Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Minimum pas vital

Publié le par Claude Léa Schneider

Jacques Schneider à une conférence de presse.
Jacques Schneider à une conférence de presse.

"Minimum pas vital et matière grise au rabais"

Quelques phrases choc extraites de cet article sur l'avenir sacrifié des jeunes, daté du 28 novembre 1947.

L'avenir n'existe que dans les discours

Il est indéniable que, mis à part quelques privilégiés, la vie n'est guère facile à l'heure actuelle pour le commun des mortels.

Un étudiant, ce n'est pas un capital qui rapporte sur l'heure, alors ce n'est pas intéressant. Et c'est bien là le drame de notre politique à courte vue. On travaille à la petite semaine. On ne construit pas ; on "rabiboche".

L'avenir n'existe que dans les discours. Lorsqu'il s'agit de l'élaborer, il n' y a plus personne.

Nous avons un gros défaut en France

(...) Un mot est actuellement à la mode : minimum vital. Pour l'étudiant il n'y a pas de minimum vital légal.

Si l'on peut assez facilement tirer les conséquences sociales de cet état de fait, la majorité des gens n'imaginent pas qu'il puisse avoir des résultantes politiques. Et cependant, il y en aura.

Nous avons un gros défaut en France. Nous vivons difficilement avec notre siècle.

Dessin de Kroll
Dessin de Kroll

Une proie pour n'importe quelle propagande extrémiste

  • Les jeunes (...) sont les plus atteints par la situation économique actuelle.
  • Résultat : si les étudiants ne sont pas soutenus par cet omnipotent qui a nom État, si leur pauvreté se transforme en misère, on en fait des aigris.
  • Et chacun sait fort bien ce que, sur le plan politique, on est en droit d'attendre de jeunes déçus, heurtés, blessés par ceux qui auraient dû les aider.
  • Une sensibilité exacerbée, une intelligence surchauffée, dans un corps défaillant, est la proie la plus magnifique que puisse trouver n'importe quelle propagande extrémiste.
Partager cet article
Repost0

Autoentreprise Les Yeux de Goethe

Publié le par Claude Léa Schneider

Logo de mon autoentreprise
Logo de mon autoentreprise

Pourquoi ce nom ?

  • C'est début 2012 que j'ai créé mon autoentreprise Les yeux de Goethe. Une entreprise d'animation culturelle et de conférences sur des thèmes littéraires et artistiques, toujours liés à des savoir-faire artisanaux, dont la gastronomie.
  • C'est vrai, j'admire particulièrement Goethe (1749-1832), non seulement parce que c'est un immense écrivain qui a façonné l'identité culturelle allemande dans ce qu'elle a de meilleur, mais pas seulement. C'est aussi un génie curieux de tout. Ses immenses yeux- globuleux- observent avec une passion dévorante tout ce qui les entoure, et semblent méditer à l'intérieur de leurs orbites, comme si monde terrestre et monde métaphysique s'y rejoignaient.
Les "vrais" yeux de Goethe !
Les "vrais" yeux de Goethe !
  • Oui, vraiment curieux de tout.
  • Et sans forfanterie. Parlant ou connaissant six langues, dessinant, pratiquant divers sports, ne reculant pas devant les exercices physiques, et passionné par les sciences.
  • L'optique, Goethe est l'auteur d'un Traité des couleurs et c'est son cercle chromatique que vous voyez en fond du logo.
  • La botanique : à Rome, il collecte diverses plantes méditerranéennes, inconnues de lui, qu'il met ensuite en pot dans sa chambre et qu'il regarde pousser ...
  • La géologie : au cours de son excursion à Naples et en Sicile du printemps 1787, on le voit ramasser et mettre dans ses poches tous les cailloux qu'il trouve.
  • Et quand il arrive sur une plage avec ses ami(e)s, c'est l'occasion d'une folle "bataille de sable" !
  • Vous l'avez compris : c'est le caractère de ce génie à la fois universel et familier qui m'interpelle.

"Fièvre werthérienne" et "effet Werther"

  • Bien malgré lui, Goethe est aussi à l'origine du commerce des premiers "produits dérivés" !
  • Le succès foudroyant de son premier roman Les Souffrances du jeune Werther, paru en 1774 - il avait 25 ans- l'a poursuivi toute sa vie et a engendré dans toute l'Europe une véritable "fièvre werthérienne".
  • Outre les innombrables œuvres littéraires, musicales,plastiques ... que ce roman épistolaire a inspirées, il y a eu une mode vestimentaire à la Werther -jaune et bleu pour les hommes, rose et blanc pour les femmes- comme Charlotte/ Lotte- des services en porcelaine,etc ... et aussi des suicides à la Werther !
  • " Werther a causé plus de suicides que la plus belle femme du monde." écrit Madame de Staël en 1813.
  • Vous voulez en savoir plus sur ce roman ? Werther Playmobil vous l'explique !

