Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

4 articles avec jeannin janime

Voltaire, Rousseau et Mozart amateurs de vin de chocolat et de café

Publié le par Claude Léa Schneider

Voltaire, Rousseau et Mozart amateurs de vin de chocolat et de café

Chères Amies et chers Amis de l'Alliance française de Bourgogne, voici le diaporama que vous n'avez pas pu voir le 23 janvier 2020.

Je place les diapos les unes au-dessous des autres, sinon la lecture n'est pas aisée sur un smartphone.

Merci de votre intérêt et bonne découverte !

Claude Léa Schneider

clasch92@orange.fr

Voltaire, Rousseau et Mozart amateurs de vin de chocolat et de café
Voltaire, Rousseau et Mozart amateurs de vin de chocolat et de café
Voltaire, Rousseau et Mozart amateurs de vin de chocolat et de café
Voltaire, Rousseau et Mozart amateurs de vin de chocolat et de café
Voltaire, Rousseau et Mozart amateurs de vin de chocolat et de café
Voltaire, Rousseau et Mozart amateurs de vin de chocolat et de café
Un livre passionnant, dont il reste peut-être quelques exemplaires à la librairie du musée Magnin

Un livre passionnant, dont il reste peut-être quelques exemplaires à la librairie du musée Magnin

Le château de la Marquise du Châtelet

Le château de la Marquise du Châtelet

Voltaire, Rousseau et Mozart amateurs de vin de chocolat et de café
A visiter en été.

A visiter en été.

Voltaire, Rousseau et Mozart amateurs de vin de chocolat et de café
Voltaire, Rousseau et Mozart amateurs de vin de chocolat et de café
Voltaire, Rousseau et Mozart amateurs de vin de chocolat et de café
L'autre "demeure" de Rousseau.

L'autre "demeure" de Rousseau.

La dernière "demeure" de Rousseau.

La dernière "demeure" de Rousseau.

avec un itinéraire de découvertes

avec un itinéraire de découvertes

Voltaire au  chocolat !

Voltaire au chocolat !

Et Rousseau tout choco !

Et Rousseau tout choco !

Le peintre des déjeuners de chocolat

Le peintre des déjeuners de chocolat

Voltaire, Rousseau et Mozart amateurs de vin de chocolat et de café
Voltaire, Rousseau et Mozart amateurs de vin de chocolat et de café
Voltaire, Rousseau et Mozart amateurs de vin de chocolat et de café
Voltaire, Rousseau et Mozart amateurs de vin de chocolat et de café
Voltaire, Rousseau et Mozart amateurs de vin de chocolat et de café
un CD sort récemment, teaser ci-dessous

un CD sort récemment, teaser ci-dessous

Voltaire, Rousseau et Mozart amateurs de vin de chocolat et de café
Voltaire, Rousseau et Mozart amateurs de vin de chocolat et de café
Pour répondre à une question

Pour répondre à une question

une femme d'avant-garde à découvrir !

une femme d'avant-garde à découvrir !

Les grands textes de la littérature n'ont pas été écrits pour les sujets du bac!

Les grands textes de la littérature n'ont pas été écrits pour les sujets du bac!

Et méritent d'être re-découverts quand on est adulte et qu'on les comprend mieux !

Et méritent d'être re-découverts quand on est adulte et qu'on les comprend mieux !

Voltaire, Rousseau et Mozart amateurs de vin de chocolat et de café
Eh oui, déjà !

Eh oui, déjà !

Voltaire, Rousseau et Mozart amateurs de vin de chocolat et de café
Ah .... et  puis (z)ut ! non do !

Ah .... et puis (z)ut ! non do !

Pour découvrir  celui dont un boulevard dijonnais porte le nom.

Pour découvrir celui dont un boulevard dijonnais porte le nom.

Voltaire, Rousseau et Mozart amateurs de vin de chocolat et de café
Voltaire, Rousseau et Mozart amateurs de vin de chocolat et de café
Voltaire, Rousseau et Mozart amateurs de vin de chocolat et de café
Les livres de Brigitte et Jean MASSIN sur Mozart  sont  passionnants.

