Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

45 articles avec chroniques

Noël en banlieue au temps de la Guerre froide

Publié le par Claude Léa Schneider

Révolte des Améridiens contre le Dakota Access Pipeline (2016)

Révolte des Améridiens contre le Dakota Access Pipeline (2016)

Un conte de Noël écrit spécialement pour vous ! c'est ma dernière chronique du Club Sandwich 2016. (Club Sandwich n°14 du 18 décembre 2016)

Noël en banlieue au temps de la Guerre froide

L’histoire commence en banlieue parisienne à ¼ d’heure de Paris, quand j’étais enfant. Ma famille se partageait entre la banlieue sud-est et la banlieue ouest : Gare de Lyon, Gare St Lazare. J’aime les banlieues. Et j’aime les trains de banlieue.

Dans ma famille, certains du sud-est étaient plutôt à l’Ouest, enfin politiquement. Et d’autres de l’ouest penchaient un peu vers l’Est.  Parfois, grosses prises de bec Est-Ouest  le dimanche midi : le Rideau de Fer venait s’abattre au milieu la table de la salle à manger et la Guerre Froide  faisait refroidir le rosbif aux haricots verts.

Et puis, à l’heure du goûter, tout redevenait comme avant : personne n’ayant jamais convaincu personne.

L’éclaircie venait en milieu de semaine avec le Journal de Mickey que mon père rapportait avec Le Canard enchaîné dont certains dessins réconciliaient les adultes dans un même éclat de rire.

Canard enchaïné, dessin de Siné, construction de la tour Esso à La Défense, hall du CNIT et Journal de Mickey
Canard enchaïné, dessin de Siné, construction de la tour Esso à La Défense, hall du CNIT et Journal de Mickey
Canard enchaïné, dessin de Siné, construction de la tour Esso à La Défense, hall du CNIT et Journal de Mickey
Canard enchaïné, dessin de Siné, construction de la tour Esso à La Défense, hall du CNIT et Journal de Mickey
Canard enchaïné, dessin de Siné, construction de la tour Esso à La Défense, hall du CNIT et Journal de Mickey

Canard enchaïné, dessin de Siné, construction de la tour Esso à La Défense, hall du CNIT et Journal de Mickey

Dans ma famille, personne n’était franchement « communiste », ni « impérialiste ». Simplement, ils avaient deux façons de croire à la même utopie : celle du Progrès, avec P majuscule aussi haut que les Tours de la Défense  alors en construction.  C’était leur conte de Noël à eux, à la génération des grands-parents et des parents qui fredonnaient encore la chanson du film : « Si tous les gars du monde voulaient se donner la main. »

Aujourd’hui, on aimerait bien que Poutine et Donald Trump ne se la donnent pas trop, la main…

Chez nous le clivage est-ouest était beaucoup plus technologique qu’idéologique. C’était particulièrement sensible aux vacances de Noël quand on nous emmenait voir des spectacles à Paris dans les 2 immenses salles de cinéma qui nous éblouissaient de technique. On allait au Cinérama-technologie  américaine avec son écran courbe de 600 m2 -  voir La Conquête de l’Ouest ou au  Kinopanorama- technologie soviétique  avec ses 98 haut-parleurs- pour découvrir L’URSS à cœur ouvert. Deux beaux films de propagande, quoi !

 

Salle du Kinopanorama, affiches et  Renault Frégate transfluide.
Salle du Kinopanorama, affiches et  Renault Frégate transfluide.
Salle du Kinopanorama, affiches et  Renault Frégate transfluide.
Salle du Kinopanorama, affiches et  Renault Frégate transfluide.

Salle du Kinopanorama, affiches et Renault Frégate transfluide.

 Ça fait plaisir d’apprendre aujourd’hui que les Amérindiens sont en train de gagner leur combat contre le Dakota Access Pipeline.

 Et puis, vous ne saviez pas ? Le nom de naissance de Kirk Douglas, qui vient de fêter ses 100 ans,  c’est Issur Danielovitch,  fils de migrants juifs russes.

Certaines radios disaient que Youri Gagarine, avait vu dans l’espace « des couleurs qui n’existent pas sur Terre », ce qui nous faisait beaucoup rêver, mon père et moi. Impossible,  avait dit mon oncle, ingénieur et pragmatique, c’est  physiquement et physiologiquement impossible !

À l’école, nos maîtres et nos maîtresses nous faisaient écrire comment on voyait notre vie  à l’horizon du mythique an 2000. Et dans nos rédacs, on ne se déplaçait qu’en soucoupes volantes, vraiment plus rapides que les 2CV,  Simca et autre Frégate transfluide  et on ne se nourrissait que de pilules, bien moins dégueulasses que les endives qu’on nous forçait à finir dans nos assiettes.

 Et vous, vous la racontez comment  votre vie en … 2050 ?

Noël en banlieue au temps de la Guerre froide Noël en banlieue au temps de la Guerre froide

Dans les spectacles parisiens de fin d’année, il y avait aussi le duel Holiday on ice VS Ballets Moïsseïev. J’avais une nette préférence pour Moïsseïev et un léger tropisme vers l’Est, pour des raisons culturelles, préférant, à cet âge-là, la balalaïka à la musique country et les Contes et Légendes de la Taïga à ceux du Far West.

 Au retour du spectacle, sur notre chère ligne de banlieue omnibus, pleine à craquer, qui sentait le radiateur surchauffé et le tabac, j’écoutais l’accélération progressive du train et le bruit des bogies sur les rails que je rythmais dans ma tête sur l’air de Kalinka, ma danse russe préférée : Kalin Kamalin Kakalin Kamaya…

Et de retour à la maison, dans la chaufferie du sous-sol qui me servait à la fois de scène de théâtre et de piste de danse, je m’essayais aux sauts de chat des Danses  polovtsiennes du Prince Igor, de Borodine, un truc qui te tue littéralement  les genoux !

À la fin du 1er trimestre de 6ème, avant les vacances de Noël,  la prof de dessin nous ayant demandé de faire une carte de vœux, j’avais collé des clochers à bulbes en papier doré sur une feuille de Canson bleu nuit. Tiens, le Kremlin ! avait dit la prof sur un ton amusé. Et dans le regard crispé que m’avaient lancé certains de la classe, j’avais compris qu’un Rideau de Fer culturel passait aussi par-là !

Aujourd’hui, on dit sobrement « les années 2000 » que nous avons vécues … pour ce qu’elles valent. En cette fin 2016, Fidel Castro est mort. On ne se déplace toujours pas en soucoupe mais on croise encore des 2CV, c’est elles qui sont devenues mythiques !

 Il n’y a plus la Guerre Froide, on a délocalisé la Guerre brûlante et on a mis la Paix au congélateur. Aucune pilule ne remplace les endives et Thomas Pesquet, habillé comme vous et moi dans la Station spatiale devenue internationale, déguste des petits plats de grands chefs.

A Noël les  gens vont s’offrir des caméras 360° et des  casques de réalité virtuelle, mais malgré ça nos lignes de banlieue devenues  ligne L du Transilien et D du RER sont toujours aussi pleines à craquer. Seule l’odeur du tabac a disparu.

Et depuis le temps que je vis en Bourgogne, je rêve- c’est mon conte de Noël à moi- que Dijon serait le cœur  d’une immense étoile de lignes de RER, qui rayonneraient sur la région, comme les S autour de Berlin. Le surnombre des voitures individuelles étant devenu enfin obsolète,  ces trains nous emmèneraient tous à travers la campagne bourguignonne débarrassée à jamais de l’exploitation des animaux  et de la chimie tueuse,  et ils  ne laisseraient personne à quai, ni les démunis, ni les migrants, ni les exclus.

Et le bruit des bogies sur les rails, à chaque accélération ferait joyeusement….