En allemand c'est ici : : https://www.youtube.com/watch?v=He-7C8UkhKk

Et en anglais c'est là : https://www.youtube.com/watch?v=cdG2RopYIOc

(Désolée, je n'ai pas trouvé de version française.)

  • Et pas de photo ni de pub ici des caramels "original" qui portent le nom de ce héros malheureux, car j'ai trop le respect de vos dents !
Werther : de Goethe à Playmobil !Werther : de Goethe à Playmobil !Werther : de Goethe à Playmobil !

Werther : de Goethe à Playmobil !

Mixer les genres

  • Ce petit développement sur Goethe et Werther vous donnera une idée de la façon dont j'aime aborder les sujets : en mixant les genres.
  • Il existe des ouvrages très savants sur le sujet, et j'en ai lus, et j'ai même commencé très jeune !
  • Mais qu'on ne s'y trompe pas : on peut être très sérieux dans le travail de recherche sans se prendre trop au sérieux soi-même.

Rendre la culture appétissante

  • Mon objectif est de rendre la culture "appétissante" et d'avoir un discours plaisant, accessible à tous, en parlant simplement et en illustrant abondamment mon propos.

Transmettre l'enthousiasme

  • Je suis d'un naturel enthousiaste, j'aime transmettre, et mon objectif majeur est de vous transmettre cet enthousiasme pour un auteur, un peintre, un fait de mode, une ville ...
Goethe par Andy Warhol, 1984

Goethe par Andy Warhol, 1984

Quelles sont mes conférences et animations déjà disponibles ?

  • Vous allez le découvrir prochainement au fil des pages de cette rubrique.
  • La recherche, en arts et littérature -comme en science(s) - ne s'arrête jamais ! C'est pourquoi je ne fais jamais deux fois la même conférence :il est toujours nécessaire d'actualiser.
  • Il m'arrive aussi d'adapter un thème à votre demande.

Où ont-elles lieu ?

  • J'habite à Dijon et je travaille dans cette ville et en proche périphérie.
  • Je travaille avec des associations, avec des groupes librement constitués, avec des restaurateurs ou chez des particuliers.
  • Avec mon ordi et mon vidéoprojecteur, je suis autonome : il me suffit d'un mur blanc(ou très clair).

Combien ça coûte ?

  • Une conférence -qui représente au minimum 6 mois de travail- coûte au forfait 65 euros.
  • Dans le cas d'un dîner à thème, il faut compter 5 euros par personne (en plus du prix du repas ou de l'apéritif dinatoire fixé par le restaurateur)
  • Parfois je travaille aussi "au chapeau".
  • Toutes les formules sont ajustables à votre demande.
  • Mon autoentreprise est déclarée, avec un n° de SIRET, si vous le souhaitez je vous délivre donc une facture.

Comment me joindre ?

  • Par l'intermédiaire de l'onglet "contact" de ce blog.
  • En m'écrivant à cette adresse : clasch92@orange.fr

Et à bientôt sur l'onglet de ce blog pour en savoir davantage.

Goethe dans la campagne romaine par JHW Tischbein (1786) et parodie à la" Duckomenta"Goethe dans la campagne romaine par JHW Tischbein (1786) et parodie à la" Duckomenta"

Goethe dans la campagne romaine par JHW Tischbein (1786) et parodie à la" Duckomenta"

Publié dans Les Yeux de Goethe

Partager cet article
Repost0

Précarité étudiante 1947-2016

Publié le par Claude Léa Schneider

1 franc 1947
1 franc 1947

"Il faut bien que jeunesse se passe"

Une enquête de Jacques Schneider, Journal d'Alsace et de Lorraine, 27/11/1947 (extraits)

  • Elle se passe effectivement cette jeunesse, mais non plus dans l'insouciance, dans la fantaisie, dans l'irresponsabilité, mais dans le tragique. Elle se passe dans l'angoisse du lendemain et l’âpreté de l'aujourd'hui.
  • Il n'est pas rose d'avoir vingt ans à l'aube de 1948, et moins encore lorsqu'on fait partie de cette classe des faux privilégiés que l'on nomme les étudiants. L'étudiant 1947 neuf fois sur dix vit dans un taudis, meurt de faim et de misère. On ignore ces drames où le cocasse voisine parfois avec le tragique. On ne sait pas que les Sanas manquent de lits, que cinq étudiants ont préféré le suicide à une lutte inutile.
Manifestation étudiante 2016
Manifestation étudiante 2016
  • Ce n'est pas moi qui dis cela. C'est un authentique étudiant d'aujourd'hui. Il ne fait qu'exprimer la rancœur de milliers de semblables qui constituent, suivant les affirmations des discours officiels "l'élite intellectuelle de la France".
  • Je sais. La France est pauvre. On nous le répète chaque jour, comme on nous répéta en des années pas si lointaines que nous étions vaincus. Le temps du masochisme est arrivé.
  • Mais je ne pense pas que, parce que nous sommes sortis appauvris de la guerre ( et cet appauvrissement n'est au fond que de surface puisque l'on estime à quatre milliards de dollars l'or entassé dans le bas de laine des épargnants français) je ne pense pas que ce soit une raison suffisante pour qu'on laisse à l'abandon ceux qui devront constituer les cadres de la nation de demain.
  • Non seulement on les atteint dans leur dignité, mais cette guerre froide (puisque le mot est à la mode) qu'on leur livre les touche dans leur santé, dans leurs ressources intellectuelles les plus indispensables.
Dessin de CHARB
Dessin de CHARB
  • Avec un budget de 39 milliards et demi affecté à l'Enseignement alors que le budget militaire ordinaire et extraordinaire est de 500 milliards, la France vient dans ce domaine au 29e rang des nations civilisées, après la Turquie et l'Espagne.
  • Et les 3 milliards et demi qui vont à l'Enseignement supérieur la situent au dernier rang. 500 milliards pour la guerre, 40 milliards à peine pour l'Enseignement.Voilà où nous en sommes.
  • Je sais bien que la guerre, comme l'enseignement, est réservée aux jeunes.
  • Mais enfin il serait peut-être temps que nous songions à faire en sorte que jeunesse ne se passe plus, mais demeure. (à suivre)