Les livres de Brigitte et Jean MASSIN sur Mozart sont passionnants.

Pas si loin de la réalité du caractère de Mozart en fait.

Pas si loin de la réalité du caractère de Mozart en fait.

Très douée aussi, mais c'était une fille...

Très douée aussi, mais c'était une fille...

Le Corton que Voltaire aimait boire "en suisse" : climats Les Perrières et les Bressandes

Le Corton que Voltaire aimait boire "en suisse" : climats Les Perrières et les Bressandes

un grand paysagiste peu connu en France

un grand paysagiste peu connu en France

Et pour finir par un sourire. Merci pour votre accueil et votre fidélité :-) Découvrez aussi les autres articles de ce site.

Et pour finir par un sourire. Merci pour votre accueil et votre fidélité :-) Découvrez aussi les autres articles de ce site.

Partager cet article

Repost0

Détournons la barricade #2

Publié le par Claude Léa Schneider

Détournons la barricade #2

RAPPEL : Vous vous souvenez de notre "Jeannin se met sur son 30" #1 du 27 octobre 2018 ? je vous renvoie à l'article ci-dessous :

 

Au café des Voyageurs, 81 rue Jeannin à Dijon, nous avions "joué" avec tous ceux qui le souhaitaient, un texte des Archives de l'Assemblée nationale du 8 mars 1871. Ce jour-là, Victor Hugo, alors député de la Seine,  claque la porte de l'Assemblée nationale, révolté parce que  l'élection de Garibaldi, qui vient d'être élu député, est invalidée, sous prétexte qu'il n'est pas français, alors qu'il a défendu la France contre les Prussiens en remportant deux victoires, à Châtillon en novembre 1870 et à Dijon en janvier 1871. Pour en savoir davantage sur Garibaldi, et retrouver le texte  de l'Assemblée nationale, vous pouvez cliquer sur les liens ci-dessous :

Quelques photos de "Jeannin se met sur son 30"#1, avec René dans le rôle de Victor Hugo et le reportage de Christophe  pour Station Simone.
Quelques photos de "Jeannin se met sur son 30"#1, avec René dans le rôle de Victor Hugo et le reportage de Christophe  pour Station Simone.
Quelques photos de "Jeannin se met sur son 30"#1, avec René dans le rôle de Victor Hugo et le reportage de Christophe  pour Station Simone.
Quelques photos de "Jeannin se met sur son 30"#1, avec René dans le rôle de Victor Hugo et le reportage de Christophe  pour Station Simone.

Quelques photos de "Jeannin se met sur son 30"#1, avec René dans le rôle de Victor Hugo et le reportage de Christophe pour Station Simone.

Eh bien notre projet a pris de l'ampleur et pour pérenniser une "fête du 30 octobre", nous avons "joué" "Jeannin se met sur son 30"#2 le 26 octobre 2019.

 

Cette année, nous avons choisi de "jouer" un texte de Clément-Janin (1831-1885)  extrait et  adapté de son Journal de la Guerre de 1870-71 à Dijon et dans le Département de la Côte-d’Or .

En voici la distribution :

 

Texte de présentation :

"Ne vous mélangez pas  les Janin ! "ou " ne vous emmêlez pas  les Janin", au choix !

Nous allons lire ensemble des textes de Clément-Janin, ou plus exactement de  Michel-Hilaire Clément-Janin. Attention:

  • ne pas le confondre bien sûr avec Pierre Jeannin, dont notre rue porte le nom, qui fut président au Parlement de Bourgogne et qui vécut sous Henri IV. Ne le  confondez pas non plus avec  son oncle, l’écrivain  et académicien  du 19e siècle Jules Janin (1804-1874) ! et  ne  le confondez pas non plus avec son propre filsNoël Clément-Janin (1862-1947) !  écrivain, éditeur et critique d’art. On les confond souvent parce que, en 1938, le fils a donné les manuscrits de son père à la bibliothèque municipale de Dijon. C’est le fonds Clément-Janin.

