Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Selfie -Prinstet –Greco (et quelques autres)

Publié le par Claude Léa Schneider

Autoportrait d'Arnaud Prinstet

Autoportrait d'Arnaud Prinstet

La première fois qu’on a vu apparaître un selfie, c’était en 2002 sur un forum australien, avant que le genre n'explose mondialement, comme vous le savez. Aujourd’hui, en  2020, il y a des sociologues qui se demandent si la mode du selfie aura disparu dans 10 ans, même si le selfie va bien au-delà de la représentation de soi.  Ce qui est sûr, c’est que le genre de l’autoportrait qui, lui,   a explosé au début de la Renaissance, traverse  les siècles jusqu’à nous et s’adapte à tous les supports.

L'Homme au turban rouge, Jan van Eyck, 1433. Considéré comme le 1er autoportrait

L'Homme au turban rouge, Jan van Eyck, 1433. Considéré comme le 1er autoportrait

C’est comme ça que j’ai découvert Arnaud Prinstet. Arnaud Prinstet est un peintre français, né en 1970, qui a commencé une carrière d’ingénieur avant de se consacrer à la peinture et qui depuis le début des années 2000,  c’est-à-dire en même temps que se répandaient les selfies, a commencé à peindre un autoportrait par jour. Oui, vous avez bien entendu : peindre  frénétiquement un autoportrait par jour ! 365 autoportraits par an ! son  visage très rond, cerné de noir, des grandes oreilles, des yeux immenses   qui nous regardent obsessionnellement, des tons primaires  éclatants posés à grands coups de brosses, dans un style un peu sauvage sur un fond brut, en close-up.  

Arnaud Prinstet peignant un autoportrait

Arnaud Prinstet peignant un autoportrait

Ce qu’il y a de bien au 21e siècle,  c’est qu’on peut, quand les artistes  le proposent, être abonné sur le net  à leur fil d’actualité, comme le font par exemple JR, ou justement Arnaud Prinstet. Imaginez que ses contemporains aient pu suivre Michel-Ange pendant qu’il galérait à terminer son Jugement dernier au plafond  de la Chapelle Sixtine ! tout seul parce qu’il s’était engueulé avec ses assistants.  Vous vous souvenez la dernière fois que vous avez repeint le plafond du séjour toute la journée, bras tendu, en extension  sur l’escabeau, en étirant la peinture au rouleau et  sans génie ? Dans quel état était votre cou le soir ! ?

Imaginez maintenant Michel –Ange,  à plus de 60 ans, tout seul–debout sur un échafaudage, bras tendu, tête renversée, peignant pendant plus de cinq ans  sa titanesque fresque du Jugement dernier,  au pinceau et avec génie.

Michel-Ange, fresque du Jugement dernier, chapelle Sixtine, entre 1536 et 1541

Michel-Ange, fresque du Jugement dernier, chapelle Sixtine, entre 1536 et 1541

. Si Facebook  avait existé, on aurait pu l’encourager :

- Prends soin de toi,  Michelangelo,  n’oublie pas de faire une pause pizza  à midi six !

 - Avanti Michelangelo ! t’as raison, peins-les tous à poil  !

 - Attenzione Michelangelo :  Bagio de Cesena, tu sais, le 1er conseiller
 papal ? il vient te voir ! Et il est vénère , il trouve que tu peins des obscénités  ! 
-  Accroche-toi au pinceau, il va  retirer l’échelle !
 - Va bene Michelangelo, t’as raison, peins-le en Minos avec des oreilles
 d’âne  et un serpent qui lui bouffe les couilles ! 

Pour une anecdote amusante à ce sujet, suivez le lien ci-dessous.

Je ne sais pas pourquoi je vous parle de Michel-Ange parce que ce n’est pas du tout le sujet ! Ah si, c’est parce que, justement, dans son Jugement dernier, Michel-Ange  a caché son autoportrait. Il s’est représenté en St Barthélémy,  tout nu, assis sur un nuage, en train de tenir de la main gauche la dépouille de sa propre peau qu’il semble jeter  dans le vide! Retenez bien ça !

Autoportrait de Michel-Ange en St Barthélémy.

Autoportrait de Michel-Ange en St Barthélémy.

Donc, comme j’étais abonnée au mailing d’Arnaud Prinstet,  je suivais  l’évolution des ses autoportraits quotidiens, de ses performances, dans des galeries, en plein air, dans des lieux insolites, projeté sur l’Arc de triomphe du Carrousel, et même une fois faisant une expo dans un métro en marche !