Quelques textes et chiffres d'aujourd'hui sur la précarité étudiante :

Les étudiants touchés de plein fouet par la précarité sociale :

http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/05/26/les-etudiants-touches-de-plein-fouet-par-la-precarite-sociale_1527583_3224.html

Sur les étudiants qui vivent avec moins de 8€ par jour :

https://www.monde-diplomatique.fr/2014/10/DESLANDES/50891

Les enquêtes de l'OVE (Observatoire de la vie étudiante) ici :http://www.ove-national.education.fr/

Et particulièrement sur le renoncement aux soins (p 16 et suiv) ici :

http://www.ove-national.education.fr/medias/OVE_Situation_economique_et_financiere_CdV2013.pdf

Jeunesse : la "génération sacrifiée" en 3 chiffres :

Précarité étudiante 1947-2016
Partager cet article
Repost0

TRURG !

Publié le par Claude Léa Schneider

Film d'Erwin Wagenhofer (2005)
Film d'Erwin Wagenhofer (2005)

Matinale Radio Cultures Dijon du 25 mai 16

Un monstre à 2 têtes

  • Cette semaine encore je vous présente le nouveau calendrier du jardinage européen, the New calendar of the European gardening, et aujourd’hui en allemand : der neue Kalender der europäischen Gartenarbeit, pour soutenir le moral des jardiniers d’Outre-Rhin, car la firme allemande Bayer- productrice des néonicotinoïdes tueurs d’abeilles– est en train de racheter Monsanto 55 milliards d’euros, nous préparant ainsi un monstre à 2 têtes.
  • Rappelons au passage que Bayer, issu de IG FARBEN, et dont la devise est « for a better life » a acheté en 1943 des déportés à Auschwitz pour servir de cobayes.
  • Et que Monsanto a produit l’agent orange, le défoliant utilisé pendant la guerre du Vietnam, « we feed the world », ils disent !
Semeuse sur une pièce d'1 franc
Semeuse sur une pièce d'1 franc

Du grain à moudre

  • Ce nouveau calendrier du jardinage européen va donc vous aider à survivre au quotidien dans cette Europe cruelle ! Et aujourd’hui nous avons du grain à moudre.
  • Mais auparavant, vous le savez : tout new calendrier du jardinage a aussi son new almanach qui vous donne des new conseils avisés dont le charme, c’est le dicton, issu de la new sagesse populaire, avec l’évocation d’un Saint du calendrier et surtout une rime.
  • Allez, tous ensemble :
  • Si tu tiens à tes patates, ne mets pas de … (glyphosate)
  • A la Sainte Yvonne, ne prends pas … (d’isoflavones)
  • Alors je vous ai dit qu’on a du grain à moudre. Et le grain, ça se sème.
  • Tout individu de plus de 25 ans se souvient d’avoir mis dans sa tirelire des pièces argentées d’1, 2 ou 5 francs, ornées d’une Semeuse.
  • Cette Semeuse en costume de Marianne, créée par Oscar Roty en 1887, symbole de fertilité et de prospérité d’une France paysanne, coiffée du bonnet phrygien, semant ses graines d’un geste auguste devant les rayons du soleil. On la trouve encore, mais sur nos petites pièces jaunes, voyez comment elle s’est dévaluée.
Semeuse de centime d'euro, France
Semeuse de centime d'euro, France

Décérébrée ?

