Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

28 articles avec chroniques

Demandez le programme !

Publié le par Claude Léa Schneider

Demandez le programme !

Les temps sont durs pour la culture. Vous avez remarqué ?  Quand vous allez au théâtre, il est de plus en plus difficile de se procurer un vrai programme. Même pour un spectacle de prestige, on vous donne une mince feuille A4 imprimée recto-verso et pliée en 2.

Les restrictions budgétaires  sont telles dans la création théâtrale que bien souvent les acteurs doivent se partager les rôles ! Et d’ailleurs beaucoup sont passés maîtres dans ces rôles transformistes. On croyait qu’ils étaient 16, et quand ils viennent saluer, on découvre avec admiration qu’ils n’étaient que 4 ! C’est pour ça qu’on aimerait bien avoir un programme pour savoir quel acteur ou actrice tenait  tout à la fois les rôles de la Comtesse, du chien, de la petite fille aux allumettes et  d'Estragon.

Mais les programmes de théâtre sont honnêtes : si 2 acteurs se partagent un rôle en alternance parce qu’ils sont obligés d’avoir un autre boulot à côté pour pouvoir survivre, c’est écrit ! Enfin, pas qu’ils font la plonge au restau du coin, mais qu’ils jouent en alternance.

Demandez le programme !

Alors que c’est tout le contraire pour les élections présidentielles : vous avez remarqué ? 11 acteurs pour un seul rôle et beaucoup de programmes. Les candidats sont tellement nombreux, que-vous avez vu ? dans les deux soirées télévisées, ils étaient debout ! pendant plus 3 heures ! ou alors ils avaient des petits appuie-fesses très mesquins et inconfortables, comme ceux des stations de la ligne 14 du métro parisien, pour empêcher tout un chacun de profiter indûment d’un petit moment de repos.

 Est-ce qu’on veut appliquer partout la cruelle loi du cocotier ?  Histoire d’éliminer physiquement le candidat qui va s’écrouler au bout de 2h47 mn et qu’on va évacuer sur une civière?

Non, c’est sans doute c’est  parce qu’il n’y avait plus assez de chaises dans le studio.

C’est tout le contraire du Club Sandwich où nous, à Radio Cultures, on a 2 chaises par personne, pas une chaise pour chaque fesse, non, 2 chaises superposées parce que la table du studio est un peu trop haute ! Mais l’avantage c’est que ça nous aide à prendre de la hauteur sur les événements.

Demandez le programme !

Mais, pour en revenir aux programmes des candidats,  nouveauté, pour la première fois on ne les recevra pas dans nos boîtes à lettres. Eh bien tant mieux pour les arbres ! Et même si c’était du papier recyclé, combien de milliers de tonnes on a auparavant jetés à la poubelle …

A la place, vous avez remarqué ?  les candidats  associent leur programme. Ils se refilent le linge pour le laver en famille. Ça fait des économie d’électricité : - Ah ? tu fais tourner un programme euro-sceptique ? Tiens, j’ai quelques promesses,  je peux les mettre dans ta machine ? - Oui, pas de souci, ça ne pèsera pas plus de 5kg de toute façon.

- Ah, tu fais un programme couleur « je promets les milliards qu’on n’a pas » : je peux te laisser ma chemise ? - Oui, pas de soucis, j’ai déjà la planche à repasser les billets virtuels qui tourne !

Ah les programmes électoraux ! Quelle poésie épique et héroïque !  Il y a ceux qui rêvent  leurs programmes,  il y a ceux qui, une fois  élus, n’ont plus l’intention  de réaliser le rêve qu’ils ont vendu,  et ceux qui, une fois élus, ont la ferme intention de l’appliquer, mais n’y arrivent pas, parce qu’on leur met des bâtons dans les décrets. On en connaît quelques-uns et de tous les style, dont un outre-atlantique.

Mais est-ce que les  grandes décisions politiques se décident sur un programme ? Imagine-t-on De Gaulle annonçant dans un programme électoral qu’il allait redonner son indépendance à l’ Algérie ? Imagine-t-on un programme pour faire tomber le Mur de Berlin ? Est-ce que refuser d’associer la France à la guerre en Irak s’est décidé dans un programme ? Non !

La face du monde tient parfois à quelques mots dits dans l’instant.

Demandez le programme !

A la place du programme électoral, je demande plutôt un plan de vol. Suggestion : pourquoi on ne soumettrait pas les candidats aux tests physiques et psychologiques auxquels sont soumis les pilotes de ligne des vols longs courriers, alors qu’ils embarquent au maximum par vol  400 personnes pour une 20taine d’heures ? Alors que notre postulant-e au fauteuil présidentiel va embarquez 66 millions de personnes pour 5 ans ?

Mais, continuez donc à demander le programme …

Les candidats du jeu de téléréalité Eden sur Channel 4

Les candidats du jeu de téléréalité Eden sur Channel 4

Demandez aussi  le programme télé ! ça peut être utile de lire le programme télé, surtout quand on participe à une émission de téléréalité ! Il y a un an, au mois de  mars 2016, les 23 candidats du jeu Eden de la chaine britannique Channel 4, sont partis au nord de l’Ecosse dans une forêt hostile  pour vivre complètement coupés du monde, sans téléphone, sans télé, sans internet, sans rien … Ils devaient apprendre à survivre. Pendant un an. Donc ils sont revenus récemment, fin mars 2017, ils pensaient qu’ils allaient  être reçus comme des stars !

 Et c’est là qu’ils auraient tout de même dû s’abonner à un programme télé dans leur forêt d’Ecosse. Parce que Channel 4 avait déprogrammé l’émission depuis  le mois d’août,  personne ne les avait prévenus et personne ne les attendait. Ce qui fait qu’ils en ont bavé pendant 8 mois, pour rien !!!

Demandez le programme !

Pour terminer sur cette folie des grandeurs des programmes télévisuels et présidentiels, je rappelle à votre méditation dominicale les dernières paroles du programme politique de Don Salluste/ Louis de Funès  dans La Folies des Grandeurs : « Nous conspirons, le roi répudie la reine, la vieille épouse le perroquet, César devient roi, je l’épouse et me voilà reine. » et je vous laisse faire le casting parmi nos 11 candidats :  qui tiendra les rôles- sachant que, c’est comme au théâtre, un même acteur peut en jouer plusieurs. A vous d’imaginer, n’oubliez pas non plus Blaze, le muet et les barbaresques.

Rassurez-vous, cette crise de dérision ne m’empêchera pas d’aller  voter dimanche 23 parce que c’est non seulement un droit et un devoir mais aussi une liberté que, dans d’autres pays,  encore on nous envie.

Le podcast complet de l'émission, il est là :

http://radio-cultures-dijon.com/podcasts/club-sandwich-emission-du-dimanche-9-avril-2017-326

 

Demandez le programme !

Publié dans Chroniques

Partager cet article

Repost 0

Approche cognitive

Publié le par Claude Léa Schneider

Approche cognitive

Chronique n°25 du dimanche 26 mars 2017

N’écoutant que son courage, Hervé Pizzinat, proviseur du Lycée Alexis de Tocqueville  de Grasse, qui  dirige cet établissement depuis trois ans et qui est  apprécié de tous, a été blessé par balle à l’épaule en faisant barrage physiquement à l’adolescent armé qui voulait tirer sur des élèves du lycée et il a parlementé avec lui, malgré la menace d’une arme, pour essayer de le calmer.

Pour cet acte de courage, plusieurs personnes ont demandé qu’il soit décoré de la Légion d’Honneur, mais lui, interrogé le lendemain  par les média, a déclaré modestement que ce qu’il avait fait n’avait rien d’extraordinaire et qu’il ne portait pas de tenue de super–héros parce que tout est allé très vite et il a même dit : "Je ne peux pas vous expliquer ce qui s'est passé hier parce que c'est assez inexplicable".

Approche cognitive

Alors là, je suis choquée ! pas vous ? quelle manière commune, voire triviale d’expliquer, voire de non-expliquer, ce qui s’est passé alors que, en tant que chef d’établissement, il dispose du riche vocabulaire des sciences de l’éducation ! Non, vraiment, il ne mérite pas les honneurs !