Cliquez sur la vidéo ci-dessous pour écouter la musique de Kalinka.

deux liens : http://www.telerama.fr/cinema/films/la-conquete-de-l-ouest,404913.php

http://streaming202.com/20919-l-urss-a-coeur-ouvert-film-vf-en-streaming.html

Le podcast de l'émission complète, c'est ici :

http://radio-cultures-dijon.com/wp-content/uploads/club%20sandwich%20-%20SPECIALE%20NOEL.mp3

Club Sandwich  vous souhaite d'excellentes fêtes et vous dit à l'année prochaine.

Club Sandwich vous souhaite d'excellentes fêtes et vous dit à l'année prochaine.

Publié dans Chroniques

Partager cet article
Repost0

Trois mecs bien

Publié le par Claude Léa Schneider

Trois mecs bien

                       Puisqu’il y a déjà des galettes des Rois bien avant le 6 janvier, et  même avant Noël, je ne vois pas pourquoi  j’attendrais plus longtemps pour vous présenter mes Trois Rois Mages 2017, qui comme Les Trois mousquetaires, sont quatre.

Trois mecs bien et un extraterrestre, prometteurs pour l’avenir.

  • Mon 1er est un Allemand qui a claqué une porte anglaise
  • Mon 2ème est un Portugais qui a ouvert une porte internationale
  • Mon 3ème est un Français qui voudrait ouvrir les portes d’un tribunal
  • Mon 4ème est un Extraterrestre qui voudrait ouvrir les portes du Bien commun
  • Mon tout fait quatre Européens.

Ce n’est pas vraiment une charade, c’est une devinette à tiroirs, ou plutôt une devinette  à portes, vous allez voir :

  • Mon 1er  a claqué la porte du plus grand musée d’arts décoratifs et de design du monde, le Victoria & Albert Museum de Londres, qu’il dirigeait depuis 2011.
  • Mon 2ème  a réduit d’un tiers les effectifs dans les bureaux à Genève pour envoyer plus de personnel sur le terrain et répondre aux situations d’urgence.
  • Mon 3ème est professeur au Muséum national d'histoire naturelle de Paris, il enseigne un peu partout dans le monde,il a reçu cette année le Grand Prix de la Société Française d’Écologie et il reçoit couramment des messages d’insultes et de menace parce qu’il veut faire appliquer le principe de précaution.
  • Mon 4ème est un extraterrestre né à Paris, bardé de diplômes, docteur en maths appliquées, actuellement économiste en chef de l’Agence française de Développement mais aussi ordonné prêtre ! et il a des idées bizarres.

Vous  avez deviné ? non ?

  • Mon 1er  s’appelle Martin Roth
  • Mon 2ème s’appelle António Manuel de Oliveira Guterres, dit  Antonio Guterres.
  • Mon 3ème s’appelle Pierre-Henri Gouyon
  • Mon 4ème s’appelle Gaël Giraud
  • Martin Roth, premier directeur étranger du musée londonien, à qui on doit la grande exposition David Bowie qui a attiré plus d’un million de visiteurs à travers l’Europe, a annoncé sa démission  après la victoire du Brexit qu’il vit « comme une défaite personnelle ». Il a expliqué qu'il quittait « son poste pour mettre tout son poids dans la lutte contre les nationalismes en Europe ». On peut dire que c’est une décision courageuse.
  • Il va devenir leprésident de l'Institut des relations internationales, basé à Stuttgart.  Souhaitons-lui bonne chance !
  • Antonio Guterres a été élu Premier secrétaire des Nations Unies le 13 octobre dernier pour succéder à Ban Ki-Moon et il prendra ses fonctions au 1er janvier 2017.
  • C’est un grand défenseur des droits de l’Homme,très apprécié des ONG. Il a déclaré : « Je suis totalement engagé parce que je sais ce que j’ai ressenti à la tête du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés pendant dix ans. Vous ne pouvez pas imaginer ce que c’est que de voir de tels niveaux de souffrance ».
  • Il veut réformer « l'Organisation des Nations unies pour avancer vers plus de démocratie et d'efficacité de la communauté internationale, qui doit intensifier ses efforts pour veiller aux droits humains et à la paix. »
  • Le moins qu’on puisse dire c’est qu’il n’a pas peur ! Souhaitons-lui vraiment beaucoup de courage ! Et aussi d’avoir l’occasion de travailler avec Martin Roth.
  • Pierre-Henri Gouyon n’a pas peur des mots non plus. Dans de nombreuses vidéos qu’on peut voir en ligne, il explique que le Procès de Nuremberg a démontré que le respect de la dignité humaine est supérieur aux ordres reçus et que  c’était une première.
  • Lui le scientifique explique qu’il ne faut pas avoir une foi aveugle dans la Science, que les scientifiques sont capables de faire le pire en pensant faire le bien, comme l’eugénisme.
  • Qu’on a basculé dans un eugénisme libéral qui tue la biodiversité et qu’on est en présence d’un danger irréversible qu’on est incapable de prévoir.
  • Et surtout, il veut qu’on applique le principe de précaution qui a étéinscrit en 2005 par Jacques Chirac dans la Charte de l’Environnement en annexe de la Constitution de la Ve République.
  • Et les portes qu’il veut ouvrir, ce sont celles d’un nouveau procès de Nuremberg contre tous ceux qui n’auront pas appliqué ce principe et auront  tué la biodiversité,  contre ces entreprises privées qu’il appelle des « super-organismes prédateurs » qui nous mettent en danger en toute impunité, car dit-il, « les États ont parfois reconnus leurs torts, les entreprises jamais. »
  • Je crois qu’on peut l’encourager aussi !
  • J’ai découvert très récemment le nom de l’extraterrestre final - Gaël Giraud- dans un numéro récent du magazine Télérama titré : « Vite ! une Nouvelle Société ».
  • Comment résister à ce titre ?
  • Dans une interview Gaël Giraud y déclare qu’une société doit avoir un projet qui lui permette d’aller de l’avant, pour que les gens aient à transmettre à leurs enfants des choses qui en vaillent la peine, que notre vieux modèle économique est périmé et« détruit tout sur son passage », et qu’il faut, je le cite : « une transition écologique qui créera du travail et donnera du sens  à nos vies. » Je vous renvoie à l’article qui est passionnant.
  • Eh bien vraiment, du fond du cœur, qu’il soit entendu !
Martin Roth, Antonio Guterres, Pierre-Henri Gouyon, Gaël Giraud
Martin Roth, Antonio Guterres, Pierre-Henri Gouyon, Gaël Giraud
Martin Roth, Antonio Guterres, Pierre-Henri Gouyon, Gaël Giraud
Martin Roth, Antonio Guterres, Pierre-Henri Gouyon, Gaël Giraud

Martin Roth, Antonio Guterres, Pierre-Henri Gouyon, Gaël Giraud

  • Retenez bien ces quatre noms : Martin Roth, Antonio Guterres, Pierre-Henri Gouyon et Gaël Giraud.
  • C’est vrai qu’il n’y a pas de femmes dans mon quarté. Il y aurait pu y en avoir. Mais ce sera pour une autre fois. Et je vous avais promis des Rois Mages.
  • Qu'ils vous apportent ce message que je résumerai ainsi  :
  • Dans la vie, il faut parfois avoir le courage de claquer des portes et la force d’en ouvrir d’autres, voire de les enfoncer.

C'était ma Chronique du Club Sandwich n°13, du 11 décembre 2016, avec "Christophe et toute son équipe",  dont le podcast complet est ici :

http://radio-cultures-dijon.com/wp-content/uploads/Club%20sandwich%20-%2011%20decembre%202016.mp3

Trois mecs bienTrois mecs bien

Publié dans Chroniques

Partager cet article
Repost0

Lie-de-vin et lie de la terre

Publié le par Claude Léa Schneider

 Club Sandwich n° 10 du 21 novembre 2016

Retrouvez ici  ma chronique ainsi que le podcast du Club Sandwich, avec Christophe et toute son équipe.