  • Quant à la tête de Marianne sur nos tout petits centimes d’euros, ceux dont tout le monde veut se débarrasser- et d’ailleurs il y a même des pays européens qui les ont supprimés- non désolée, je ne vois pas l’ébauche stylisé du bonnet phrygien sur sa tête, je vois même une tête de femme coupée au ras du front, sans doute parce qu’on l’a décérébrée, et je vois juste au premier plan un mouvement de boucles de cheveux qui transforme le symbole de la République en pub pour l’Oréal !
  • Vous me direz alors : mais c’est normal, nous ne vivons plus dans une France paysanne, et là je vous arrête :
  • parce que la France reste le 1er exportateur mondial de plants et de semences agricoles, et le 3ème marché intérieur pour les graines après la Chine et les Etats-Unis, c’est une filière qui réunit 72 entreprises et près de 18.000 agriculteurs.
  • Donc quand t’avais fait quelque chose de bien, tes parents te donnaient parfois une Semeuse. Mais quand un autre avait fait mieux que toi, ils te disaient : « prends–en de la graine », voulant te dire par là que c’était un bon exemple à suivre, parce qu’une graine, ça se sème, et ça se ressème, ça pousse, c’est vivant, c’est un haricot magique, c’est la source de toute culture.
Graines de courge
Graines de courge

Le monde selon GURTs

  • Mais c’était à l’époque où l’une des filiales de Monsanto n’avait pas encore inventé la graine stérile !
  • La graine rendue stérile, parce que génétiquement modifiée, un système baptisé Terminator, qui dépasse en épouvante tous les films d’horreur que vous avez vus.
  • Mais comme une majorité écrasante de la population européenne rejette les OGM, et que d’ailleurs de nombreux États en ont interdit la culture, ces multinationales de l’agrochimie se sont demandé comment contourner la loi, alors elles ont inventé des technologies encore plus fines, en anglais des GURTs.
  • En bon français, ça s’appelle des TRURG, des Technologies de Restriction de l'Utilisation des Ressources Génétiques ou T-R-U-R-G !
  • Ces technologies empêchent la réutilisation des semences lors de la saison suivante, ce qui fait que si je récolte des graines de mes plantes dans mon champ ou mon jardin, je ne peux pas les ressemer, elles sont stériles, je dois en racheter ! On a inventé un moyen de stériliser la nature, génial les TRURG, non ?
Pommes "Belle fille de la Manche"
Pommes "Belle fille de la Manche"

Quand on me dit TRURG

  • Quand on me dit TRURG, je ne sais pas vous, mais moi je dis argh ! je dis argh parce que ces multinationales se targuent de nourrir le monde, mais elles se liguent, nous narguent et nous conduisent à la morgue !
  • Quand on me dit TRURG, moi, sur un ton rogue, je dis argh et puis j’argue ! j’argue qu’on ne sait pas ce qu’elles nous fourguent, dans quoi elles nous embringuent. Vraiment ça schlingue ! ça me flingue, ça me déglingue ! ça vous rend pas dingues ?
  • Et l’arrêt des TRURG, c’est-ce que demandent la majorité des agriculteurs d’Europe, le droit de cultiver dans le respect de la biodiversité, sans OGM, le droit de réutiliser les semences paysannes, de fermes, de jardins, de les échanger et de les vendre librement.
  • Les graines sont vivantes et elles ont un passé – elles ont été cultivées parfois depuis des siècles et la biodiversité, c’est le patrimoine de la nature, c’est un bien commun : c’est ce qui te permet de croquer dans une Marie-Doudou ou une Belle Fille de la Manche, dans une Calville ou dans une Reinette, ou dans l’une des 100taines de variétés de pommes dont certaines datent d’avant le XIe siècle.
On voudrait nous faire croire
On voudrait nous faire croire

On voudrait nous faire croire

  • Alors ces multinationales de l’agrochimie, sentant notre résistance, elles se disent, tiens, on va faire plus fort ! et si on brevetait le vivant ? si on faisait de la nature un monopole privé ? Bah oui, quoi, plus c’est gros, mieux ça passe ! Et c’est ce qui est en train d’arriver en Europe.
  • Car ces multinationales ont illico demandé en Europe le droit de déposer des brevets sur les plantes ou des parties de plantes, le droit de déposer ce qu’on appelle des COV, des Certificats d’Obtention Végétale, une prétendue forme de « droit de propriété intellectuelle » détenu par les "obtenteurs" d’un type de semence et ces multinationales viennent de l’obtenir !
  • La Grande Chambre de Recours de l'Office Européen des Brevets vient de leur accorder ce droit ! Ainsi l'Office européen des brevets vient de valider le brevet d’un brocoli génétiquement transformé.
  • Et on voudrait nous faire croire que s‘approprier le patrimoine génétique des légumes, c’est pour le bien de l’humanité ! alors là j’encourage sur le champ tous les brocolis libres qui nous écoutent à muter en choux anthropophages.
  • Et on voudrait nous faire croire que la diversité des plantes cultivées, amendée par des générations depuis la nuit des temps, c’est une « propriété intellectuelle », et là j’invite Beaumarchais, père du barbier Figaro et inventeur des droits d’auteur pour empêcher les artistes de son temps de crever de faim, à se retourner dans sa tombe et à hanter de cauchemars affreux ces déposeurs de prétendus brevets.
  • Ces semenciers industriels qui veulent se faire plein de blé en s’appropriant les espèces vivantes, qui méritent qu’on leur fasse manger des pissenlits OGM par la racine et qui commencent à nous courir sur le haricot !
  • Et pour conclure le new almanach du new calendrier du new jardinage européen vous donne aujourd’hui ces 3 conseils avisés :
  • A la Sainte Armance, protège tes semences.
  • A la Saint Hugues, méfie-toi des TRURG.
  • Et si la Semeuse disparaît, fait travailler …ton cervelet.
  • Tiens, moi, toutes ces mauvaises graines, ça me donne envie d’écouter Nick Cave and the bad seeds !