Parce que, c’est bien connu,  la verbalisation d’une action vécue requiert une connaissance autonome incorporée et contient une part sensible de savoir-faire non conscient, puisqu’elle se situe a posteriori de la situation réelle spécifiée.

Décrire la façon dont il s’est interposé fait appel aux diverses formes de la mémoire et  aux récepteurs sensoriels, mais disons que son acte a été une articulation d’actions réfléchies et d’automatisation de procédures qu’il a mises en œuvre en activant le plan de confinement, qu’il y a eu une continuité spatio-temporelle d'actions pour neutraliser son adversaire en lui imposant une domination corporelle symbolique, tout en tenant compte des contraintes données grâce à une approche sociale et cognitive.

Même si les tenants du behaviorisme, qui considèrent l’expérience sensible comme le réel, soutiendraient la thèse selon laquelle son comportement a été le résultat de l'expérience que l'environnement lui a fait vivre, il a su gérer l’intervenant non-coopératif et intrusif grâce à une flexisécurité transparente, à la faveur de laquelle le pire a été évité.

Approche cognitive

Rappelons en effet que les tâches d’un chef d’établissement de l’Education Nationale 

  • l’obligent à savoir mobiliser les pôles d’échanges intermodaux de cohortes de  population scolaire  en milieu standardisé,
  • qu’il doit être capable de fédérer les acquis communautaires par une méthode ouverte de coordination avec des repères de progressivité,
  • qu’il est important qu’il favorise  les gisements d’efficience par l’éclosion des potentialités internes,
  • qu’il se doit de promouvoir le principe de subsidiarité tout en fédérant les polarités de la création et de l’innovation dans un développement en contexte,
  • Et que surtout, il doit  pouvoir absorber toutes les données substancielles du jargon de l’Education Nationale, ses circulaires, ses directives, ses recommandations  et savoir les appliquer  sans dégrader ses propres performances cognitives globales, c’est-à-dire, en clair, sans devenir dingue ! Et c’est bien ce qu’il a su faire !
  • Et  ça aussi, ça mérite la Légion d’Honneur ! Donc il l’a doublement mérité, sa Légion d’Honneur, le proviseur Hervé Pizzinat  !!!
Approche cognitive

Post-Scriptum : Non,  l’enseignement  en France, ses théoriciens, ses programmes, ses manuels scolaires  n’ont pas du tout de problème de langage, ils sont largement compris de l’ensemble de la population et ils  n’accentuent  pas du tout les inégalités sociales ! Bah non ! Mais qui dit ça ?!

Des rapports très sérieux qui démontrent que  depuis des décennies l’école française creuse les inégalités sociales, comme le souligne un récent rapport du Cnesco, le Conseil National d’Evaluation de Système Scolairela France est le pays le plus inégalitaire de l'OCDE et fait partie de ceux dont le niveau des élèves défavorisés a le plus baissé entre 2003 et 2012.

Et en plus  ce sontt des rapports commandés par l’institution elle-même, qui  coûtent cher, qui s’entassent et dont elle ne tient pas compte!  Parce que, c’est vrai, pourquoi changer des équipes qui perdent et des méthodes qui font perdre? Alors que c’est tellement mieux de se tirer une balle dans le pied ?

Certes, chaque profession a son jargon et son glossaire, mais d’où on sort cette idée bien ancrée  dans les lobbys disciplinaires de l’Education Nationale que parler simplement avec les mots du langage commun est une dégradation intellectuelle ?

  • Ça me rappelle une réplique du Mariage forcé de Molière, quand  Pancrace, le philologue pédant,  demande à Sganarelle
  • De quelle langue voulez-vous vous servir avec moi ? 

Ce à  quoi Sganarelle répond

  • Parbleu,  de la langue que j’ai dans la bouche !
Approche cognitive

Et pour terminer ce Club Sandwich, Christophe, notre meneur de jeu, vous recommande la lecture de ce livre (que pour ma part je vais m'empresser de lire).

Quant à moi, je ne saurais trop vous recommander celui-ci :

 

 

 

 

 

Le podcast complet de l'émission,

il est là :

http://www.radio-cultures-dijon.com/podcasts/club-sandwich-emission-du-dimanche-26-mars-2017-284

Publié dans Chroniques

Partager cet article

Repost 0

Exclu !

Publié le par Claude Léa Schneider

Exclu !

Club Sandwich n° 24 du 19 mars 2017

Exclu !

Exclu ! Depuis quelques temps je reçois sur mon mobile ce message de la part d’enseignes commerciales auxquelles j’ai eu la faiblesse de céder mes coordonnées. Ou peut-être qu’elles m’ont été extorquées à la faveur d’une promo bidon.

Et pourquoi je suis exclu/e, je me demande ? qu’est-ce que j’ai fait ?

 Non, erreur ! il ne s’agit pas du participe passé du verbe exclure, d’une injonction qui m’enverrait immédiatement sur le banc de touche ! il s’agit du nom exclusivité radicalement tronqué et raccourci à  deux syllabes. Ex-clu ! Exclu= Exclusivité !

 

Ah bon ! Ce n’est donc pas une mise au ban de la société, mais au contraire une invitation qui me montre que je fais partie d’un petit nombre de privilégiés partageant des privilèges privilégiants, des bonus bonifiants, des avantages avantageux, des faveurs favorisantes, des droits exclusifs dont je peux jouir, une prérogative de client privilégié, avec mes points, mes coups de tampons, mes croix, mes étoiles, mes cœurs, mes smiley, ma carte VIP, ma « favor box », mon statut Gold Platine Diamant, tout l’arsenal de la « walkcast fidélisation ». « Encore une fois, la fidélité est une question d’émotion, pas de rationnel, et le fait d’offrir des bonus vous fait toucher l’émotionnel et fidéliser vos clients ».

J’adore ces conseils donnés aux professionnels qu’on trouve sur les sites de marketing (en cherchant bien).http://www.conseilsmarketing.com/fidelisation/comment-augmenter-la-fidelite-de-ses-clients-walkcast-fidelisation-3

 

Donc le texto « Exclu » est destiné à toucher mon émotionnel, parce que je suis  un consommateur délicat, une célibataire exigeante, une internaute distinguée, un fin  connaisseur, ah ah,  à moi, à ma petite personne, on ne fourgue pas n’importe quoi ! Je suis le destinataire de cette vente privée, de cette soirée exclusive, de cet eugénisme consumériste, de cet entre-soi groupé, groupons, groupons, mais entre nous,  pour cette exclusivité exclusive et excluante. Ce n’est pas tant l’argent qui peut-être économisé, mais c’est surtout que ça flatte, ça bichonne mon petit ego !

Et tout ça n’est rien d’autre qu’une version moderne de la chanson : J’ai du bon tabac dans ma tabatière, j’ai du bon tabac, tu n’en auras pas ! A consommer avec modération, bien sûr ! https://fr.wikipedia.org/wiki/J%27ai_du_bon_tabac

 

Ça veut que quand je peux avoir quelque chose que les autres n’ont  pas, j’en profite davantage ? !!! Non, mais tu te rends compte de ce que tu dis ?

Et ce texto qui me classe parmi les élus- bon d’accord il y a 200 000 clients ont reçu le même- il me distingue du peuple ! « Peuple, peuple, populace, piteux troupeaux de péquenots, tu pues, pollues et me répugnes » comme disait Didier Bourdon dans le sketch des exercices d’articulation du ministre des Inconnus,

https://www.youtube.com/watch?v=MiD8oCnwlyw

 ou bien Odi profanum vulgus et arceo, comme dirait Julie, et aussi le poète Horace : « Je hais la foule profane et je la tiens à l’écart ». 

Qui veut des passe-droits ? Moi ! moi ! moi ! et déjà plein de mains se lèvent, à l’Assemblée Nationale, dans le monde politique ?  oui, d’accord, mais pas que !

