puisque, jugez plutôt :
  • Cet été, pendant qu’on était sur la plage, occupé à manger des fraises Tagada, la Commission européenne, telle Pénélope qui défaisait la nuit la toile qu’elle avait tissée le jour, a préparé des dérogations pour rendre caduques ses propres lois, celles qu’elle avait elle-même votées, sa propre interdiction d’utiliser certains herbicides et autres produits phytosanitaires reconnus cancérogènes !
On voudrait nous faire croire ...
On voudrait nous faire croire ...

On voudrait nous faire croire

  • Parce qu’on voudrait nous faire croire que ces mêmes produits, classés toxiques en 2009 ne le sont plus en 2016, d’où ces dérogations préparées en douce pour avoir le droit de les utiliser, au nom de la santé des plantes !
  • Alors que, comme te l’a déjà recommandé notre new almanach au printemps :
  • Si tu tiens à tes patates, ne mets pas de glyphosate.
  • Et pendant la préparation de ces dérogations, personne n’a bronché. Surtout pas la France. Seule la Suède s’est opposée.
  • On sait que le réchauffement climatique est cause d’intempéries inhabituelles. Il y en a eu d’importantes cet été en Alsace et les champs de choux à choucroute ont souffert des inondations puis de la sécheresse, compromettant la prochaine récolte.
  • Sera-t-on à l’avenir obligé d’asperger de produits phytosanitaires les choux à choucroute pour les rendre résistants à ces bouleversements ?
  • Alors là, j’incite tous les choux à choucroute qui nous écoutent- et je sais que le dimanche ils sont particulièrement nombreux- à tweeter à la Commission européenne, un message de protestation signalant qu’ils préfèrent les intempéries à un traitement cancérogène.
Une belle choucroute !
Une belle choucroute !

Une arme : semer le doute dans les esprits.

  • Mais on voudrait nous faire croire qu’il est « improbable » que le glyphosate et autres dérivés présentent des dangers pour l’homme et l’environnement
  • On voudrait nous faire croire une chose et son contraire, la Commission européenne vote une chose et son contraire, et tout ça n’a qu’un but :
  • semer le doute dans nos esprits, avec de vraies expertises honnêtes, démenties par de fausses expertises malhonnêtes, comme l’a remarquablement montré Élise Lucet dans un récent Cash Investigation à propos de l’utilisation de sels nitrités dans la charcuterie, méthode du doute des expertises contradictoires aux arguments fallacieux, déjà bien rodée par l’industrie du tabac, comme le montre avec humour l’excellent film Thank You for Smoking de Jason Reitman.
  • Des patates au glyphosate, de la charcuterie nitritée et des choux traités,
  • ça nous prépare une belle choucroute !
Une arme : le doute.
Une arme : le doute.

Alors Europe, tu te prends pour Pénélope ?

Tes décisions contradictoires se télescopent,

« La santé des plantes » c’est quoi cet argument, plat comme une escalope ?

Tu es vendue à la chimie interlope

De Monsanto, de Bayer ou de Winthrop

Qui trafiquent les isotopes.

Et les vraies décisions achoppent.

Montre-toi courageuse Europe !

Les dégâts sur la nature ? tu veux qu’on te les montre en cinémascope ?

Parce que qu’est-ce qui écope ?

C’est nous, c’est le biotope !

Tout gorgé de Roundup !

Et pendant que tu joues à l’oscilloscope,

Les prétendants populistes te courtisent et se développent

Tu ne les connais ? ou tu veux leur trombinoscope ?

Tu fais vraiment de la provoc, Europe,

Et quand je dis provoc, c’est une apocope !

Franchement Europe, je t’aime, mais tu me rends misanthrope !

Où est le temps des philosophes du café Procope ?

Et toi qui nous écoutes, pose ta clope et lève ta chope,

Ne te laisse pas tromper par le cheval de Troie du doute qui galope

Aussi vite que RoboCop,

Et saute sur toi comme le lion sur l’antilope.

C’est pourquoi l’almanach du jour à ta perplexité dit : stop !

Et te donne ce conseil philanthrope :

"Quand vient le temps de la choucroute,
Te laisse pas gagner par le doute."

http://radio-cultures-dijon.com/wp-content/uploads/Club%20Sandwich%20-%202%20octobre%20-%20100%20FM.mp3

Publié dans Chroniques

Partager cet article

Repost0