  • Vous savez que j’aime bien vous proposer à chaque fois une chronique d’un style différent, alors aujourd’hui, comme la nuit tombe vite en cette saison, je vais vous parler de couleurs.
  • Figurez-vous qu’au XIXe siècle, de savants philologues se sont demandé si les yeux des Grecs de l’Antiquité voyaient la couleur bleue, parce qu’elle n’est presque jamais nommée dans les textes anciens. D’où toute une série de théories pseudo-scientifiques qui se sont avérées fausses, bien sûr, parce que les yeux des Grecs, comme les nôtres, voyaient la couleur bleue ! Mais ils ne la nommaient pas comme telle. C’est ce que nous apprend l’excellent Michel Pastoureau, historien des couleurs.

  • Moi, je me demande si les responsables des produits et des emballages – du "packkkaggging " -comme on dit chez Sephora - destinés aux femmes de plus de 50 ans savent que les dites femmes sont capables de percevoir d’autres couleurs que violet !
  • Et je ne parle pas de la chaude couleur cassis de la crème de Cassis de Bourgogne, ni du rouge profond vitaminé des petits fruits des Hautes Côtes, ni même du parme parfumé de la violette qui se cache dans les jardins en février.
  • Non, je vous parle de toutes cette gamme violasse qui me lasse ! Violine pour la ligne, aubergine pour les vitamines, mauvasse pour le teint fadasse, rosâtre pour les acariâtres, prunâtre pour les opiniâtres, mauve rose pour la ménopause, rose mauve pour éviter d’être chauve,  lie-de-vin, vineux,  vinasse, et  violacé : assez du viol de nos yeux !
  • Comme on fait tomber la petite-fille dans le rose girly, on roule la femme de + de 50 ans  dans le mauve  dé-girly, histoire de lui montrer qu’elle peut tirer un trait sur … sur quoi d’ailleurs ?
  • Et on ne parle pas de la case à cocher « 60 ans et plus ». Vous remarquerez que sur les questionnaires, il n’y a jamais de case à cocher 70, 80, 90, 100 ans …, car qui oserait les cocher, ces cases ? !
  • Au-delà de cette ligne violine et incertaine de la soixantaine, votre billet d’existence sociale est n’est plus valable, et toute sortie est définitive !

  • Mauve dé-girly, ça vous fait …dé-gueurler, hein ? ça vous fait une belle gerbe !
  • Parfois on nous concède généreusement l’améthyste ecclésiastique, la couleur liturgique de la pénitence, alors là, vraiment merci !
  • Le même Michel Pastoureau nous apprend que le violet est une ½ couleur, qu’en latin ça se dit subniger = demi-noir ! comme demi-deuil, et que c’est généralement la couleur la plus détestée après le brun… Encore merci !
  • Je remarque qu’Hillary Clinton, qui a affectionné, tout au long de sa campagne, une étrange tunique-pantalon-pyjama rouge vif- curieuse idée  de se déguiser en clown républicain, alors qu’il y en avait déjà un ! -portait  le lendemain de sa défaite, un tailleur noir à grands revers violets. Couleur du renoncement, on vous dit !
Lie-de-vin et lie de la terre

  • Mais attention à qui ne se plie pas à cette règle tacite du renoncement : alors que ça fait des millénaires que des hommes épousent des femmes dont ils sont les aînés sans qu’on trouve à y redire,  gare à la femme qui ose vivre avec un homme plus jeune, à elle d’endosser les sobriquets de dangereux prédateurs !

  • Je remarque aussi qu’une mode de femmes chics à cheveux blancs progresse sournoisement. Signe de la baisse quasi générale du niveau de vie ? Sans doute.  Une coloration coûte cher, surtout quand il faut l’entretenir, c’est vrai. Mais j’y vois ramper autre chose, une sorte de stigmatisation. Car en ces temps difficiles la stigmatisation galope sur tous les fronts sociaux.
  • Et voilà que Dessange s’y met aussi avec les cheveux blancs ! L’inventeur du coiffé-décoiffé  ressort la photo en noir et blanc de 1983 (ci-dessus à gauche) qui l’a rendu célèbre, celle d’Ana blonde, alias le mannequin Catherine Ahnelle, avec les grandes boucles d’oreilles.
  • Entre temps – j’ai vérifié-Catherine Ahnelle est devenue une galeriste reconnue, elle a 30 ans de plus, mais porte les cheveux longs et blonds !

  • Non, le groupe Dessange a repris la même photo de 1983 ! pour nous vendre un produit pour cheveux blancs ! Même pose, mêmes boucles, même pull, et  facile en noir et blanc de faire passer le blond clair pour du blanc, le visage de Catherine Ahnelle a purement et simplement été vieilli à coup de Photoshop ! Avec ça, Dessange veut nous vendre  un produit pour -ouvrez les guillemets »- « cheveux éteints, en perte de lumière », tout un programme ! Et devinez quelle est la couleur du flacon ? violet dé-girly !
Lie-de-vin et lie de la terreLie-de-vin et lie de la terre

  • C’est vrai qu’une femme peut porter les cheveux blancs glamour, mais tout le monde n’a pas la fougue d’Élisabeth Quinn, et ses 28 minutes, chaque soir, sur ARTE.
  • Il faut avoir l’âme sacrificielle  de Françoise Hardy et boire le calice lie-de vin, jusqu’à la lie pour porter si tôt les cheveux blancs. Bon, d’accord, il y a la grave maladie contre laquelle elle se bat si courageusement. Mais qu’une fille si jolie et si douée ait passé sa jeunesse et sa toute vie ! à attendre que les passades de son Jacquot se passent, ça, ça me dépasse ! Voilà bien les couleurs du renoncement.
Lie-de-vin et lie de la terreLie-de-vin et lie de la terre

Publié dans Chroniques

Partager cet article
Repost0

New Temps Modernes

Publié le par Claude Léa Schneider

Etats-Unis : employés du secteur volailler privés de pause-toilette et obligés de porter des couches. Photo http://www.huffingtonpost.fr/2016/05/13/prives-de-pause-pipi-des-employes-obliges-de-porter-des-couches/

Etats-Unis : employés du secteur volailler privés de pause-toilette et obligés de porter des couches. Photo http://www.huffingtonpost.fr/2016/05/13/prives-de-pause-pipi-des-employes-obliges-de-porter-des-couches/

Voici ma chronique du Club Sandwich n°9 du 13 novembre 2016. Animé par Christophe, avec Edouard, Julie, Benoit, et ma fraise.

Management algorithmique.

Un instant les amis : j’ajuste mon oreillette obligatoire, comme déjà pas mal de vendeurs dans de  nombreuses boutiques et enseignes, pour vous parler de mon nouvel emploi.   

Car  j’ai  accepté le métier de livreur de chroniques et de sandwichs pour Club Sandwich Power  System qui m’offre des conditions   très rémunératrices.  Je n’ai plus ni patron ni supérieur hiérarchique, je suis en free-lance, je peux gérer mon temps de travail, à moi la liberté et la belle vie ! car Club Sandwich Power System pratique le management algorithmique.  

Relié à mon smartphone par cette oreillette, mon métier consiste à aller chercher des chroniques et des sandwichs chez Chroniko Uber Team et à les livrer en un temps record aux médias qui en ont besoin quand leurs  journalistes sont en panne d’inspiration.

Pourquoi faire  livrer des chroniques par coursier, me direz-vous, alors qu’il serait si simple de les envoyer par mail ?

         

La force de Chroniko Uber Team

Réponse : pour contourner l’implosion du  piratage informatique, les chroniques sont écrites sur d’anciennes machines à écrire  non connectées et ensuite acheminées sous plis scellés par un coursier, ce qui assure leur totale exclusivité. C’est ça la force de Chroniko Uber Team !