Parce que « j’ai un beau-frère qui connaît untel qui va te faire sauter ta contravention ».

Parce que « tu lui téléphones et tu lui dis que c’est de ma part, tu vas voir qu’il va te faire passer avant les autres. »

Parce que « si vous me remettez discrètement une enveloppe de 3000 €, non déclarée à la Sécu, je peux vous opérer dans les 8 jours », etc etc …

Tout le monde veut son tour de faveur, son affranchissement, sa dispense, qui empiète, qui usurpe, qui outrepasse dans un tour de passe-passe, oh ! parce que moi, oh  oh ! j’ai le bras long !

Parce que chacun  veut une exemption exemptante, une prérogative prérogativante, une immunité immunisante, un apanage apanageant en eaux troubles, un monopole monopolisant, anabolisant, une justice pour les autres, mais pas pour moi !

Parce que je ne suis pas un gugusse,  je veux des bonus,  un numerus clausus, comme un nommé russe, unique homo oligarcus, sinon gare au virus ! et cet autre olibrius qui me prend mon monopolus gazus, il est bon pour le collapsus dans les geôles russes !

Exclu = exclusivité ? Non : exclu = exclusion !

C’était ma chronique morale à la manière d’un sermon de Bossuet.

La prochaine fois je vous parlerai de la célibataire exigeante à la façon d’un caractère de La Bruyère.

Publié dans Chroniques

Partager cet article

Repost 0

La Corne de Rhinocéros

Publié le par Claude Léa Schneider

La Corne de Rhinocéros

Club Sandwich n°23 du dimanche 12 mars

La Corne de rhinocéros

Vince, 4 ans, a pris trois balles dans la tête alors qu’il dormait paisiblement à côté de Gracie, 37 ans, et Bruno, 5 ans. Nulle doute que la respectable et volumineuse Gracie se serait sacrifiée pour épargner le jeune Vince, mais elle n’a pu que mettre en fuite les odieux braconniers qui ont quand même eu  le temps de tronçonner une des deux cornes de Vince, le jeune rhinocéros de la réserve africaine du parc animalier de Thoiry.

Pour paraphraser Oscar Wilde qui détestait la chasse à courre et la chasse tout court, et définissait un « gentleman anglais galopant après un renard » comme « l’innommable à la poursuite de l’immangeable », je dirais que de tels braconniers sont « des affreux d’Asie à la poursuite des affreudisiaques. »

Entre  25.000 et 200.000 euros la corne sur le marché sombre des aphrodisiaques. Pour quels mâles en mal de mâlitude et de puissance?  On se le demande ! Faire ça la veille de la journée internationale de la Femme, y en a des qui ont encore rien compris !

La Corne de Rhinocéros

Mais cette triste histoire de corne de rhinocéros m’a rappelé un album éponyme des Aventures de Spirou et Fantasio, La Corne de rhinocéros, un album de 1955 toujours réédité chez Dupuis, parce que, comme on le voit, il est encore d’actualité.

Ça m’a donné l’idée de reprendre la collection des aventures de Spirou et j’ai pensé qu’à la rédaction du Club Sandwich, on pourrait se cotiser pour en envoyer  quelques exemplaires dédicacés à certains de nos contemporains, du monde politique et du monde mondial.

Allez, vous pouvez jouer avec moi, je vous donne un titre- je précise que tous les titres sont ceux  de vrais albums de Spirou -vous me proposez des destinataires et après je vous dis ceux que j’ai choisis.

Pour écouter les noms proposés par Christophe et toute son équipe, c'est par  ici, en écoutant le podcast de l'émission :

La Corne de Rhinocéros

 Titres

Des faciles et des pas méchants :

1 Du Cidre pour les étoiles

2 Des Haricots partout

3 Touchez pas aux rouges-gorges

4 La Boîte noire (vous me pardonnerez cet humour noir)

5 Les Pirates du silence

6 Une curieuse ferme

Plus vache, justement, en politique française :

7 Panade à Champignac

8 Tora-Torapa

9 Les petits formats

10 La mauvaise tête

11 Le singe bleu

12 Le Marsupilami descend sur la ville

13 Les Patins téléguidés

14 Le Royaume de Rakiki

15 Le Repaire de la murène

16 Le Gorille a bonne mine

17 L’Homme invisible

18 La Vallée des bannis

19 Le Faiseur d’or

20 Le Groom du  président

21 Vacances sans histoires

La Corne de Rhinocéros

Suggestions de destinataires : 1 À Thomas Pesquet  ;  2 Aux écologistes ; 3 Aux anti-spécistes ; 4 Aux familles des disparus du vol MH370 de Malaysia Airlines qui lancent une collecte de fonds pour la poursuite des recherches, les pauvres gens... ; 5 à tous les lanceurs d’alerte, avec nos remerciements ; 6 à celle des 1000 vaches ; 7  Au maire de Sablé-sur-Sarthe ; 8  À Alain Juppé ; 9 Au Parti socialiste ; 10 À Mélanchon ; 11 À l’hologramme de Mélanchon ; 12  À Emmanuel Macron ; 13  à François Bayrou ; 14  À Jacques Cheminade ; 15  Au siège du FN ; 16 Aux assistants parlementaires du FN  ; 17 À François Coppé ; 18 Aux candidats à la présidentielle dont les médias ne parlent jamais ; 19 À tous les candidats à la présidentielle, au cas où l’un trouverait la formule ; 20 À Gaspard Gantzer, vous savez, celui qui a fait dire à F. Hollande, après la projection du documentaire d’Yves Jeuland : «  Je trouve que l’homme à lunettes à côté de Gaspard est très bien. » ; 21  À François Hollande, à partir de juin 2017.

La Corne de Rhinocéros

Allez, on envoie plus loin, plus large :

Cette fois je vous propose directement mes destinataires

Spirou découvre l’Europe

 à tout citoyen britannique qui se rend sur le continent

Le Fils du milliardaire

Envoi en nombre à Dubaï et ailleurs ...

La Foire aux Gangsters

à pas mal de monde

Le Champignon nippon

à Shinzo Abe, pour le champignon de transpiration qui lui a poussé sur la paume après sa très longue poignée de main avec Donald Trump

La Peur au bout du fil

Aux femmes du  secrétariat de la Maison-Blanche

Le Dictateur et le champignon

Je précise que c’est  un champignon hallucinogène : à Kim Jong-Un 

La Menace

À Erdogan

Bravo les Brothers

Aux frères Kaczynski, enfin à celui qui reste

Z comme Zorglub

à P comme Poutine

L’Ombre du Z

À Medvedev

Le Réveil du Z

à l’Amicale des Anciens du KGB

QRN sur Bretzelburg

à l’Amicale des Anciens de la Stasi

Le Gri-gri du Niokolo-Koba

À l’Amicale des Anciens de la Françafrique

Kodo le Tyran

On a le choix, et la  liste s’allonge

Virus

À votre ennemi intime

Panique à la rédaction

Au Club Sandwich !

La Corne de Rhinocéros

  • Un petit PS : au sujet du trafic de cornes de rhinocéros et surtout de défenses d’éléphants, (re)lisez donc Les Racines du Ciel de Romain Gary.

Pour en savoir davantage sur le Rhinocéros d'Albrecht Dürer, suivez le lien :

Publié dans Chroniques

Partager cet article

Repost 0

C'est toujours mieux après

Publié le par Claude Léa Schneider

C'est toujours mieux après

Club Sandwich n°22 du dimanche 5 Mars 2017

« La fiabilité des souvenirs, comme chacun le sait d’expérience, ne vaut pas grand-chose. »

C’est avec ce rappel à l’ordre psychologique que le poète et essayiste allemand,  Durs Grünbein, de passage à Dijon en février dernier,  commence son livre … de souvenirs, justement !

Tu dis :  C’était mieux avant ! mais avant quoi ?

Ça fait près de 70 ans qu’Anny Cordy chante, danse et joue la comédie, ce qui d’ailleurs finit par forcer l’admiration. En 1974  elle chantait La bonne du curé, et elle le chante toujours, tu vois qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter.