Projection sur l'arc de triomphe  du Carrousel d'un autoportrait d'Arnaud Prinstet, Paris, Nuit blanche 2007

Projection sur l'arc de triomphe du Carrousel d'un autoportrait d'Arnaud Prinstet, Paris, Nuit blanche 2007

Et puis tout d’un coup, Prinstet en a marre de peindre des autoportraits, et le 22 septembre 2017 à 18h 09, je reçois  un dernier mail de lui qui disait en substance  que la recherche menée à travers tous ses autoportraits lui avait  fait  trouver la Foi. Qu’il se retirait et devenait orthodoxe, qu’il partait en Grèce pour apprendre à peindre des icônes, et que la vente à prix symbolique de ses dernières  toiles  lui permettrait de financer son projet. Et depuis, plus rien ! j’ai bien cherché sur le net. Mais il a disparu. Même son site a disparu.  Étonnant non !?

icône orthodoxe grecques

icône orthodoxe grecques

J’avais presque  oublié cette histoire, quand elle m’est revenue  d’un coup au mois de novembre dernier en visitant la formidable expo Greco au Grand Palais. Greco, né en 1545, doit son surnom au fait qu’il est né en Grèce où  a commencé par peindre des icônes. Pour Greco au 16e siècle, comme pour Prinstet au 21e, peindre des icônes ça veut dire peindre  des personnages en reproduisant scrupuleusement les modèles orthodoxes, de façon  intemporelle, et surtout sans jamais afficher son identité :  on ne doit pas reconnaître l’artiste qui a l’obligation de s’effacer derrière son art. 

Et c’est ce qu’est parti faire Prinstet en Grèce: en apparence le contraire de l’autoportrait, et en apparence   à contre-courant du selfie, même si la Toile avec une majuscule, est pleine de « selfies iconiques ».  Étonnante cette expression,  bel oxymore, vous ne trouvez pas ?

Selfie -Prinstet –Greco (et quelques autres)

Et puis tout d’un coup, Greco en a marre de peindre des icônes, il veut peindre autre chose.  Il débarque à Venise, en  petit étranger inconnu et sans le sou, pour peindre comme on le fait en Italie à l’époque, qui est  la Renaissance. Là il apprend beaucoup, mais la concurrence est rude, à Venise comme à Rome, d’où il se fait chasser du Palais Farnèse  parce qu’il a osé parodier  Michel-Ange, mort peu d’années auparavant ! Alors il part en Espagne et il s’installe avec sa famille à Tolède où son style s’affirme, il peint alors frénétiquement, avec une prédilection pour la répétition, des ciels presque abstraits, dans un environnement sauvage, des couleurs primaires éclatantes en touches libres,  des regards obsessionnels, des personnages prétendument religieux

 Greco, Ste Marie-Madeleine pénitente,v 1584, détail

Greco, Ste Marie-Madeleine pénitente,v 1584, détail

Greta  Thunberg, Photo Courrier international

Greta Thunberg, Photo Courrier international

Mais je suis sûre que vous avez déjà croisé dans le tram  les visages du  cardinal de Guerera, de Francisco Pisa, et de St Martin, mais vous ne les avez pas reconnus parce qu’ils étaient habillés comme vous et moi. Et voyez  sa Marie-Madeleine pénitente levant les yeux au ciel, elle a le regard de Greta Thunberg ! En fait ils sont tous parmi nous ! Greco, de l’icône au portrait,  Prinstet, de l’autoportrait à l’icône,  dans un exercice symétrique et intemporel  à la recherche  de l’essence et du mystère de l’être à travers soi.

Greco, Portrait du frère Hortensio Felix Paravicino, v1609-1611

Greco, Portrait du frère Hortensio Felix Paravicino, v1609-1611

Y aurait-il un point commun entre Greco et Prinstet, les icônes, et nos selfies frénétiques et répétitifs dont des sociologues disent qu’ils sont  « une  béquille narcissique qui vise à camoufler la place liée au manque d’affection » ? Mais pas que.

 Que cherche, au-delà  de l’auto-promotion Kim Kardashian sur Instagram avec ses centaines de selfies presque aussi dénudés que les personnages du Jugement dernier de Michel-Ange ? Et que cherchent  ses 97 millions d’abonnés en les regardant  ? Quant à savoir si le plafond de la Chapelle Sixtine a déjà été regardé par 97 millions de visiteurs …. Ça vous choque que je rapproche Kim Kardashian et Michel-Ange ? Pourtant question star –système, ego démesuré et quête de soi, ils sont très proches !

How To Take a Selfie - Kim Kardashian Selfie Tips

How To Take a Selfie - Kim Kardashian Selfie Tips

Et si, comme Greco, Prinstet, Kardashian, Michel-Ange, chacun de nous, avec ses selfies magnifiés, rejetant une insatisfaisante dépouille,  était à la  recherche  de l’essence et du mystère de l’être à travers soi ?  Toujours la même chose, comme disait Baudelaire : « Cherchez l’éternel dans le transitoire ! »

Pour une analyse sociologique du selfie,je vous renvoie à l’article Les mondes numériques  sur le site Wordpress de l’UFR de Sciences Sociales Paris-Est;  cliquez sur le lien ci-dessous

Selfie -Prinstet –Greco (et quelques autres)

Publié dans Chroniques, Station Simone

Partager cet article

Repost0