D’autre part, les journalistes étant, on le sait, amateurs de sandwichs, surtout quand ils sont en panne d’inspiration, Chroniko UberTeam, pour apporter une offre plus concurrentielle,  s’est associé à Club Sandwich Power System  pour livrer des chroniques Et des sandwichs et gérer la logistique algorithmique.

Des chroniqueurs très efficaces

Chroniko Uber Team est donc un centre d’écriture de chroniques pour les médias. Les chroniqueurs de Chroniko sont rodés aux méthodes du politiquement correct et aux champs lexicaux les plus consensuels, toutes les chroniques sont donc à la fois exclusives  ET interchangeables et donc immédiatement adaptables au média qui en fait la demande. C’est ça la force de Chroniko Uber Team !

Chez Chroniko Uber Team chaque chroniqueur est capable de produire 8 chroniques par jour. Comment ce miracle est-il possible, me direz-vous ? Vous qui peinez à en écrire une par semaine !  Eh bien les chroniqueurs  les écrivent à la chaîne, 8 h par jour,  rivés à leur table de travail, muni d’un casque, face à leur machine à écrire,  dans  leur bureau openspace.

Employés dans les mêmes conditions

Employés dans les mêmes conditions

Impossible de déjeuner avec ses amis

Une seule pause toilette quotidienne leur étant accordée, ils réduisent au maximum leurs prises de liquides, ce qui règle de facto l’improductif problème des pauses-café. C’est ça la force de Chroniko Uber Team !

La pause-déjeuner est limitée  à 30 mn et organisée de telle sorte qu’on ne peut la prendre en même temps que ses voisins de bureau, ce qui limite l’inutile bavardage convivial et les risques d’ententes syndicales.

Un médecin du travail a bien  fait quelques remarques sur cette forme de harcèlement moral et physique et a tenté de mettre en place une cellule d’écoute, mais il a finalement dû démissionner, comme les 12 autres médecins qui l’ont précédé. C’est ça la force de Chroniko Uber Team !

Obligés de porter des couches culottes

Quant aux sandwichs, ils sont préparés par des employés qui  voient régulièrement leurs demandes de pauses-pipi refusées par leur chef qui leur répond par des menaces de sanctions ou de renvoi. Les employés sont ainsi « maintenus sous pression pour garder la vitesse de production. ». Ils sont donc obligés de porter des couches culottes et ils urinent et défèquent debout face à leur plan de travail. C’est ça la force de Chroniko Uber…..

Une nouvelle commande

Mais je m’interromps car une nouvelle commande arrive dans mon oreillette. J’ai 30 secondes pour réagir : je dois balayer l’écran de mon smartphone  pour  “Accepter la livraison” – de toute façon c’est la seule option qui m’est proposée puisque je dois obligatoirement travailler au moins deux jours consécutifs durant les week-ends.

Je dois vous dire  que je reçois tous les mois un audit de performance qui recense mes « délais d’acceptation des commandes, temps de trajet client, temps passé chez le client, retards de livraison et commandes non honorées. »

Le temps d’enfourcher mon scooter et de griller  2 feux rouges, je récupère ma chronique sous son pli hermétique, et je fonce chercher les sandwichs. Je fais au plus vite car depuis que j’ai commencé à travailler en free-lance ma rémunération à la course est passée de 12 € à 4,50 €. Un plan apparaît alors sur mon smartphone :

l’algorithme me fournit l’adresse de livraison : je dois filer à Radio Cultures Dijon, 19 rue de la Préfecture,  où on me signale qu’un chroniqueur est justement en panne.

New Temps Modernes

Maudit escalier

Je trouve l’adresse, monte l’escalier, dépose mon colis dans leur local vraiment exigu où sont entassés des chroniqueurs accablés. Je fais signer l’écran de reçu à un prénommé Christophe, et je redescends en 4ème vitesse, mais catastrophe ….je rate une marche de ce maudit escalier et je dégringole. Impossible de me relever : j’ai dû me fracturer quelque chose. Les chroniqueurs de Radio Cultures, alertés par le bruit,  se précipitent, accablés mais sympas quand même, ils appellent les secours, et me voilà parti dans l’ambulance.

Immobilisé  sans couverture sociale

C’est bien ce que je craignais : on m’a posé un plâtre qui va m’immobiliser  pendant plusieurs semaines. Je m’aperçois alors que  je n’aurai ni remboursement  des frais médicaux, ni indemnités journalières, puisque je suis employé sans employeur et que c’était à moi de cotiser aux régimes de santé et de protection sociale, ce que j’ignorais.

J’ai reçu de Club Sandwich Power System  un message me demandant de justifier mon absence, bien que je leur aie envoyé un mail et un certificat médical  pour les prévenir. Ils me répondent que le contrat est rompu et  que je ne toucherai le solde de ma rémunération que  lorsque j’aurai rendu mon matériel et  fourni la preuve que j’ai enlevé de mes sacs de livraison tous les autocollants de Chroniko Uber Team. C’est ça la force de …

Je suis désolée, je dois interrompre cette chronique. On me signale que des âmes sensibles qui nous écoutaient ont dû quitter la table dominicale à l’énoncé des conditions de travail que je viens de décrire ! Pourtant elles sont vraies !

2 films à voir et à revoir et une idée de lecture
2 films à voir et à revoir et une idée de lecture
2 films à voir et à revoir et une idée de lecture

2 films à voir et à revoir et une idée de lecture

Et merci aux ressources en ligne du Huffington Post, Courrier International, Oxfam, Mediapart et AlterEcoPLus.

Je dédie cette chronique aux 80 ans des Temps Modernes du génial Charlie Chaplin et aux 80 ans de Ken Loach, dont le Moi, David Blake, Palmes d’or à Cannes, vient de sortir récemment en salles.

le podcast intégral du Club Sandwich n°9, c'est ici :

http://radio-cultures-dijon.com/wp-content/uploads/Club%20Sandwich%20-%2013%20novembre%202016.mp3

Et le livre (sur un autre sujet) présenté en fin d'émission.

Et le livre (sur un autre sujet) présenté en fin d'émission.

Publié dans Chroniques

Partager cet article
Repost0

Lapin à la moutarde garou

Publié le par Claude Léa Schneider

Club Sandwich  n° 5 du dimanche 9 octobre 16.

Vous l'avez manqué ? Retrouvez ici ma chronique et le podcast de l'émission complète.

Aujourd’hui  je vais vous parler de pâte à modeler et de philosophie, et donc de philosophie à modeler, car c’est bien ce qu’on fait couramment quand on modèle ses principes selon  ses intérêts. Donc comme promis, voici la recette du lapin à la moutarde garou.

Pour faire un bon lapin à la moutarde garou, il faut :

·         1 tasse de moutarde au verjus et aux graines de Bourgogne

·         1 verre d’aligoté

·         1 escabeau

-     1 briquette de crème de coco

-     1 dictionnaire français-anglais

-      2 échalotes

-      1 cuillerée à soupe d’huile d’olive

-      1 balle de tennis

-     1 branche de thym

-       700 g de poivrons coupés en lanières

-     1 grand plat

-     1 cuillerée à soupe de curry

-     2 pieds

-       1 beau lapin d’1,5 kg, en pâte à modeler, de chez Wallace et Gromit

-     Et 1 fraise Tagada pour le décor

 


  • 1       Mets les pieds dans le plat.
  • 2   Regarde le lapin dans les yeux et pose-toi la question suivante : pourquoi ne pas prendre  un vrai lapin vivant, et le tuer ? Oui, mais de quel droit ? Et c’est là que, comme promis, on bascule  de la pâte à modeler vers la philosophie comme sur l’infernal  toboggan à petit-déjeuner de Wallace et Gromit. Car qu’est-ce que le spécisme ? Le spécisme c’est le fait de négliger la vie et les intérêts des animaux uniquement parce qu’ils sont d’une autre espèce. Les humains sont anthropocentrés, c’est-à-dire, centrés sur eux-mêmes et leurs intérêts  au détriment des autres espèces.