Prends conscience de la pérennité des choses.

A propos de curés, à cette époque on ne savait pas grand-chose sur la pédophilie ecclésiastique, au moins aujourd’hui la vérité sort de la vase et vient crever en bulles à la surface.

Oh les belles années 50 …. les Français travaillaient beaucoup et gagnaient peu. Pour la grande majorité des Français : pas de voiture, pas de téléphone, pas de télévision, pas de salle de bains, pas de machine à laver …

Oh les belles années 50 : si je  transpose en euros pour qu’on se rende compte : un ouvrier gagnait la valeur de 90 € par mois quand un transistor en coûtait 38,  soit plus du tiers de son salaire …

C'est toujours mieux après

Ah les belles années 60 … Aujourd’hui on sodomise peut-être à la matraque, je te rappelle que le 17 octobre 1961, on a jeté des Algériens dans la Seine et  que la police de Paris dont le chef était Maurice Papon, lequel avait organisé la déportation des juifs en Gironde entre 1942 et 1944 et qui a été jugé plus tard pour complicité de crimes contre l’humanité, avait donné l’ordre de tirer à vue sur les manifestants algériens qui ne réclamaient rien d’autre que leur indépendance. Et que le nombre de morts n’a toujours pas été établi officiellement. Mais  Papon est mort de vieillesse à 96 ans en 2007.

Ah les belles années 60 … Guerre d’Algérie,- un million et demi de jeunes appelés-, attentats de l’OAS, guerre du Vietnam, guerre du Biafra, guerre des Six Jours, plus toutes celles que j’oublieCombien de morts déjà ?

Tu dis qu’avoir 20 ans en 2017, ce n’est pas facile : mais rappelle-toi qu’en 1914, ce n’était pas drôle non plus, ni en 1939, ni entre 1954 et 1962: d’Avoir 20 ans dans les Aurès. Si un jour tu as l’occasion de voir ce film de René Vautier, très peu diffusé, malgré son prix au Festival de Cannes en 1972, tu ne l’oublieras jamais, je t’assure.

Ah les belles années 60… et la construction du mur de Berlin, l’assassinat de Kennedy et  de Martin Luther King,  la dictature des colonels en Grèce, Nelson Mandela condamné à perpétuité, les essais nucléaires français et le bétonnage du littoral.

Ah les belles années 60 …où on n’était majeur qu’à 21 ans et où pouvait mourir d’aimer.

C'est toujours mieux après

Oh les belles années 70… et  la grâce accordée à Paul Touvier (voir Maurice Papon plus haut), ses négationnistes,  ses créationnistes, son extrême-droite qui s’installe et  la censure d’Hara Kiri, ancêtre de Charlie Hebdo.

Oh les belles années 70… et l’introduction des stock-options dans les sociétés, la libération progressive des marchés financiers et les  belles centrales nucléaires.

Oh les belles années 70… avec ses manifestants du Larzac qu’on n‘écoutait pas davantage que ceux de ND des Landes … On croyait dur comme fer de Lorraine- qu’on était déjà en train de licencier- que notre salut était la croissance.

Oh les belles années 70 … et l’expansion du chômage et ses années de plomb, pas seulement en Italie.

Tiens, et hop ! puisque je publie cet article le 8 mars...et qu'encore aujourd'hui en France une femme meurt tous les 3 jours sous les coups de son compagnon. (source Télérama n°3504, p 26)

Tiens, et hop ! puisque je publie cet article le 8 mars...et qu'encore aujourd'hui en France une femme meurt tous les 3 jours sous les coups de son compagnon. (source Télérama n°3504, p 26)

Ah les belles années 80… et la chute rapide de la dégradation de l’environnement, ses grosses catastrophes pas si naturelles que ça, et ses catastrophes clairement écologiques, Bhopal, Tchernobyl, etc … Combien de morts déjà ?

Ah les belles années 80… et les attentats de l’IRA, la guerre des Malouines, la guerre Iran-Irak, la guerre du Liban, la Valse avec Bachir, plus tout ce que j’oublie … Combien de morts déjà ?

Ah les belles années 80…. et l’apparition du sida. Combien de morts déjà ?

Ah les belles années 80… Ronald Reagan, Margaret Thatcher et le flanc ouvert au libéralisme sauvage.

Ah les belles années 80… la progression de la misère et l’ouverture par Coluche des Restos du cœur, aujourd’hui plus que jamais nécessaires.

C'est toujours mieux après
C'est toujours mieux après

Oh les belles années 90… et ses guerres en Yougoslavie, en Tchéchénie, au Congo, au Libéria, en Sierra Léone, la guerre civile en Algérie, le génocide des Tutsis au  Rwanda, plus tout ce que j’oublie … Combien de morts déjà ?

Oh les belles années 90…. et leurs sommets écologiques dont les décisions ne sont pas suivies d’effet : Sommet de Rio, Protocole de Kyoto, Forum de l’eau …

Oh les belles années 90… ses séismes, ses cyclones, ses ouragans, ses OGM  et ses famines …… Combien de morts déjà ?

Un petit tour dans les années 90 ? Lisez ces deux excellents livres d'Andréï Kourlov, écrivain ukrainien russophone, venu à Dijon il y a 3 ans pour le festival Clameurs.
Un petit tour dans les années 90 ? Lisez ces deux excellents livres d'Andréï Kourlov, écrivain ukrainien russophone, venu à Dijon il y a 3 ans pour le festival Clameurs.

Un petit tour dans les années 90 ? Lisez ces deux excellents livres d'Andréï Kourlov, écrivain ukrainien russophone, venu à Dijon il y a 3 ans pour le festival Clameurs.

Ah les belles années 2000… considérées comme les moins violentes depuis 1840, moins de 1 million de tués par des violence d’Etat, dit Wikipédia... certes, mais rappelle-toi : le 11 septembre, l’Afghanistan, le Pakistan, l’Irak, le Darfour, et  en toile de fond de tout ça le permanent conflit israélo-palestinien, la dégradation accélérée de l’environnement, plus tout ce que j’oublie… Combien de morts déjà ?

Bon, je  continue ou on s’arrête là ?

En vérité il n’y a pas d’âge d’or, il y avait ta jeunesse passée, dont tu es peut-être nostalgique, mais crois-moi la nostalgie, c’est un très très mauvais plan.

Ou ta jeunesse présente, dont le propre est la peur de l’avenir, mais ça c’est dans l’ordre des choses.

En vérité « C’est toujours mieux après coup » parce que du temps passé, c’est du temps que l’on est sûr d’avoir vécu. C’est du "déjà ça de gagné". C’est déjà un morceau de nous  que Poutine, Trump ou un autre n’aura pas.

« Encore un que les Prussiens n’auront pas ! » disait déjà, à la fin d’un bon repas, mon arrière-grand-mère que je n’ai pas connue.

C'est toujours mieux après

En France et en Europe, il y a eu des périodes de quasi plein-d’emploi, et tu as raison, c’est certainement là le plus important de tout, mais tu ne m’empêcheras pas de ne pas aimer ces 30 glorieuses de certitudes, d’idéologies, d’enfermement dans le culte d’un progrès, dont on s’aperçoit maintenant qu’il n’en était pas un. Au moins aujourd’hui, on sait mieux se poser des questions, même si on n’a pas toujours les réponses.

Je ne veux pas me prendre pour Hannah Arendt, mais tout de même, le 20ème siècle a banalisé, industrialisé et mondialisé la barbarie pour les hommes, comme pour les bêtes.

On le voit aujourd’hui, le « plus jamais ça » tient à peine une génération, et après ça recommence. Plus loin on est allé dans l’escalade de la barbarie, aussi longtemps on devra la supporter.

Alors "Carpe diem quam minimum credula postero", comme dirait Julie, et comme disait déjà  le poète Horace vers 22 avant Jésus-Christ.

Mais pourquoi je te raconte tout ça ?! Mais parce que, chaque année, tu me dis que  c’est l’an pire, alors je contre-attaque !