·        D'ailleurs à Dijon, il y a une rue qui s’appelle  tout simplement « rue Clément-Janin », sans mention de prénom : ça fait des économies de plaques et  ça honore aussi bien le père que le fils dans la même rue !

·        Donc  Michel-Hilaire Clément-Janin (1831-1885), dont il va être question aujourd’hui, et que nous allons appeler tout simplement « Clément-Janin » a été  journaliste dans la presse locale,  notamment au Petit Bourguignon et au  Progrès de la Côte-d’Or. Il a écrit de très nombreux articles et ouvrages sur l’histoire, le folklore et  les traditions populaires de Bourgogne.

·        Pendant la guerre de 1870-71, Clément-Janin a 40 ans et il raconte les événements au jour le jour dans son :

·        Journal de la Guerre de 1870-71 à Dijon et dans le Département de la Côte-d’Or, en 5 volumes publiés entre 1873 et 1875. "

 

Alors, rappelons rapidement  les circonstances : 

  •  En plein été caniculaire, le 15 juillet 1870, Napoléon III déclare la guerre à la Prusse. Très vite, ça va très mal pour les Français parce que l’état–major se montre incapable d’appliquer une stratégie  coordonnée et d’avoir une unicité de commandement.
  • le 16 août 1870 Strasbourg est assiégée par l’armée prussienne,
  • le 2 septembre 1870  c’est la défaite à Sedan :  Napoléon III capitule et Gambetta proclame la République.
  • Le 19 septembre 1870 , Paris est encerclée par les Prussiens
  • et à la  mi-octobre, Garibaldi arrive à Dole, pour porter secours aux Français.
  • L’armée prussienne, qui au départ n’était  intéressée ni par la prise de  Dijon et ni par la prise de Besançon, reçoit l’ordre de descendre rapidement vers Lyon pour protéger l’axe Strasbourg- Paris.
  • Mais le 14 octobre 1870, devant la gravité croissante de la situation, Gambetta, décide par décret,  de mettre en place des comités militaires départementaux qui viendront prêter main-forte sur le terrain  partout où l’armée en aura besoin.
  • Et c’est précisément à cette date, le 14 octobre 1870, que commence le tome 1 du Journal de guerre de Clément-Janin. Nous allons suivre  les événements  ensemble pendant 14 jours, jusqu’à la nuit du 28 octobre. Pour ce qui se passera ensuite, les 29 et 30 octobre, dont la barricade de la rue Jeannin, eh bien nous garderons le suspense jusqu’au 4 avril 2020 !
  • Précisons que ce que nous allons lire ensemble est uniquement tiré du Journal de Clément-Janin, sans recoupement d’autres sources.
  • Vous voulez écouter notre séance du 26 octobre 2019 ?  vous en retrouverez l"enregistrement en podcast en cliquant sur le lien ci-dessous :

 

Détournons la barricade #2
Détournons la barricade #2
Détournons la barricade #2
Et merci à Marco (Marc Kubiez) propriétaire du Café Les Voyageurs toujours prêt à accueillir nos animations !

Et merci à Marco (Marc Kubiez) propriétaire du Café Les Voyageurs toujours prêt à accueillir nos animations !

Partager cet article

Repost0

Détournons la barricade #1

Publié le par Claude Léa Schneider

"La barricade Jeannin" en inversion polaire !

"La barricade Jeannin" en inversion polaire !