  •       Maintenant prends le dictionnaire  et ouvre-le au mot « feeling ». Christophe, toi qui es angliciste, tu sais à quel point ce mot est difficile à traduire en français : feeling : sensation ou sentiment ? 2 mots qui viennent du même verbe sentir.  C’est physique ou psychique ? Réponse : c’est les deux : sensation ET sentiment, physique  ET psychique, puisque une sensation purement physique, la souffrance purement physique par exemple,  ça n’existe pas, nous disent les philosophes.
Descartes (1596-1650) et Malebranche (1638-1715)Descartes (1596-1650) et Malebranche (1638-1715)

Descartes (1596-1650) et Malebranche (1638-1715)

  •         Prends la branche de thym, mais écarte les mauvaises branches, par exemple le métaphysicien Malebranche, qui battait son chien à tour de bras, et criait  plus fort que les cris du chien en disant  « ça crie mais ça ne sent pas», c’est-à-dire que selon lui, et aussi selon Descartes, l’animal ne sent rien puisque c’est une machine ! Or on le sait aujourd’hui grâce aux progrès de la science : les couilles de Malebranche et de Descartes étaient tout aussi sensibles que celles du chien ! souffrance physique ET psychique !

  • ·        Cherche le mot sentience. Tu apprends que ça vient du latin sentiens, « ressentant », et que ce mot désigne la capacité de ressentir. Un être sentient ressent la douleur, le plaisir et diverses émotions.

      Maintenant, monte sur l’escabeau et prends la balle de tennis.

Un peu de silence, s’il vous plaît !

·        L’homme est-il un être sentient ? oui !

·        L’animal est-il un être sentient ? oui ! 15 A

·        L’homme a-t-il  conscience d’exister ? oui ! 30-15

·        L’animal a-t-il une conscience d’exister? oui !  30 A

·        Combien  l’homme a-t-il de vie ? : Une !  40-30

·        Combien l’animal a-t-il de vie ? Une ! 40 A

·        L’animal peut-il toujours décider de son sort ? non ! Avantage homme

·        L’homme peut-il toujours décider de son sort ? non !  Égalité

Alors tu peux te le jouer en 3 sets ou en 5 sets, il n’y aura pas vraiment de "tie-break"

1.      MAIS c’est difficile de changer, les idées sont tellement ancrées dans la conscience collective qu’on  peut  les croire éternelles : rappelle-toi, il y a eu une époque où certains pensaient que « les nègres n’avaient pas d’âme ». Le racisme, le sexisme, et  aussi le spécisme, le grand débat de notre siècle."La cruauté envers les animaux est la violation d’un devoir de l’homme envers lui-même.disait déjà le philosophe Emmanuel Kant

C’est difficile de changer d’habitudes et surtout alimentaires, alors vas-y progressivement, ne crois pas que si flexi-t’as rien, ou si t’es végé, t’as rien ! Au contraire t’en as beaucoup dans ton assiette. Mélange bien  la moutarde, le curry  et la crème de coco. Fais revenir les échalotes dans l’huile d’olive, ajoute les poivrons coupés en lanières,  incorpore le mélange moutarde-curry-coco,  laisse réduire à feu très doux pendant 20 mn, verse sur un grand plat de riz, déguste, partage la pâte à modeler entre les enfants qui sont autour de toi et  bois le verre d’aligoté à la santé du lapin que tu n’as pas tué !

Tu  veux rigoler sur les végétariens, rien de plus facile : sur le net on trouve plein de sites.

·        Tu veux connaître les remarques dont les végétariens ont vraiment  ras l’assiette de quinoa, rien de plus facile non plus.

·        À toi donc à qui je ne fais pas de morale, mais j’essaie de traiter un sujet sérieux avec un peu d’humour, je te dédie cette chronique  et te donne le dicton du new almanach  du jour : « Qui est trop anthropocentré devient vite entrecôtecentré."

         Le podcast de l'émission complète présentée par Christophe, c'est par ici :

http://radio-cultures-dijon.com/wp-content/uploads/club%20sandwich%20-%209%20octobre.mp3

Petit lapin de l'île de Sylt (été 2012)

Petit lapin de l'île de Sylt (été 2012)

Publié dans Chroniques

Partager cet article
Repost0

Europe-Pénélope

Publié le par Claude Léa Schneider

Europe-PénélopeEurope-Pénélope
Pénélope à son métier – Vase (440 av. JC)
Pénélope à son métier – Vase (440 av. JC)
Vous avez raté le Club Sandwich d'hier midi ? Retrouvez ici ma chronique et le podcast complet de l'émission du dimanche 2 octobre.

Dérogez, dérogez ...

  • Oui, Christophe, merci de me donner l’occasion d’ouvrir une page du nouveau calendrier du jardinage européen, der neue Kalender of the European gardening, je le dis aussi en anglo-allemand, pour sceller les liens d’amitié indéfectible entre Monsanto et Bayer.
  • Cette page va vous aider à survivre dans cette Europe qui se prend pour Pénélope, puisque, jugez plutôt :
  • Cet été, pendant qu’on était sur la plage, occupé à manger des fraises Tagada, la Commission européenne, telle Pénélope qui défaisait la nuit la toile qu’elle avait tissée le jour, a préparé des dérogations pour rendre caduques ses propres lois, celles qu’elle avait elle-même votées, sa propre interdiction d’utiliser certains herbicides et autres produits phytosanitaires reconnus cancérogènes !
On voudrait nous faire croire ...
On voudrait nous faire croire ...

On voudrait nous faire croire

  • Parce qu’on voudrait nous faire croire que ces mêmes produits, classés toxiques en 2009 ne le sont plus en 2016, d’où ces dérogations préparées en douce pour avoir le droit de les utiliser, au nom de la santé des plantes !
  • Alors que, comme te l’a déjà recommandé notre new almanach au printemps :
  • Si tu tiens à tes patates, ne mets pas de glyphosate.
  • Et pendant la préparation de ces dérogations, personne n’a bronché. Surtout pas la France. Seule la Suède s’est opposée.
  • On sait que le réchauffement climatique est cause d’intempéries inhabituelles. Il y en a eu d’importantes cet été en Alsace et les champs de choux à choucroute ont souffert des inondations puis de la sécheresse, compromettant la prochaine récolte.
  • Sera-t-on à l’avenir obligé d’asperger de produits phytosanitaires les choux à choucroute pour les rendre résistants à ces bouleversements ?
  • Alors là, j’incite tous les choux à choucroute qui nous écoutent- et je sais que le dimanche ils sont particulièrement nombreux- à tweeter à la Commission européenne, un message de protestation signalant qu’ils préfèrent les intempéries à un traitement cancérogène.
Une belle choucroute !
Une belle choucroute !

Une arme : semer le doute dans les esprits.

  • Mais on voudrait nous faire croire qu’il est « improbable » que le glyphosate et autres dérivés présentent des dangers pour l’homme et l’environnement
  • On voudrait nous faire croire une chose et son contraire, la Commission européenne vote une chose et son contraire, et tout ça n’a qu’un but :
  • semer le doute dans nos esprits, avec de vraies expertises honnêtes, démenties par de fausses expertises malhonnêtes, comme l’a remarquablement montré Élise Lucet dans un récent Cash Investigation à propos de l’utilisation de sels nitrités dans la charcuterie, méthode du doute des expertises contradictoires aux arguments fallacieux, déjà bien rodée par l’industrie du tabac, comme le montre avec humour l’excellent film Thank You for Smoking de Jason Reitman.
  • Des patates au glyphosate, de la charcuterie nitritée et des choux traités,
  • ça nous prépare une belle choucroute !
Une arme : le doute.
Une arme : le doute.

Alors Europe, tu te prends pour Pénélope ?