Et le podcast complet de l'émission, c'est ci-dessous. A très vite !

http://www.radio-cultures-dijon.com/podcasts/club-sandwich-emission-du-dimanche-5-mars-2017-209

Publié dans Chroniques

Partager cet article

Repost 0

Zappar, amour et réalité

Publié le par Claude Léa Schneider

Zappar, amour et réalité

Club Sandwich n°21 du dimanche 19 février 2017

Zappar, amour et réalité

Tout a commencé quand j’ai reçu le n°1370 du Courrier International, mon hebdomadaire préféré, auquel je suis abonnée depuis 15 ans. Avant j’étais abonnée à Picsou Magazine, que j’aimais bien aussi parce qu’il y avait toujours une page de ce jeu qui consiste à relier avec un crayon des points numérotés pour obtenir un dessin. J’aimais particulièrement dessiner la tête de Donald. Mais je suis contente d’avoir changé d’abonnement parce qu’aujourd’hui un autre Donald m’a gâché mon vrai Donald.

Donc le n° 1370 du 2 au 8 février m’annonce : « un numéro en réalité augmentée ». Je me dis chouette, déjà que la réalité de 3  373 000 chômeurs, c’est pas mal, alors en réalité augmentée, on va atteindre les 4 millions, ça va être super.

J’ai fait ce qu’on m’a dit en page 4 : j’ai téléchargé l’appli Zappar pour pouvoir scanner mes Zapcodes, j’ai branché le casque, et me voilà partie. J’ai vu la voiture de la couverture s’envoler, j’ai parcouru les fuseaux horaires, j’ai survolé l’Antartique avec Air Antartica, et ô merveille, p 37 il y avait un dessin avec des points numérotés à relier – c’est la 1ère fois qu’ils font ça, au Courrier International, alors là je ne regrette plus du tout mon abonnement à Picsou Magazine. Quel dessin allait apparaître ? J’avais hâte de le savoir !

Au lieu de prendre un crayon, j’ai donc scanné le Zapcode, et d’abord j’ai entendu des chants d’oiseaux, puis, le dessin s’est tracé tout seul, et puis j’ai vu apparaître un vrai loup qui s’est animé et qui a fait « ououhh !!! ».

 

 

J’ai trouvé ça vraiment super et je me suis dit que ça allait révolutionner les livres et même toute l’histoire de la littérature, qu’il allait falloir récrire avec des zapcodes tous ces vieux bouquins. Et je me suis dit qu’on allait demander ça à Google vu qu’il s’est déjà approprié une partie de la littérature mondiale. Par exemple La Dame aux Camélias d’Alexandre Dumas pourrait devenir La Dame aux Caméras, d’Alex Madus, et mourir comme ça,  vraiment, sous nos yeux, en scannant le Zapcode, en réalité augmentée  avec toutes les caméras qui la filmeraient en réality show.

Cette histoire d’amour de Dame aux Camélias m’a rappelé que la St Valentin approchait, et  je me suis mise à chercher sur le net  une jolie phrase originale sur l’amour et je suis encore retombée  sur cette vieille citation de St Exupéry : « Aimer, ce n'est pas se regarder l'un l'autre, c'est regarder ensemble dans la même direction. » Et aussi sur son  « On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux. » dans Le Petit Prince. Cette vieille histoire, ça m’a vraiment  énervée.

 Parce que le Petit Prince, parlons-en, cet espèce d’allumé du réverbère, qui prétend avoir vu  sur son astéroïde, le soleil se coucher 44 fois à la suite, alors qu’on n’avait pas encore  inventé les casques de réalité augmentée ! Un mec menteur qui n’arrive pas à se faire de potes. Bien fait pour lui ! Il n’a qu’à pas arracher les baobabs ! Et la biodiversité, hein, tu y as pensé ? Et la protection de l’environnement. Le mec  qui dit qu’il ne faut jamais écouter les fleurs !

 

Mais si, il faut les écouter, les fleurs ! Il faut même leur jouer de la musique, comme aux vignes, aux fruits et aux légumes. Et puis, un renard ! Y a pas de renard dans le désert, c’est un fennec ! Et puis : « S'il vous plaît… dessine-moi un mouton ! » D’abord il y a une faute de français que je me suis empressée de signaler à Bescherelle Ta Mère. Et puis « Dessine moi un mouton »  pour quoi faire ? pour le mettre dans une caisse ! En plein désert ! Sans rien à boire ! Et les droits des animaux alors ? Et elle est  minuscule la caisse sur le dessin du bouquin ! C’est pas normal ! Encore un mouton OGM !

Deux souris qui portent un gène codant pour une protéine fluorescente entourent une souris non transgénique. © Moen et al., BMC cancer

Deux souris qui portent un gène codant pour une protéine fluorescente entourent une souris non transgénique. © Moen et al., BMC cancer

A propos de mouton OGM, justement ça m’a rappelé quelque chose que j’avais lu dans Le Monde qui relayait une info du Parisien. Il paraît qu’il y a quelques temps, en région parisienne à l’INRA, une agnelle, qui s’appelait Emeraude, avait été génétiquement modifiée avec une protéine de méduse, la green fluorescent protein, pour rendre sa peau transparente et fluorescente,  afin de faciliter des greffes. On en pensera ce qu’on voudra, toujours est-il qu’ à l’automne suivant, Emeraude  a donné naissance  à une autre agnelle OGM, laquelle au mois de novembre 2014, a été abattue par erreur, ou mauvaise intention, on ne sait pas,  et commercialisée à un particulier d’Ile de France, on ne sait plus à qui non plus, comme viande de boucherie. Et là normalement, vous êtes médusés !

 

Même si, selon l’INRA, « il n’y a pas de risque sanitaire »- pas de risque sanitaire, mon œil ! ou plutôt mes trois yeux !   Et si,  dans le RER, vous croisez un gars, un peu gélatineux-verdâtre, avec beaucoup de bras, vous pourrez en déduire qu’il aime le gigot d’agnelle. Peut-être que cette histoire est  à l’origine, à Sèvres,  du mythe de Médusor de Fais pas ci, fais pas ça,   on ne sait pas vraiment non plus…

Mais revenons à notre premier mouton.

Donc, pendant que Mélanchon jouait à Pokemon Go aux Docks d’Aubervilliers, ce qui était bien vu, parce que la réalité augmentée de son hologramme fascinait et empêchait de réfléchir à la réalité de son programme, comme j’étais vénère avec cette  histoire  de Petit Prince et de citation que je n’arrivais pas à trouver, j’ai composé le n° de téléphone de  St Exaspéry sur mon mur tactile, et je l’ai appelé pour lui demander  qu’il nous re-write tout ça. Dans la vraie vie, St Exaspéry est dialoguiste pour drones chez Microsoft. Il est l’auteur bien connu de Vol de Nuit MH 370 Malaysia Airlines  et de Pilote de Gears of War.

St Exaspéry a donc re-writé pour vous quelques citations  du Petit Prince et de  Terre des Hommes.

Ce qui donne, dans Le little Ceprin :

 « -STP, dessine-moi un mouton !

  • Dessiner ! Non ! on fait plus ça. De quelle planète tu viens ? Télécharge l’appli Zappar sur ton Galaxy S12 (petite note en bas de page : placement de produit), scanne le Z que je suis en train de tracer dans le sable du désert. Bon, et là, tu le vois ton mouton, tu l’entends ? Bien, maintenant, fous-moi la paix, joue avec ton mouton virtuel et  laisse-moi appeler Air Qatar Assistance pour qu’ils viennent me réparer mon Rafale. »

Et puis une autre citation du  little Ceprin :

« On ne voit bien qu’avec ses Google Glass,  l’essentiel est invisible pour les yeux. »

Et maintenant que la  St Valentin 2017 est passée et que votre Androïd  vous a permis d’augmenter  la réalité de votre amour, vous apprécierez tout particulièrement cette citation de  St Exaspéry dans son dernier book  Terre des Geeks :

« Aimer, ce n’est pas se regarder l’un l’autre, c’est regarder chacun son écran,  en se tenant par la main. »

Bon allez, tout ça, ça me déprime : je vais aller m’imprimer du chocolat en 3D.