Publié dans Chroniques

Partager cet article
Repost0

Néonicotinoides

Publié le par Claude Léa Schneider

Néonicotinoides

Néonicotinoïdes et St Androïd

Un nouveau calendrier du jardinage

J'ai eu la chance d'être invitée au printemps dernier à la Matinale de Radio Cultures Dijon, ce qui m'a donné l'occasion d'inaugurer mon "nouveau calendrier du jardinage européen", the New calendar of the European gardening, inventé tout spécialement pour vous aider à survivre.

Mais pas de podcast pour la Matinale, donc, à la demande de ceux qui les ont ratés, voici les 3 épisodes.

  • 18 mai 2016

(Rappel de l’épisode précédent : nous avons laissé notre secrétaire d’Etat aux Affaires Européennes préféré, avec sa pelle, non pour enterrer un peu plus l’Europe, mais pour planter un arbre.)

  • Comme vous le savez, tout bon calendrier du jardinage a aussi son almanach qui vous donne les conseils de saison, dont le charme, c’est le dicton, le proverbe issu de la sagesse populaire, avec l’évocation de préférence d’un Saint du calendrier et surtout une rime : allez, tous ensemble :

A la Ste Catherine, tout prend ….racine !

A la Ste Luce, les jours croissent du saut d’une …puce !

En mai, fait ce qu’il te ….plaît !

  • En même temps, un almanach ne peut pas tout prévoir, par exemple s’il est vraiment honnête, il vous dira : S’il pleut à la St Boniface, qu’est-ce que vous voulez qu’on y fasse !
  • En revanche notre new almanach va essayer de vous apprendre à survivre au quotidien dans cette Europe sans pitié, avec ses avertissements par ex :
  • A la Ste Denise, Monsanto n’en fait qu’à sa guise
  • et ses conseils avisés : Si tu tiens à tes patates, ne mets pas glyphosate.
Un nouveau saint au calendrier
Un nouveau saint au calendrier

Canonisation de St Androïd

  • Je profite de cette occasion, pour vous annoncer la canonisation d’un nouveau Saint, remplaçant St Glinglin, tellement invoqué par nos politiques pour remettre à plus tard toutes les décisions qui pourraient nous améliorer la vie, qu’il est actuellement en congé de longue maladie.
  • J’ai donc le plaisir de vous présenter aujourd’hui le remplaçant de St Glinglin, j’ai nommé St Androïd. C’est un saint moderne, un saint d’avenir, il plaira à tous ceux qui procrastinent en politique, comme ailleurs.
  • Et comme ça se trouve ! St Androïd rime avec notre sujet du jour: les néonicotinoïdes Avec notre rubrique spéciale :

"Luttons au jardin européen contre les nuisibles, qui ne sont pas ceux qu’on croit."

On voudrait nous faire croire
On voudrait nous faire croire

On voudrait nous faire croire

  • Ça fait déjà un certain temps qu’on voudrait nous faire croire que ce sont les animaux eux-mêmes qui sont responsables des catastrophes écologiques et même responsables de leur propre disparition !
  • Ce serait le pet des vaches qui serait responsable des gaz à effet de serre, comme si les vaches avaient décidé elles-mêmes de se constituer en monstrueux troupeaux d’élevages industriels, pour se faire bouffer à raison de 80 kg annuels par habitant.
  • Ce serait les chats qui seraient responsables de la disparition de 420 millions d’oiseaux en Europe depuis 30 ans, et j’engage tous les chats européens qui nous écoutent à manifester bruyamment contre cette allégation mensongère.
  • Et ce serait les seuls frelons asiatiques, tout à fait redoutables, c’est vrai, qui seraient responsables du fait qu’en 15 ans les ruchers d’Europe ont perdu 90% de leurs abeilles, et pas du tout les insecticides produits en masse par les lobbys phytosanitaires, non ! non ! non !
Abeille butinant
Abeille butinant
  • Tout individu de plus de 25 ans a pu observer par lui-même qu’il y a moins d’insectes bourdonnants autour des fleurs que quand il était petit.
  • Or, selon l’INRA, la production de 84% des espèces cultivées en Europe dépend directement des insectes pollinisateurs.
Dessin de RED !
Dessin de RED !