Tes décisions contradictoires se télescopent,

« La santé des plantes » c’est quoi cet argument, plat comme une escalope ?

Tu es vendue à la chimie interlope

De Monsanto, de Bayer ou de Winthrop

Qui trafiquent les isotopes.

Et les vraies décisions achoppent.

Montre-toi courageuse Europe !

Les dégâts sur la nature ? tu veux qu’on te les montre en cinémascope ?

Parce que qu’est-ce qui écope ?

C’est nous, c’est le biotope !

Tout gorgé de Roundup !

Et pendant que tu joues à l’oscilloscope,

Les prétendants populistes te courtisent et se développent

Tu ne les connais ? ou tu veux leur trombinoscope ?

Tu fais vraiment de la provoc, Europe,

Et quand je dis provoc, c’est une apocope !

Franchement Europe, je t’aime, mais tu me rends misanthrope !

Où est le temps des philosophes du café Procope ?

Et toi qui nous écoutes, pose ta clope et lève ta chope,

Ne te laisse pas tromper par le cheval de Troie du doute qui galope

Aussi vite que RoboCop,

Et saute sur toi comme le lion sur l’antilope.

C’est pourquoi l’almanach du jour à ta perplexité dit : stop !

Et te donne ce conseil philanthrope :

"Quand vient le temps de la choucroute,
Te laisse pas gagner par le doute."

http://radio-cultures-dijon.com/wp-content/uploads/Club%20Sandwich%20-%202%20octobre%20-%20100%20FM.mp3

Publié dans Chroniques

Partager cet article
Repost0

Désolé/e -Pas de souci !

Publié le par Claude Léa Schneider

Club Sandwich du 25 septembre 16.

Club Sandwich du 25 septembre 16.

Retrouvez le podcast de l'intégralité du Club Sandwich du dimanche 25/09, une émission de Christophe, animée par lui, avec Tristan, Julie, Sylvain et ma fraise (tagada) ici :

http://radio-cultures-dijon.com/wp-content/uploads/Club%20Sandwich%20-%20Dimanche%2025%20septembre%202016.mp3

Un jeune homme (vraiment) désolé

  • Imagine un peu : tu es un jeune homme de 18 ans, tu t’appelles Frédéric, tu es en conflit permanent avec un père violent qui pèse 120 kg et qui tape sur tout ce qui bouge.
  • Il t’a empêché de faire les études de ton choix. Pourtant tu es très doué.
  • Côté cœur, tu préfères les garçons, tu n’as pas choisi, c’est comme ça. Mais impossible d’en parler. Tu te sens très seul.
  • Alors, quand tu rencontres Hermann, ce jeune officier de 26 ans, vous projetez tous les deux de vous enfuir en Angleterre, où tu as de la famille.
  • Mais trop tard ! Ton père l’apprend. Et qu’est-ce qu’il fait ? Il fait décapiter Hermann et il t’oblige à regarder !
  • Ton père voulait te rendre insensible, ça n’a pas marché. Tu es profondément affligé de la mort injuste d'Hermann dont tu te sens responsable : ton cœur est dévasté, désolé.
Exécution de H.Hermann von Katte devant le futur Frédéric II, 1730.
Exécution de H.Hermann von Katte devant le futur Frédéric II, 1730.

Sans-souci.

  • Plus tard tu aboliras la torture et tu feras construire à Postdam, près de Berlin, une jolie résidence d’été dans les vignes, que tu appelleras Sans-Souci. Parce que les soucis, tu connais ! Tu es le roi Frédéric II de Prusse.
  • Et comme l’a écrit ton ami Voltaire :

« Dans Sans-Souci certain roi renommé

Fut de soucis quelquefois consumé. »

  • Ce petit prologue pour rappeler que souci et désolé ont été des mots au sens très fort.
  • Où est-ce que je veux en venir ? À notre tic de langage favori : D-PDS / Désolé-Pas De Souci qui, par glissements sémantiques successifs, est devenu le degré zéro de l’engagement personnel.
Postdam, château de Sans-Souci.
Postdam, château de Sans-Souci.

Désolé/e

  • Je m'explique :
  • Désolé signifie qu’on est très peiné, fortement contrarié.
  • Si je dis : Je suis désolé de vous avoir fait attendre, l’emploi de « Je suis », -pronom et verbe- marquent un engagement, je dois faire l’effort d’une phrase pour formuler une explication, une excuse, et je montre que j’ai des scrupules et que je vous prends en considération.
  • Mais remarquez que dans notre « désolé » tout court, le pronom personnel et le verbe ont aussi disparu ce qui vous met devant le fait accompli :
  • - Désolée, Julie, j’ai mangé toutes tes fraises Tagada !
  • Si j’arrive très en retard en disant seulement « Désolée » : ça me dédouane, ça glisse avec désinvolture, ça sous-entend : je n'ai pas à te fournir d’explication et d’ailleurs je me fiche des conséquences et de ce que tu peux penser de moi.
  • Comme dans ce texto véridique reçu récemment par une amie de son voisin alors qu’elle revenait de voyage : « Oups, désolé, j’ai oublié de donner à manger à ton chat pendant que tu étais partie en vacances. ». Point. Aucune considération pour le chat qui a jeûné une semaine !
Oups ! Désolé ...
Oups ! Désolé ...

Pas de souci !

  • Maintenant, si je dis ya pas de problème ça veut dire d’abord que j’ai envisagé qu’il pourrait y en avoir un, mais que cela ne pose pas de difficulté et que je sous-entends quelque chose comme ne t’inquiète pas, te fais pas de bile, c’est une formule destinée à te rassurer.
  • Mais si je te dis y a pas de souci, ça va te rassurer, mais ça va aussi me rassurer moi, parce que je n’aurai pas à me formuler mentalement quel problème ou scrupule il pourrait y avoir. C’est un cliché rassurant pour tout le monde.
  • Et puis tiens je supprime même le ya, allez : Pas de souci ! une vraie formule magique qui me désengage totalement.
  • Pas de souci pour remplacer le « oui » des gars pas vraiment concernés.
  • -Monsieur Narcisse, voulez-vous prendre pour épouse Melle Rose ? – Pas de souci !
Désolé/e -Pas de souci !

D-PDS : la formule magique

  • En tandem avec Désolé, D-PDS : ya plus de pronom, ya plus personne, tout le monde s’en fout ! ça enlève de l’importance à ce qui pourrait, ou devrait, en avoir.
  • D-PDS, idéal pour les événements de la vie et les relations diplomatiques. Je vous le recommande. Quelques exemples :
  • - Désolé/e, je te quitte !–Pas de souci ! sous-entendu : j’m'en tape !
  • - Désolé/e en reculant la voiture dans ton garage, j’ai écrasé ta belle-mère !- Pas de souci ! Elle gênait, alors…
  • - Désolé, j’ai détourné 800 millions d’euros, que j’ai planqués dans une banque des îles Club Sandwich !Pas de souci ! t’as qu’à jurer le contraire à l’Assemblée.
  • Allo Jean-Claude (Junker) ? C’est Viktor (Orban) désolé, je ferme mes frontières aux migrants !- Pas de souci ! on les laisse crever.
  • - Désolé, j’ai annexé la Crimée, parce que je considère que c’est un territoire russe !- Pas de souci ! Mais c’est quand même un viol du droit international, faudra pas recommencer, hein ?
  • - Désolée, Christophe, je m’arrête là parce que j’ai eu la flemme de chercher autre chose pour terminer ma chronique.
  • PAS DE SOUCI !

*********************************************************

Et pour terminer les 2 livres de Fabio GEDA que je vous ai brièvement présentés, mais chaudement recommandés.

Une courte vidéo sur l'histoire vraie racontée dans le livre "Dans la mer il y a des crocodiles" ici: http://www.lianalevi.fr/f/index.php?livre_id=401&sp=liv

Désolé/e -Pas de souci !
Désolé/e -Pas de souci !