Christophe : Finalement, il manque le fennec dans ton histoire !

Moi: Il manque le fennec ?  Eh bien le voici sur le lien ci-dessous :

Nekfeu - Réalité Augmentée

https://www.youtube.com/watch?v=itLckw1v0jE

Et le podcast complet du Club Sandwich est ici :

http://www.radio-cultures-dijon.com/podcasts/club-sandwich-emission-du-dimanche-19-fevrier-2017-190

A bientôt !

Publié dans Chroniques

Partager cet article

Repost 0

Une demoiselle sur une balançoire

Publié le par Claude Léa Schneider

Rock en Seine 2016

Rock en Seine 2016

Club Sandwich  n°20 du  dimanche 12 février 2017

Chanson du dimanche

Quand  on  sort de Rock en Seine, qui se tient chaque fin d’été depuis 2003 dans le Domaine national de St Cloud, au bord de la Seine, dans l’actuel 92 -on dit bien St Cloud, C.L.O.U.D. et non « St Claoud » - autrement dit dans le parc de St Cloud, celui où j’ai appris à marcher, dans les jardins dessinées par Le Nôtre, notre foule de festivaliers est non seulement étroitement escortée par un cordon de policiers, comme si nous étions des malfrats, jusqu’à l’entonnoir de la station de métro Pont de St Cloud, mais on laisse derrière nous,  après  trois jours de festival dans la partie basse du parc le long de la Seine, des pelouses  laminées par les 240 000 pieds qui les ont foulées.

 

Une demoiselle sur une balançoire
Une demoiselle sur une balançoire
Une demoiselle sur une balançoire
Une demoiselle sur une balançoire

Quand j’y pense ! J’ai presque appris à lire sur les pancartes « Pelouse interdite » de ce parc, où d’effrayants gardiens à sifflets traquaient les ballons, les amoureux et les patins  roulettes, et m’interdisaient de poser sur le précieux gazon un pied pointure 22, quand  je tentais désespérément de cueillir une pâquerette !

Plus bas dans l'article vous trouverez 4 photos où j'ai entre  deux et cinq ans, (je les avais promises !) dans le Parc de St Cloud. Bien que le scann même retouché ne soit pas excellent, vous remarquerez que les pancartes étaient bien présentes et que l'esplanade avec la grande balustrade et la vue sur Paris et la Tour Eiffel n'a pas changé.

La fête à St Cloud, par Fragonard (détail partie droite)

La fête à St Cloud, par Fragonard (détail partie droite)

Oui, là, dans le Domaine  de St Cloud, celui-là même où a été assassiné Henri III, où Bonaparte a pris le pouvoir, où Napoléon III a rétabli l’Empire et dont le château a été incendié par le bombardement des Prussiens ! Dans ce domaine se tenait, depuis 1785, date à laquelle Marie-Antoinette l’avait racheté, une fête peinte par Fragonard, une fête qui se tient toujours en septembre,  une immense  fête foraine que j’attendais avec impatience, d’autant plus que la rentrée était à l’époque plus tardive, et nous, enfants franciliens, pouvions  en profiter tous les jours du moment qu’un adulte et son porte-monnaie nous accompagnaient !

Edouard Dantan, Fête foraine de St Cloud, 1879, gravure fin XVIIIe,cartes début XXe, Incendie du château de St Cloud, "l'année terrible" (1870-71)
Edouard Dantan, Fête foraine de St Cloud, 1879, gravure fin XVIIIe,cartes début XXe, Incendie du château de St Cloud, "l'année terrible" (1870-71)
Edouard Dantan, Fête foraine de St Cloud, 1879, gravure fin XVIIIe,cartes début XXe, Incendie du château de St Cloud, "l'année terrible" (1870-71)
Edouard Dantan, Fête foraine de St Cloud, 1879, gravure fin XVIIIe,cartes début XXe, Incendie du château de St Cloud, "l'année terrible" (1870-71)
Edouard Dantan, Fête foraine de St Cloud, 1879, gravure fin XVIIIe,cartes début XXe, Incendie du château de St Cloud, "l'année terrible" (1870-71)

Edouard Dantan, Fête foraine de St Cloud, 1879, gravure fin XVIIIe,cartes début XXe, Incendie du château de St Cloud, "l'année terrible" (1870-71)

Ce qui me ravissait, c’était les balançoires, depuis je n’en ai jamais vu d’aussi variées,  et le manège où des bateaux glissaient sur l’eau sous un ciel étoilé, jamais revu non plus.

A l’époque je n’avais pas le droit de porter les cheveux longs, c’était comme ça, mon  père refusant tout ce qui aurait pu me donner un air de « petite fille de bonne famille » comme les petites filles de cette banlieue ouest. C’était comme ça, on ne discute pas avec la politique, surtout à quatre ans !  Et  pourtant j’aurais tellement adoré porter des nattes, comme mes poupées, que j’appelais toutes … Nathalie !

Une demoiselle sur une balançoire
Une demoiselle sur une balançoire
Une demoiselle sur une balançoire
Une demoiselle sur une balançoire

Quand on n’a pas droit aux nattes comme les autres filles, on tresse ce qu’on peut, les brins d’herbe, les rouleaux de réglisse, tout ce qui vous tombe sous la main, et surtout les cheveux en coton perlé de deux petites filles sur des balançoires, une châtain et une blonde, brodées sur la robe de l’été de mes cinq ans. Oui, des broderies en relief, avec de « vrais »  cheveux en coton que je pouvais natter et dénatter. J’ai vainement cherché sur le net un modèle identique pour vous montrer à quoi ça ressemblait mais je n’ai pas retrouvé une telle merveille. (ci-dessous une photo avec le même genre de broderie, pour vous donner une petite idée.)

Une demoiselle sur une balançoire

A cette robe et aux balançoires de la Fête foraine de St Cloud est associée tout naturellement une chanson que chantait Yves Montand : Une demoiselle sur une balançoire. J’aimais bien cette chanson qu’on fredonnait à la maison, surtout le dimanche quand je portais cette robe et qu’on allait à la fête, et  je l’aime toujours, même si je ne l’écoute jamais- je l'aime bien parce que ce n’est pas une chanson chantée ! Je n’aime pas trop les chansons en français (à cause des "e" qui, à mon avis passent mal).  Mais une chanson jouée, comme une scène de théâtre, avec des surprises et des changements de ton et le phrasé si caractéristique du grand chanteur et acteur qu’était Yves Montand.

Une demoiselle sur une balançoire
Une demoiselle sur une balançoire
Une demoiselle sur une balançoire
Une demoiselle sur une balançoire

Publié dans Chroniques

Partager cet article

Repost 0

Les aventures de Mme Sanlardon (1)

Publié le par Claude Léa Schneider

Fabrication traditionnelle de la choucroute d'Alsace

Fabrication traditionnelle de la choucroute d'Alsace

Les aventures  de Madame Sanlardon,  

Club Sandwich n°19 du dimanche 5 février 2017

Aventure n°1,

ou comment mesurer le taux d’islamophobie dans une charcuterie française.

Savez-vous planter les choux ?  Car si les choux appartiennent à la famille des Brassicacées, pour les planter il ne faut pas être un bras si cassé que ça.

Savez-vous planter le chou à la mode de chez nous ? le chou pommé ? le Brassica oleracea capitata? le Quintal d’Alsace ? le Précoce de Louviers ? le Pointu de Chateaurenard ? Le Cœur de bœuf des vertus ? Non ?

Remarquez que si vous appelez votre copain « mon chou », et que vous hésitez sur le féminin « ma chouchoute »  dites « Honney », « Mein Spatz ! » ou « My sweet »,  ne dites pas à votre copine « ma choucroute », elle risquerait de mal  le prendre. Et c’est un tort !