Commençons par le commencement : non loin de la rue Jeannin, il y a la place du 30 octobre que vous avez peut-être déjà traversée à pied, à vélo, en voiture ou sous toute forme de mobilité moderne qu'il vous plaira. Savez-vous pourquoi elle se nomme "Place du 30 octobre et de la Légion d'Honneur" ? Ce nom évoque la Guerre de 1870-71 qui opposa la France à la Prusse (l'Allemagne). La statue que vous voyez en son centre commémore la 1ère bataille de Dijon, bataille particulièrement sanglante, au cours de laquelle les troupes  françaises appuyées par les Dijonnais, ont tenté de résister aux Prussiens. Il est arrivé des mésaventures à cette statue du sculpteur Paul Cabet, jugée trop révolutionnaire avec son bonnet phrygien, dont l'original se trouve maintenant à Nuits St Georges ! Mais c'est une autre histoire que je vous raconterai un jour prochain.

 

Vous promenant dans ce même quartier Jeannin de Dijon, vous avez peut-être déjà remarqué ce buste  de Garibaldi, en haut à droite du mur en trompe-l’œil sur la placette à l'angle de la rue Jean-Jacques Rousseau et de la rue Auguste Comte.

Garibaldi, à la tête de l'Armée des Vosges, a prêté main forte à la défense de Dijon et a remporté, près du château de Pouilly (qui se trouve au nord de Dijon, tout à côté du centre commercial de la Toison d'Or) une des rares victoires françaises dans cet immense désastre qu'a été la Guerre de 1870, au cours de laquelle la France a perdu les territoires d'Alsace et de Lorraine.

La barricade de la rue Jeannin, Édouard Paupion, 1871© Direction des Musées, musée de la Vie bourguignonne Perrin de Puycousin, Dijon (photo. François Perrodin)

La barricade de la rue Jeannin, Édouard Paupion, 1871© Direction des Musées, musée de la Vie bourguignonne Perrin de Puycousin, Dijon (photo. François Perrodin)

Et que s'est-il passé rue Jeannin ? Le célèbre tableau "La barricade de la rue Jeannin" peint par Édouard Paupion en 1871, dont on a tiré nombre de cartes postales, se trouve actuellement  au Musée de la vie bourguignonne de Dijon.

Observons-le un instant : dans un cadrage qui montre une vue d'ensemble de la rue Jeannin, le peintre a illustré la résistance héroïque de la population dijonnaise. Le 30 octobre 1870, au carrefour de la rue Jeannin  avec la rue Paul Cabet, une barricade constituée de matériaux de fortune est âprement défendue par des soldats et des civils, tandis qu'au loin éclate un obus.

C'est en souvenir de cet événement que l'association Jeannin Janime souhaite instaurer une fête conviviale annuelle "Jeannin se met sur son 30" le samedi le plus proche du 30 octobre.

La Fête #1 a eu lieu samedi 27 octobre 2018, et je vous en parlerai dans un prochain article. Mais Jeannin Janime a d'autres projets.

Détournons la barricade #1

Revenons à notre question initiale : contre quoi dresserions nous une barricade aujourd'hui ? Et vous, contre quoi dresseriez-vous une barricade ? Contre le gaspillage ? contre le plastique ? Contre les préjugés et les idées reçues ? ....

Car en 2020, pour les 150 ans de l'événement, Jeannin Janime souhaite proposer aux habitants du quartier, aux scolaires et aux institutions culturelles qui déjà  s'associent à cette folle aventure, de participer à des reconstitutions modernes, détournées ou décalées du fameux tableau "La barricade de la rue Jeannin" sur le lieu même de l'événement. Ce projet prend de l'ampleur. Alors, si l'envie d'y participer vous tente, rejoignez-nous, ou apportez-nous vos idées. C'est facile !

Fête des voisins organisée par Jeannin Janime

Fête des voisins organisée par Jeannin Janime

Parce que l'association Jeannin Janime organise pour tous ceux qui le souhaitent, du quartier Jeannin ou d'ailleurs - et même de beaucoup plus loin !- fête des voisins, pique-nique de rue, déco de fin d'année, animations de Noël, galette des rois, conférences, printemps de poètes, lectures chez les commerçants, fleurissement, vide-grenier ...