Un insecticide systémique

  • La cause principale de ce qu’on appelle le « syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles », on le sait maintenant avec certitude, ce sont les néonicotinoïdes : une classe d’insecticide systémique- ça veut dire qui pénètre dans tout le système de la plante - mise sur le marché en 1991, très toxique, très concentrée, très peu biodégradable, qui affecte non seulement le système nerveux des abeilles en les tuant par paralysie, mais qui se répand dans la terre, l’eau , les nappes phréatiques et qui, au bout d’ ¼ de siècle d’utilisation arrive dans nos assiettes et affecte notre santé. Attention, il y en a aussi dans certains colliers insecticides pour chiens et chats !
  • C’est pourquoi, en 2013, la Commission européenne a suspendu l'utilisation de 3 de ces néonicotinoïdes.
  • Et dans le cadre du projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, notre l’Assemblée nationale, il y a tout juste 2 mois, a finalement adopté, l’article 51 interdisant l’usage des néonicotinoïdes, après des heures de débats, par 30 voix contre 28, ce qui fait 58 votants, sur 577 députés , ce qui m’amène à me demander :
  • ·1er ) où étaient allés butiner les 519 autres ? 2e) qu’est-ce qu’ont promis les lobbys phytosanitaires aux députés qui ont voté contre ? certainement pas leur poids en miel, mais peut-être en Roundup ? on ne sait pas …
  • ·Enfin on était un peu rassuré, même si le décret d’application prendrait effet à la St Androïd, je veux dire au 1er septembre 2018.

Le Sénat
Le Sénat

Une majorité de sénateurs !

  • Mais voilà-t-y pas que le 12 mai dernier, une majorité de sénateurs s'est opposée à l'interdiction totale des néonicotinoïdes, alors que ces insecticides tuent 750 abeilles par seconde en France ! N’acceptant même pas la date de mise en application de 2020 ! Bonjour St Androïd ! Personnellement, ces chiffres me donnent le bourdon !
  • Ce qui fait qu’on les appelle maintenant, non plus des sénateurs, mais des "sénaTueurs d’abeilles"
  • J’ai bien dit une majorité, mais pas tous les sénateurs. Si vous voulez savoir quels sont vos SénaTueurs, allez sur :
  • http://www.laclefdesterroirs.com/actus/mais-ou-sont-les-senatueurs-d-abeilles

  • Et comme depuis tout à l’heure j’en entends qui tapent frénétiquement sur leur clavier pour trouver ce que je vais bien faire rimer avec Androïd et néonicotinoïdes, je ne résiste pas plus longtemps au plaisir de vous livrer le dicton du jour du new almanach, tout spécialement dédiés à nos sénaTueurs d’abeilles:
  • "Si tu tiens à tes spermatozoïdes, n’attends pas la St Androïd pour interdire les néonicotinoïdes ."
  • A bientôt !

Publié dans Chroniques

Partager cet article
Repost0

Monnaies locales

Publié le par Claude Léa Schneider

Juliette Muguet-Guenot
Juliette Muguet-Guenot

Ce lundi 26 septembre à 19h, sur le 100 FM de Radio Cultures Dijon, écoutez Juliette vous expliquer ce qu'est un Système d'Echange Local et tous les avantages que cela apporte pour votre région et votre environnement. Vous pouvez aussi en savoir davantage en consultant l'article ci-dessous. Bonne écoute, bonne lecture et à bientôt !

 Billet de "100 marks physiocratiques"
Billet de "100 marks physiocratiques"
  • Longtemps interdites dans le passé, même lorsqu’elles contribuaient à éradiquer la pauvreté dans une micro-région, les monnaies locales appelées aussi Monnaies Locales Complémentaires (MLC) ou « monnaies fondantes » ou encore SEL (pour Système d'échange local) se sont beaucoup développées en Europe et particulièrement en France depuis 2010.
  • Ici une carte : http://monnaie-locale-complementaire.net/france/
  • Elles sont maintenant autorisées, voire encouragées depuis la loi relative à l'économie sociale et solidaire (ESS) du 12 juillet 2014.
Future monnaie locale ?
Future monnaie locale ?
  • En Bourgogne et particulièrement à Dijon, plusieurs tentatives passées n’ont malheureusement pas fonctionné durablement.
  • Mais au printemps dernier (avril 2016) la Péniche Cancale a pris l’initiative d’une conférence d’information sur le sujet. Pour en savoir plus :
  • http://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne/cote-d-or/dijon/economie-chouette-un-projet-de-monnaie-locale-dijon-970437.html

  • Disposerons-nous bientôt de « chouettes » pour acheter fruits et légumes au marché de Dijon ? Je l’espère de tout cœur. Mais le choix du nom de la monnaie n’est pas encore arrêté.
  • Si vous souhaitez mettre votre « grain » de SEL (c’est le nom d’une monnaie locale de l’agglomération havraise !), vous avez encore jusqu’à la fin du mois d’août pour donner votre avis, en répondant à ce rapide sondage :
  • https://www.facebook.com/chouettemonnaielocaledijon/
  • En effet, les monnaies locales, qui empêchent toute spéculation, présentent bien des avantages.
  • Le système mis en place fonctionne et l’interview est encore d’actualité.
  • Son expérience est passionnante et vous pouvez l’écouter ici :

http://radio-cultures-dijon.com/wp-content/uploads/Le%20mot%20sur%20la%20main%20-%20SOM%20avec%20Juliette%20Muguet%20Guenot.mp3