Dessin de Hansi

Dessin de Hansi

Car qu’est-ce que la choucroute ? une noble préparation traditionnelle d’Alsace obtenue par fermentation, dans des fûts, de lanières de chou blanc, additionné de sel, aliment bon marché, léger, peu calorique, diététique, très riche en vitamine C, idéal pour éviter les rhumes d’hiver, qui a préservé du scorbut des générations de matelots depuis le 18ème siècle et qui est venue jusque dans nos assiettes parce que les Allemands- ou plutôt les Prussiens comme aurait dit mon arrière-grand-mère- avaient annexé l’Alsace en 1871 et  contraint des milliers d’Alsaciens  à émigrer, en emportant dans leurs bagages leur savoir faire  la choucroute.

A cet instant,  à table, devant la choucroute familiale du dimanche midi dont vous  êtes en train d’expédier la 2ème assiette, vous haussez un sourcil incrédule : comment ? la choucroute légère et diététique, vous étonnez-vous, en la sentant déjà  peser sur votre estomac ? Eh oui, une portion de 200g de choucroute ne fait que 40 kcalories. Chez nous, on en mange souvent.

Ah, mais c’est parce que vous, vous êtes en train de manger une  choucroute garnie, garnie de charcuterie ! avec son cortège de saucisses trop roses, de couenne gélatineuse, de côte de porc incarcéré  et de jambon reconstitué !

Dessin de Hansi

Dessin de Hansi

Vous dites : quoi ? Une choucroute sans charcuterie ? sans lardons ? à cette idée, vous pensez tomber dans les pommes, d’inanition virtuelle,  car déjà votre estomac commence à ballonner pendant que vous entamer la 3ème assiette.

Eh bien oui, faites tomber la choucroute dans les pommes, de préférence des Canada grises que vous aurez laissé caraméliser dans un verre de cidre, c’est délicieux et  laissez donc les cochons galoper dans les prés ! Le cochon est un animal très intelligent, sensible, affectueux et bien élevé pourvu qu’on l’élève. Il peut être aussi proche de nous qu’un chien. Vous reprendrez bien un peu de choucroute au chien, peut-être, avec quelques pommes de terre ?

Tiens, pourquoi tout à coup  cette grimace  horrifiée ? Quand vous aurez digéré, ce soir avant le dîner, vers  19h 30, juste avant de repasser à table pour finir les restes de charcuterie du dimanche, essayez donc  de poser clairement ce problème philosophique et éthique : pourquoi dans votre assiette un animal, et pas l’autre ?

 

Souvent, quand je suis pressée, j’achète de la choucroute déjà cuite, car faire cuire la choucroute crue, c’est meilleure, mais ça demande du temps. Généralement, chez le charcutier ou le traiteur, la choucroute est cuite avec du genièvre, et des lardons.

Au marché, demander au  charcutier qui est habitué à mes singularités « 700g de choucroute  cuite sans lardons, s’il vous plaît » ne pose aucun problème : dans le brouhaha de la cohue du samedi matin, nul n’a entendu, que lui, et il me remplit avec le sourire une barquette en évitant soigneusement les lardons. Ce pourquoi je l’achète chez lui.

Mais j’ai eu tort un jour de lui faire une infidélité. Les aventures de Madame Sanlardon commencent  un samedi de décembre 2016 dans un commerce dijonnais, homonyme d’une célèbre épicerie de luxe de la place de la Madeleine à Paris, parce qu’il m’était venu l’idée de comparer les choucroutes.

Cette échoppe bourgeoise et réputée présente la particularité de laisser très peu de place aux nombreux clients qui s’étirent en une longue file étroite coincée devant le présentoir vitré. J’attends longtemps, vient mon tour et je demande poliment : « Vous avez de la choucroute cuite sans lardons, s’il vous plaît ? »

A cet instant, dix paires d’yeux s’écartent brutalement de la contemplation béate de l’étal  pour me considérer avec indignation ! Va-t-on me dénoncer illico à la brigade anti-terroriste ?  j’entrevois dans le regard de certains l’étonnement que je ne porte pas de foulard, et dans d’autres un éclat métallique de menottes. Eh oui c’est ainsi aujourd’hui dans une partie de la société française, l’islamophobie va se nicher partout :  pas de porc = islam, islam=islamiste ! c’est une schématisation tellement facile, tellement simple !!!

L’employée de la charcuterie me répond gentiment que non, leur choucroute cuite est généreusement pourvu en lardons. Ne voulant pas avoir fait la queue pour rien et parce qu’elle est très aimable, je demande alors s’il y des tartes aux légumes « sans viande »  et j’achète de délicieuses tartelettes provençales.

Déjà je sens la tension baisser d’un cran. Ah, c’était donc ça : les voilà rassurés ! Ahh… Elle est végétarienne : c’est une secte, ils sont fous, mais pas dangereux. Encore que, quand ils veulent filmer un abattoir …

C’est alors que vos amis que vous accueillez pendant leur séjour en Bourgogne, qui sont Anglais ET végan, ce qui vous occasionne quelques cauchemars en cuisine, vous demandent pourquoi sur les tasses qu’ils viennent d’acheter place de la Libération à Dijon, il est écrit « Trop choux les hiboux ». Sur leur application smartphone, ils ont lu que « chou » veut dire « cabbage », et là je vous sens mal embarqué/e dans l’explication en anglais …

A bientôt !

Le podcast complet du Club Sandwich est ici :

http://www.radio-cultures-dijon.com/podcasts/club-sandwich-emission-du-dimanche-5-fevrier-2017-143

Et pour finir sur une belle histoire : celle d'un jeune taureau qui était resté attaché toute sa vie, mais un jour ...

Publié dans Chroniques

Partager cet article

Repost 0

Etonnante recette de crème au chocolat aux gésiers

Publié le par Claude Léa Schneider

Chocolatière, tableau de Melendez, Musée du Prado, Madrid

Chocolatière, tableau de Melendez, Musée du Prado, Madrid

Un petit extra à propos de la conférence sur le chocolat.

Aujourd'hui, si nous voulons faire prendre une crème, nous utilisons des oeufs, de la farine, de la fécule, des algues, voire industriellement de la gélatine de porc ...

Dans Le Cuisinier économe ou Eléments nouveaux de cuisine, de pâtisserie et d'office par Archambault, 1825, on apprend une ancienne façon de faire prendre une crème : avec des gésiers de poules  !

"Des crèmes : elles peuvent se faire de deux manières : savoir, aux oeufs ou aux gésiers. Cette dernière est peu employée, par la difficulté d'y bien réussir. Il arrive que souvent la crème ne prend pas assez, et que d'autres fois, au moment de la mettre dans des pots, elle tourne. Ces inconvénients ont fait préférer les jaunes d'oeufs.

Pour une crème, il faut 3 gésiers pour la faire prendre ou 6 jaunes d'oeufs et 1 blanc."

Cacao (Kakao) vendu chez l'apothicaire en 1771

Cacao (Kakao) vendu chez l'apothicaire en 1771

Et en effet, remontons dans le temps. Dans Le Cuisinier moderne, de Vincent La Chapelle, paru à La Haye en 1742, on trouve cette étonnante

Recette de crème de chocolat veloutée

« Prenez une pinte de crême ; mettez-y un morceau de sucre ; mettez-y un quarteron de chocolat par morceau, & le faites bouillir. Quand votre chocolat sera bien détrempé, voyez que votre crème soit d’un bon goût et l’ôter du feu. Ensuite, prenez deux ou trois gésiers de poules ou de poulardes ; ouvrez vos gésiers, &, en prenez la peau qui referme les aliments. Otez-en les ordures, et la laver & la hacher. Etant hachée, mettez-la dans un gobelet, ou autre vaisseau, avec un verre de crème de chocolat ; observez que la crème soit tiède ; ensuite, mettez-là auprès du feu ou sur une cendre chaude ; aussitôt qu’elle est prise, mettez-là dans votre crème de chocolat & passez-là promptement deux ou trois fois par l’étamine ; ensuite, mettez un plat sur une cendre chaude ; observez qu’il soit bien droit, & y versez promptement votre crème ; couvrez ce plat d’un autre plat avec un peu de feu dessus. Votre crème étant prise, mettez-là dans un endroit qui soit frais, & vous en servez quand vous le jugerez à propos. »

 

Recette pour faire le chocolat

Recette pour faire le chocolat

Il est bon de rappeler  qu'un quarteron c'est environ le quart d'une livre (500g) soit 125g, soit une tablette de chocolat ordinaire d'aujourd'hui.