Et pour terminer en musique.

Publié dans Chroniques

Partager cet article
Repost0

Gaspillage alimentaire

Publié le par Claude Léa Schneider

Gâchis dans une assiette.
Gâchis dans une assiette.

Un bémol dans le dièse #

  • Je ne dirais jamais assez à quel point je suis fière de faire partie du Club Sandwich, ce club de gens cultivés qui ne confondent pas :

  • Émile Zola avec gorgonzola
  • Bacon avec le bacon
  • Paganini avec un panini,
  • Mozart est là ! avec mozzarella
  • Et le vert Véronèse avec le jaune mayonnaise.
  • Et je me réjouis aujourd'hui de la présence de Sylvain et de son esprit sagace.
  • Comme dit Thierry, un ami commun, Sylvain aime bien parsemer ses messages de hashtag ou mot-dièse. Alors en son honneur, j'ouvre mon Almanach à la "lettre" hashtag #
  • Et ça tombe bien parce que je vais mettre un bémol dans le mot-dièse !
Vert Véronèse : détail du Repas chez Lévi,1573.
Vert Véronèse : détail du Repas chez Lévi,1573.

#CestLaCata

  • Comme vous le savez, depuis le 8 août dernier on a déjà épuisé une année de ressources de la planète et on vit à crédit alimentaire. #CestLaCata
  • À l'échelle de la planète, 1/3 des aliments produits pour la consommation humaine- soit plus d'un milliard de tonnes par an- est perdu ou gaspillé. Ce sont les pays riches qui gaspillent le plus : un Européen jette en moyenne 123kg de nourriture par an. Et comme nous tous, autour de cette table, nous n’entrons pas, bien sûr, dans cette statistique, ça vous laisse imaginer tout ce que jettent les autres ! Mais tout de même #MeaCulpa
Gaspillage alimentaire

#Dirladada

  • Ceux des générations qui nous ont précédés et élevés ne jetaient rien, et pour cause : ils avaient crevé la dalle pendant les guerres mondiales #Rutabaga
  • Pourtant, c’est vrai, il y a un siècle et demi, dans La Vie parisienne d’Offenbach, on chantait « Je veux m’en fourrer jusque-là », mais c’était le rêve d’une France à 80% rurale dont l’ordinaire était parfois sommaire #CestDuRata
  • Un siècle après, Les Bronzés de Patrice Leconte, découvraient l’abondance, la sur-consommation et les vacances-club et chantaient « Ya du soleil et des nanas, On va s’en fourrer jusque-là » #Dirladada.
Gaspillage alimentaire

#TulMangerasPas

  • Et la faute à ces petits-déjeuners buffet où on ne dit bonjour à personne et où l’on se sert à volonté, quitte à en laisser la moitié dans son verre ou sa tasse #CestMonKawa
  • Et que j’t’empile sur l’assiette croissants, tartines, gâteaux et confiture #TulMangerasPas
  • Et la faute à ces buffet-repas-service-compris-payés-d’avance-j’en-veux-pour ma-thune-tant-pis-pour-le-partage-et-la-convivialité ! #LeTarama, #Empanada, #JprendsDuFoieGras, #Carbonara, #LaMoussaka, #Chipolata, #LaPaella #LaSauceNantua #CaféLiégeois #CestDuNougat, #ToutChocolat, #CestPourLeChat ! #TeFousPasd’Moi !
Gaspillage alimentaire

Brunch des Halles

  • Cet été j’ai déjeuné 2 fois au Brunch des Halles. Certains diront que 25€ sans les vins, ce n’est pas à la portée de tous. Oui, c’est vrai. Mais la qualité y est, et la quantité aussi. Comprenez-moi : on ne reproche à personne de faire un repas très copieux et de "s’en fourrer jusque-là". Bien sûr que non ! Personnellement, je peux faire un repas uniquement de gâteaux. Entrée : tarte au citronmeringuée, plat : figue pâte d’amande crème pâtissière, dessert : éclair au cassis. #Ensuit’Zumba

Taxer les restes dans l'assiette ?

  • Mais on n’en laisse pas, quoi ! On se sert en proportion de ce qu’on peut manger et on finit son assiette. Ce sont les jeunes enfants qui, comme disait ma grand-mère, ont les yeux plus grands que le ventre.
  • Il y a déjà des restaurateurs en France et un peu partout en Europe qui taxent les restes dans l’assiette. C’est sans doute un peu radical. Mais c’est pour faire prendre conscience que la nourriture ne doit pas finir à la poubelle.
Gaspillage de pain.
Gaspillage de pain.

#FautChangerça !

  • C’est ce qui a gâché mon plaisir au Brunch des Halles. C’était présenté sous forme de buffets. On était servi. Mais pas pour tous les plats. J’ai vu trop de verrines à peine entamées, de tranches de viande délaissées, de desserts à demi grignotés, et de morceaux de pain abandonnés.
  • Et quand, à la fin des trois services, sur les coups de 15h sont arrivés des gens pour qui 25 € c’est une somme, qui regardaient s’il n’y aurait pas pour eux, un petit quelque chose, et qui voyaient tous ces restes accumulés dans les assiettes sales, eh ben j’ai eu honte !
  • Parce que ça veut dire J’me sers, j’me fiche des autres, #TenAurasPas
  • Alors s’il vous plait, l’année prochaine, organisateurs et restaurateurs, refaites le Brunch des Halles, mais trouvez un système pour que les gens ne gaspillent pas toute cette excellente nourriture. #FautChangerça !
Gaspillage alimentaire
  • C'était ma Feuille de salade dans le Club Sandwich du dimanche 18 septembre 2016, animé par Christophe, avec Sylvain, Florian, Édouard et moi-même.
  • Le podcast complet et de bonne humeur est ci-dessous :

http://radio-cultures-dijon.com/wp-content/uploads/Club%20sandwich%20-%2018%20septembre%202016.mp3