  • Juliette Muguet–Guenot a un sérieux bagage de diplômes et d’expérience. Elle a en outre travaillé pendant 4 mois comme consultante auprès de Patrick Chamoiseau, dans le cadre du Plan d’Action pour le Développement de la Martinique.
  • Patrick Chamoiseau, à qui j'emprunte cette citation : "« La Martinique est une vieille terre d’esclavage, de colonisation, et de néo-colonisation. Mais cette interminable douleur est un maître précieux: elle nous a enseigné l'échange et le partage.", est venu à Dijon pour le 2ème festival Clameurs et il est très engagé dans le développement harmonieux de la Martinique.
  • Si vous n'avez encore rien lu de lui, commencez donc par son roman Texaco ( prix Goncourt 92).
  • Pour ma part, L'Empreinte à Crusoé me semble la plus géniale réinterprétation du mythe de Robinson, depuis Michel Tournier.
  • Et allez, on termine pour aujourd'hui en se "bidonnant" en musique avec une vidéo :
  • Ti bidon, comme p’tits bidons… d’essence ! , écrit par RIDDLA pendant la grève des stations services qui a frappé les Antilles en 2014. C’est devenu un tube depuis.
L'écrivain Patrick Chamoiseau, Texaco et L'Empreinte à CrusoéL'écrivain Patrick Chamoiseau, Texaco et L'Empreinte à CrusoéL'écrivain Patrick Chamoiseau, Texaco et L'Empreinte à Crusoé

L'écrivain Patrick Chamoiseau, Texaco et L'Empreinte à Crusoé

Publié dans Archives

Partager cet article
Repost0

Journal de Jacques Schneider/ Présentation

Publié le par Claude Léa Schneider

L'instit Victor Novak interprété par Gérard Klein
L'instit Victor Novak interprété par Gérard Klein
  • Jacques Schneider - mon père (1913-1963)- était journaliste au Journal d’Alsace et de Lorraine «le plus ancien quotidien de France fondé en 1787 », devenu ensuite le Journal d’Alsace, puis il a travaillé à l’Agence France Presse (AFP) avant de devenir instit pour des raisons familiales, comme dans la célèbre série télé franco-suisse du même nom !
  • Il y a d'ailleurs, dans la façon dont mon père pratiquait son métier d'instit, quelques points communs avec le caractère du héros Victor Novak interprété par Gérard Klein depuis ...1993 !
Famine en Chine, fin des années 1950
Famine en Chine, fin des années 1950
  • Même ouverture d'esprit, même respect des enfants, même sens de l'accueil des différences. Toujours journaliste dans l'âme et ouvert sur le monde, mon père enseignait alors dans une école primaire du boulevard Diderot, à Paris dans le 12e, avec des méthodes non conventionnelles car il accueillait beaucoup d'enfants de réfugiés, en particulier des Chinois qui fuyaient le régime de Mao, le "Grand Bond en avant" et la famine.
Journal d'Alsace et de Lorraine, une page de 1946
Journal d'Alsace et de Lorraine, une page de 1946
  • Pour en revenir à son métier de journaliste, j’ai retrouvé assez récemment ses articles parus dans le Journal d’Alsace et de Lorraine pendant les années 1947-1948, les années de l’après-guerre, de la reconstruction, où tout manquait, où la France était pauvre et où, disait-il, elle sacrifiait sa jeunesse.

  • La France est-elle pauvre aujourd'hui ?

  • Oui, si l'en croit le site de l’Observatoire des inégalités : http://www.inegalites.fr

  • Mais d'autres vous diront aussi que d'une certaine façon, elle n'a jamais été aussi riche.

  • Sacrifie-elle sa jeunesse ? Il me semble que oui, mais vous n'êtes peut-être pas de mon avis.

  • Quoi qu'il en soit, il me semble intéressant de confronter certains de ces articles, sur ces thèmes et sur d'autres, avec la réalité d’aujourd’hui.

  • Ce sont des extraits de ces articles, écrits sous son nom de Jacques Schneider ou sous les pseudos de Jacques Michel ou Pierre Alven, que vous trouverez prochainement dans cette rubrique.

  • A bientôt !