A la fin du 18ème siècle, alors que le chocolat est présent en Europe depuis le milieu du 16ème siècle, 2 quarterons de chocolat  représentent encore 5 jours de travail d'un ouvrier ...

C'était un extrait du Club Sandwich n°17 du 22 janvier, dont vous pouvez écouter l'intégralité ici :

http://radio-cultures-dijon.com/podcasts/club-sandwich-emission-du-dimanche-22-janvier-2017-93

Etonnante recette de crème au chocolat aux gésiers

Publié dans Chroniques

Partager cet article

Repost 0

It's time to move !

Publié le par Claude Léa Schneider

It's time to move !

It’s time to move !

Club Sandwich n°15 du 8 janvier 2017

It’s time to move, es ist Zeit, sich zu bewegen, en esperanto : Estas tempo por movi.

En français « Bouge-toi ! »  ou  tout équivalent usuel avec un COD très vulgaire.
C’est ce que me  susurre quotidiennement  ma conscience et aussi ce qu’affiche en rouge mon podomètre électronique quand je suis restée assise à rédiger cette chronique !

N’empêche que ledit podomètre, à mon poignet depuis mars 2016, m’annonce que j’ai parcouru  2000 km de marche et de course, soit en moyenne 200 km par mois, c’est véridique et ça,  ça me donne envie de galoper en  2017.

Mais je vois que depuis tout à l’heure, il y en a dans ce studio qui se demandent pourquoi j’ai apporté une bouteille d’eau vide ! Eh bien c’est parce que ma marque d’eau minérale préférée commençant par V -que j’appellerai biiip - me proposait   jusqu’au 31 décembre, un jeu pour gagner du Time to move ! justement !

Sur l’étiquette rouge de cette bouteille, il est écrit : « Bougez-vous ! biiip s’occupe de tout ». Le dessin montre un sneaker rouge écrasant méchamment un fer à repasser ! et précise : « Gagnez 1 an de services à domicile pour retrouver l’occasion de bouger ! » Ce qui veut dire que pendant que biiip s’occupe de tout ce qui pourrait vous faire bouger dans la maison, à savoir faire le ménage,  vous pouvez rester vautré sur le canapé à regarder la télé en engloutissant un paquet de chips…

Vautrés sur le canapé.

Vautrés sur le canapé.

C’est vrai quoi ? Pourquoi aller dans une salle de sport, alors que vous pouvez, en petites foulées,  courir en sneakers rouges  derrière votre aspirateur robot programmable sans que ça vous coûte un centime ! Bon d’accord, vous n’avez pas d’aspirateur robot  programmable. C’est comme chez moi : il n’y a que le lave-linge qui galope tout seul à travers la salle de bains  au moment de l’essorage à 1200 tours.

Curieuse par nature, je suis quand même allée voir ce qu’on me proposait comme services à domicile sur biiip.comMais c’est bien parce que c’est vous, parce que pendant que je recherche  tout ça, il ne s’est pas affiché un seul pas sur mon podomètre ce qui compromet déjà gravement ma moyenne de 2017.

 

On me propose, si je gagne : 100 heures de services sur l’ensemble de l’année, pour une valeur  approximative de 3200 €. Au choix : repassage, ménage, courses, bricolage, jardinage etc …

Est-ce que biiip  qui vient faire le ménage chez vous ? Non !il fait appel à un prestataire, et pas n’importe lequel : la société mondiale de conciergerie de luxe John Paul classée dans les meilleurs services de conciergerie du monde par le magazine américain Forbes !  Je me renseigne donc sur le site de ladite société - entre temps mon podomètre m’affiche en rouge : It’s time to move-  et j’assiste à des scènes courantes d’anthropophagie marketing :

 

It's time to move !

J’apprends que la société John Paul, start-up finaliste de la BFM Académie, a eu l’idée d’industrialiser le métier artisanal de la conciergerie privée et que c’est une grosse bête qui monte, qui monte ….

Janvier 2016 : JP devient leader mondial en fusionnant avec l'américain Les Concierges et a  pour objectif 140  millions d’€ de recettes à la fin 2017.

Février 2016 : JP va utiliser le Big Data  pour proposer à ses clients des contenus ciblés.

Mai 2016 : John Paul, partenaire du Festival de Cannes.

Juin  2016 :"Les services de conciergerie, meilleure partie de la voiture connectée".

Juillet 2016 : John Paul rachète Check Théâtre, leader français de la billetterie culturelle.

Novembre 2016 : AccorHotels absorbe JP pour garder la main sur sa clientèle d’affaire.

20 décembre dernier : tweet du Ritz Paris qui signale « des équipes émerveillées ».

Et ils viendraient faire le ménage chez moi ?! Non !

It's time to move !

Faisons comme si j’avais joué et gagné et voici à peu près les 3 scénarios possibles :

1-On sonne : ce sont trois employés de John Paul, impeccables, gants blancs, une équipe chic et choc, pas du tout émerveillée quand elle arrive dans mon F3 et qui sera consternée quand elle va découvrir  la poussière qui s’est accumulée derrière les bibliothèques depuis 10 ans. Pour ma part, trop gênée, je ne profite pas du time to move : je me réfugie dans la chambre avec un livre sur lequel je n’arrive pas à me concentrer : activité  de la matinée sur mon podomètre : ouvrir la porte d’entrée, accueillir, prendre un livre : 52 pas.

Scénario 2 : Finalement biiip et John Paul, considérant la modestie de mon logis, a sous-traité auprès d’un autre prestataire, lequel a sous-traité, lequel a sous- sous-traité. On sonne. Je vais ouvrir : une jeune fille timide m’explique avec les quelques mots de français qu’elle connaît, que son patron lui a pris ses papiers et l’exploite pour un salaire de misère, alors qu’elle pensait venir faire des études en France. Je la fait asseoir dans le séjour : 20 pas, je la réconforte avec un café préparé dans la cuisine, 27 pas, et j’entreprends de l’aider : je vais chercher ma méthode de FLE dans le bureau : 32 pas, et, bien assises, nous nous mettons au travail toute la matinée : 20 pas, pour aller rechercher du café. Elle apprend vite et me supplie de la laisser revenir la semaine prochaine. Bilan : John Paul, c’est moi, le ménage n’est pas fait et le podomètre affiche : 99 pas il aurait tout de même pu aller jusqu’à 100 !

It's time to move !

3e option, John Paul m’a choisie, pauvre anonyme, pour tester son nouveau système de ménage robotisé pour clients de 6ème catégorie. On sonne. Je vais ouvrir. Il n’y personne, sauf un paquet lourd et encombrant qu’on a déposé sur le paillasson : c’est un robot ménager humanoïde. Assise à la table de la cuisine, je planche sur la mise en service écrite initialement dans une langue asiatique traduite en anglais, retraduite en français. J’y passe la matinée. Le robot refuse d’avancer et le podomètre affiche 14 pas.

Bon j’ai compris ! Je ne joue pas.  Je chausse mes sneakers rouges et je vais, comme tous les jours d’hiver, courir et danser en musique à donf sur le tapis du salon. Ce qui fera tout de même 4000 à 5000 pas. Déjà, mon compagnon  aux  oreilles mélomanes, ferme la porte de la pièce où il est en train de travailler, et le chat demande à sortir…

Mais VOUS, vous êtes coincés à table ou dans ce studio, il va bien falloir que vous écoutiez un peu de Cardio Workout Music Best Off 2015 …

Le podcast complet de l'émission, c'est ici :

http://radio-cultures-dijon.com/podcasts/club-sandwich-8-janvier-2017-32

A bientôt !

It's time to move !

Publié dans Chroniques

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 > >>