  • A bientôt !
Gaspillage alimentaire

Publié dans Chroniques

Partager cet article
Repost0

Tu es un produit

Publié le par Claude Léa Schneider

Placement de Produit
Placement de Produit
  • Aujourd’hui, je vais ouvrir pour toi mon New Almanach de la New Europe à lettre P, comme le grand P du Placement de Produit qui apparaît en bas à droite de ton écran, et qui te dit qu’on va essayer de te placer des produits.
  • On va même multiplier les produits, ce qui va faire une somme considérable, les produits culturels s’ajoutant aux produits dérivés, ainsi nommés parce que livrés à la dérive des incontinents du libéralisme, pendant que des migrants dérivent en Méditerranée.
  • Depuis longtemps, tu le sais, tu es un numéro et même un n° à 13 chiffres de la Sécu, mais tu t’es habitué car tu sais faire ton numéro, et même un sacré numéro.
Tu sais faire ton numéro !
Tu sais faire ton numéro !
  • Tu dis : oui, je sais, je suis le produit de mes parents, de mon éducation, de ma culture …
  • Tu n’y es pas du tout. Imagine que la biotechnologie additionne la connaissance du génome humain avec la privatisation du vivant, déjà opérée sur les plantes et les animaux, et tu deviendrais alors toi-même un produit de la génétique.
  • À cette idée, tu voudrais prendre la tangente, mais … une fraction d’inattention et te voilà produit.
  • Avoue qu’à l’idée d’être un produit, même frais, même de 1ère qualité et même haut de gamme, et même, car parfois tu en es capable, d’être un produit vraiment stupéfiant, sans t’injecter de produit, non, à l’idée d’être un produit, tu n’es vraiment pas emballé !
Tu n'es pas vraiment emballé !
Tu n'es pas vraiment emballé !
  • Tu voudrais au moins être un produit vectoriel de l’économie, mais de numéro tu es passé à « petit x », juste une variable d’ajustement, et à force d’être comptabilisé dans le PIB, tu es devenu toi-même un P. I. B. : un produit interchangeable budgétisé.
  • Pendant que certains Européens s’insurgent parce que, ô scandale, Bercy a fait perquisitionner au siège parisien de Google dans l’espoir de récupérer les preuves du milliard d’euros de son évasion fiscale, toi tu constates que l’Europe ne s’insurge pas plus que ça, du fait qu’ « un migrant, qui s’évade de l’enfer, meurt en moyenne toutes les 2 heures ».
  • Alors le soir, tout en écoutant la playliste des algorithmes qui décident pour toi quel parfum de yaourts tu as le droit de préférer,
Tu tapes imprudemment Shakespeare...
Tu tapes imprudemment Shakespeare...
  • Tu cherches à t’évader pour retrouver cette Europe culturelle qui ne t’a jamais déçu, même si l’Europe de Bruxelles fait tout pour t’en dégoûter,
  • Et songeant à une nuit d’été qui tarde vraiment à venir, tu tapes imprudemment Shakespeare sur ton clavier…
  • Aussitôt Amazon, cet autre évadé, te propose « tous les produits Shakespeare » !
  • Tu essaies de rêver aux produits Shakespeare, te demandant si Roméo dira encore à Juliette : « je t’aime », car tu as besoin de ce « je t’aime », rien qu’un tout petit « je t’aime ».
  • Mais hélas dans les « produits Shakespeare » Juliette est déjà morte d’une overdose d’être héroïne de série télé.
Tu es déjà un produit périmé.
Tu es déjà un produit périmé.
  • Quant à Roméo, il ne dit plus « je t’aime », il ne dit plus qu’un « petit m » juste un petit m….&m’s ! ça y est ! voilà qu’il vient de placer un produit !
  • Tu es un produit d’entretien de l’économie et pour tous les marchands de Venise ou d’ailleurs et autres Richard 3, Richard 4, et même Richard CAC 40, tu sais bien que tu n’es pas un produit de 1ère nécessité : tu vas bientôt être un produit périmé et ton obsolescence est programmée.
  • Mais tu aimerais pouvoir te recycler, tu voudrais finir, non pas les pieds en compote, mais les pieds en compost, parce que ce serait écolo et joli, et déjà tu rêves du tapis de fleurs qui aurait poussé à tes pieds…
  • Mais tu peux toujours marcher, tu peux toujours courir vers St Jacques de Compostable, tu n’es que poussière et la poussière n’est pas recyclable.
Date Limite de Consommation
Date Limite de Consommation
  • Tu te croyais vache à lait, mais contrairement à ton amie la vache, devenue tout entière produit sur pattes dès sa naissance, tes vieux os ne valent rien, tu le sais bien, inutile de faire Beaucoup de bruit pour rien, puisque ça fait bientôt quatre minutes que tu parles et qu’un migrant est mort dans l’indifférence européenne.
  • Et comme sachant, que malgré tout, tu gardes de la tendresse pour l’Europe culturelle, voilà que PriceMinister, te propose de sacrifier tout Dante Alighieri, suite à un déstockage massif, plus le jeu Dante’S Inferno PlayStation3, le tout pour 9 euros 99 seulement, et tu te dis qu’on ne te la joue vraiment pas divine, cette Comédie !
  • Et déjà dans cet Enfer du Songe d’une nuit d’été,
  • comme une sorte de new Jugement dernier,
  • apparaissent sur ton écran devenu plus noir que le ciel d’un triptyque de Grünewald,
  • à la place du grand P de Placement de produits, ces 3 lettres de feu :
  • D. L. C. : Date limite de ….considération !!!

Claude Léa Schneider, 16 juin 2016, "Matinale" sur Radio Cultures Dijon 100FM.

Matthias Grünewald, Retable d'Issenheim, Musée Unterlinden, Colmar.

Matthias Grünewald, Retable d'Issenheim, Musée Unterlinden, Colmar.

Publié dans Chroniques

Partager cet article
Repost0

Transgenre

Publié le par Claude Léa Schneider

Affiche Existrans, octobre 2015.
Affiche Existrans, octobre 2015.
  • Transgenre, dysphorie de genre, congruence de genre, cisgenre ... Vous seriez bien en peine de donner une définition précise de ces termes ? Je vous invite à écouter le n° 34 de Mot sur la Main, (lien en fin d'article), au cours duquel je recevais Alexandre (pseudo pour respecter son anonymat), accompagné de Claire.
  • J'ai connu Alexandre quand il était encore une adolescente. Il est transgenre et il nous a fait la grande confiance de venir au studio pour réaliser cette interview.
  • Ils sont actuellement plus de 20 000 en France à ne pas être nés avec le sexe qui est en conformité avec ce qu'ils ressentent, et des milliers dans le monde, à essayer de faire reconnaître leur identité et leurs droits, quand ils ne sont pas obligés de vivre cachés.
  • En France, la situation est difficile, la législation très en retard sur ce qui se pratique dans d'autres pays (Malte et la Thaïlande notamment), et Alexandre nous explique son parcours du combattant.
Quelques affiches du groupement d'associations http://existrans.orgQuelques affiches du groupement d'associations http://existrans.orgQuelques affiches du groupement d'associations http://existrans.org

Quelques affiches du groupement d'associations http://existrans.org

Manifestation à Paris, octobre 2015.
Manifestation à Paris, octobre 2015.
  • La législation de 1992 n'est qu'un tout petit pas en avant depuis le très rigide Code Napoléon. La vie n'est pas simple pour un transgenre comme Alexandre, même pour changer de prénom : les procédures sont compliquées et coûteuses, et il faut auparavant qu'un avocat consente à prendre le dossier en charge ...
  • La France aussi, comme souvent, sur-médicalise tous ceux qui n'entrent pas dans la norme quand elle ne contraint pas à la chirurgie de réassignation.
  • L'acceptation familiale n'est pas simple non plus ! Alexandre, partagé en plus entre deux cultures, ressent parfois des moments de tristesse et de solitude.
  • Il nous fait part de ses hantises quotidiennes : rédaction de CV, toilettes publiques ...mais aussi des personnes compréhensives qu'il rencontre.
  • Il reçoit un fort soutien du milieu associatif et participe aux manifestations pour revendiquer ses droits. Il est combatif : il ira jusqu'au bout pour avoir le droit de vivre en conformité avec ce qu'il ressent depuis l'enfance.
  • Comme toujours, l'émission se termine par un choix de titres, dont vous trouverez les couvertures ci-dessous.
Mathilde Daudet, arrière petit-fils d'Alphonse Daudet et maintenant arrière petite-fille !Mathilde Daudet, arrière petit-fils d'Alphonse Daudet et maintenant arrière petite-fille !Mathilde Daudet, arrière petit-fils d'Alphonse Daudet et maintenant arrière petite-fille !

Mathilde Daudet, arrière petit-fils d'Alphonse Daudet et maintenant arrière petite-fille !

Suivez-nous sur le 100 FM !
Suivez-nous sur le 100 FM !

Quelques liens :

  • "Le Collectif Existrans est un collectif inter-associatif, qui rassemblait à l’origine l’Association du Syndrome de Benjamin, le Groupe Activiste Trans, Act-Up, Sans contrefaçon, Mutatis Mutantis, Trans Act et l’Organisation Internationale des Intersexué-e-s. Le Collectif Existrans organise la marche Existrans depuis 1997."

http://existrans.org

  • Sur le livre de Mathilde Daudet, on peut lire :

http://www.huffingtonpost.fr/mathilde-daudet/femme-piegee-corps-homme-cachee_b_9087884.html

  • Et bien sûr, pour écouter Alexandre sur Radio Cultures Dijon,

c'est directement ici :

http://radio-cultures-dijon.com/wp-content/uploads/Le%20mot%20sur%20la%20main%20-%20Transgenre.mp3

Bonne écoute ! Et à bientôt.

Publié dans Chroniques

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 > >>