Partager cet article
Repost0

Le Mot sur la Main / Le climat au pied du mur

Publié le par Claude Léa Schneider

Une des fresques (Paris 19e) par CARE France pour la COP 21
Une des fresques (Paris 19e) par CARE France pour la COP 21

Le Mot sur la Main n° 29, diffusé sur Radio Cultures Dijon 100.FM le 4 janvier 2016

Louise Bonnet, CARE France et COP 21

  • Louise Bonnet est une jeune femme passionnée, engagée très jeune dans l'humanitaire. Elle est actuellement chargée de mission auprès de l’ONG CARE France.
  • Je la reçois pour qu'elle nous décrive son parcours, sa formation et les formes de son engagement.
  • Elle nous explique le rôle joué par une ONG comme CARE International dans la préparation de la COP 21 : cette organisation internationale s’attaque aux causes profondes de l’extrême pauvreté dans le monde et au respect des droits humains, elle met l’accent sur le rôle des femmes et privilégie le travail des équipes locales implantées sur le terrain.
  • Au sein de l’équipe Changement climatique/Réduction des risques de catastrophes Louise Bonnet a coordonné le projet artistique « Le Climat au Pied du Mur », un parcours de street art développé dans le 19e arrondissement de Paris pour faire comprendre l' impact des dérèglements climatiques sur les droits humains.
  • Comme quoi l’art peut contribuer à lutter contre le réchauffement climatique.
édité chez Delcourt
édité chez Delcourt
  • Un entretien tonique et engagé qui fait prendre conscience qu'il faut changer nos habitudes, qui conduit à réfléchir sur le droit -ou non- d'ingérence des ONG et sur la très relative notion de "bonne gouvernance".
  • Pour terminer avec humour sur un sujet "environnemental", je vous conseille la lecture du l’album de Philippe Chapuis, alias ZEP : What a wonderful World ! publié aux éditions Delcourt. Selfie, écologie, djihadisme : rien n’arrête son style décapant !
  • Ce n° 29 du Mot sur la Main est encore disponible- plus pour longtemps !- en podcast sur le site de Radio Cultures Dijon ici :

http://radio-cultures-dijon.com/wp-content/uploads/Le%20mot%20sur%20la%20main%20-%204%20janvier%20-%20CARE%20France%20et%20COP21.mp3

  • Passez un bon moment d'écoute et de lecture !

Publié dans Archives

Partager cet article
Repost0

Le Mot sur la Main. Présentation

Publié le par Claude Léa Schneider

L'équipe des bénévoles 2015-16
L'équipe des bénévoles 2015-16

Bénévole à Radio Cultures Dijon 100FM depuis 2014, j'ai créé et j'anime une émission culturelle, enthousiaste et biodégradable intitulée Le Mot sur la Main -le lundi à 19h, e attente de la nouvelle grille des programmes 2016-17.

Radio Cultures Dijon, c'est une radio locale, différente et indépendante que vous pouvez écouter sur le 100.0 FM, ou bien en streaming ici : http://radio-cultures-dijon.com

ou encore en podcast, partout et à l'heure qui vous convient, ici :

http://radio-cultures-dijon.com/category/podcasts/

Dans les articles qui suivent, retour sur les n° du Mot sur la Main depuis janvier 2016.

Publié dans Archives

Partager cet article
Repost0

foot : mon top 3

Publié le par Claude Léa Schneider

Affiche du film.
Affiche du film.

Je vais bien finir par aimer le foot, à travers certaines œuvres qu’il inspire.

Pour l’instant j’ai un top 3 : une BD et 2 films. Par ordre chronologique :

1979 : Coup de tête. Jean-Jacques Annaud/ Francis Véber

Avec Patrick Dewaere jeune, insolent et ingérable pour l’éternité, la sienne et la nôtre. On le voit, on le revoit, on a envie de donner des coups de tête et de pied partout : on ne s’en lasse pas.

Les années 70 étaient plombantes de bétonnage paysager et de fausses certitudes socio-économiques, mais elles étaient capables de produire des films percutants.

Couverture de la BD
Couverture de la BD

1987 : Hors-jeu. Le tandem franco-belge Cauvin/Bilal imagine le foot du futur, lequel se rapproche à grande vitesse. Et les personnages de Bilal, tu les croises aujourd’hui dans la rue.

affiche du film
affiche du film

2012 : Comme un lion film de Samuel Collardey, joué par les excellents Mytri Attal et Marc Barbé- et Jean-François Stévenin dans le rôle de l’agent véreux et très lâche, mais comme Stévenin est jurassien on lui pardonne !- film diffusé mercredi dernier sur ARTE, ce qui me suggère cette page.

Du Sénégal à la Franche-Comté : Comtois, rends-toi ! Nenni ma foi ! ça pourrait être la devise de l’ado sénégalais trompé par des recruteurs véreux, déraciné, abandonné sans ressources dans la banlieue parisienne, accablé d’une dette morale et financière, riche de ses seuls espoirs de devenir un grand joueur de foot. Ce qu’il devient, grâce à un scénario astucieusement ni sucre ni mélo.

L’affiche est très moche. Tiens donc ! Pourquoi avoir redessiné, éclairci, voire occidentalisé le visage pourtant parfaitement sympathique et expressif de Mytri Attal ? On dira que c’est pour une meilleure identification des jeunes publics, ben voyons !

Le film vaut vraiment beaucoup mieux que ça. Normalement, sur ARTE + 7, vous avez encore jusqu’à mardi 9 pour le voir.

Claude Léa Schneider, 06 VIII 16.

Publié dans Chroniques

Partager cet article
Repost0

<< < 10 11 12