Parce qu'un quartier vivant et agréable pour tous l'est aussi pour soi, et aussi parce qu'un élan de convivialité réchauffe le cœur où que l'on se trouve.

Rejoignez-nous !

jeanninjanime@gmail.com

https://www.facebook.com/jeanninjanime/

https://twitter.com/ @JeanninJanime     

Détournons la barricade #1

Cet article vous a intéressé-e, mais vous voudriez davantage de précisions historiques ? Patience, cela viendra : ce # 1 est une mise en bouche.

Vous voulez laisser des commentaires ? Vous avez des idées (folles) à nous proposer? N'hésitez pas,  vous pouvez l'écrire sur ce blog, je le lirai, je  vous répondrai mais ça ne sera pas publié.

Dans tous les cas, suivez le fil conducteur : "Détournons la barricade"

A suivre.

 

Partager cet article

Repost0

Un pape rue Jeannin à Dijon ?

Publié le par Claude Léa Schneider

 Portait du Pape Pie VI en 1775 par Pompeo Batoni

Portait du Pape Pie VI en 1775 par Pompeo Batoni

Bonjour à tous,

Je relaie ici une info et une conférence qui intéresseront sans doute les amateurs de l'histoire de Dijon, et particulièrement les habitants de la rue Jeannin,

et  plus encore les adhérents et amis de l'association Jeannin Janime

du Quartier Jeannin.

 

Mercredi 7 février 2018, 18 h, à la Salle de l’Académie

(5, rue de l’École-de-droit-21000 Dijon )

conférence d'Édouard Bouyé

(directeur des Archives départementales de la Côte-d’Or)

« Pie VI otage au 45, rue Jeannin à Dijon ?

Un projet mort-né (1799) » 

dans le cadre du cycle de conférences organisées par

l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon

 

Dijon, 45 rue Jeannin, hôtel Berbis de Longecourt

Dijon, 45 rue Jeannin, hôtel Berbis de Longecourt

Voici le texte de présentation de la conférence d'Edouard Bouyé :

 

"Le pape Pie VI, prisonnier du Directoire, meurt à Valence le 29 août 1799, épuisé par la vieillesse, la maladie et les épreuves. Ordre avait pourtant été donné par Paris, le 22 juillet précédent, de le transférer à Dijon. Mais, ce transfert étant jugé incompatible avec son état de santé, Pie VI reste à Valence et y meurt.

(Ne pas) voir Dijon et mourir : ce non-événement a une histoire qui révèle des ressorts du Directoire finissant.

qui joue depuis l’an II au chat et à la souris avec déloger un suspect, Nicolas-Philippe Berbis, marquis de Longecourt, un problème d’ordre public (puisqu’il s’agit d’un otage à surveiller) mais aussi politique (car maltraiter le vieillard créerait du scandale). Il permet en tous les cas de aux autorités dijonnaises Sur fond d’incertitude militaire et de confusion politique, les autorités constatent à la fois le succès mitigé des nouveaux cultes et l’assagissement des « fanatiques ». L’embarrassant ordre du Directoire pose est choisie pour mettre Pie VI en lieu sûr. ville-étape sur la route de Paris, ville-repli en retrait du théâtre italien de la guerre, Dijon,
la Révolution : jamais émigré, toujours suspect, parfois incarcéré, on trouve enfin une bonne raison de l’expulser de son somptueux hôtel du 45, rue Jeannin.

La correspondance échangée pendant ces dix jours où Dijon se prépara à recevoir l’illustre, égrotant et encombrant vieillard révèle en creux, dans l’ambiance crépusculaire du Directoire dont chacun pressent la fin, l’attachement, inattendu et paradoxal, à la personne du pape, que Chateaubriand perçoit et exprime quelques mois tard dans Le Génie du Christianisme."

 

 

Salle de l'Académie à Dijon et logo
Salle de l'Académie à Dijon et logo

Salle de l'Académie à Dijon et logo

Publié dans Jeannin Janime

Partager cet article

Repost0