Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

5 articles avec journal de jacques schneider

Grève des mineurs : 1948-2017

Publié le par Claude Léa Schneider

 

Excellents documentaires hier soir, mardi 31 janvier 17, sur France 2.

Je ne peux m'empêcher de faire des rapprochements avec :

Chronique de Jacques Schneider,"ça va déjà mieux mais ..." Journal d'Alsace et de Lorraine, 19 février 1948, extraits :

On redoute des troubles pour un avenir approché. (...) Que se passe-t-il en effet ? Il se passe qu'après la mise en oeuvre du plan Mayer (sur le plan Mayer cf lien ci-dessous), une vague de spéculation a déferlé sur le pays et que les prix, notamment ceux des produits alimentaires ont monté en flèche.

Spéculation ? Oui; puisque ces denrées n'ont jamais été aussi abondantes, depuis de nombreuses années et que, de ce fait, on ne peut accuser la pénurie d'avoir provoqué la hausse.

Le gouvernement joue sa vie et  surtout celle de la monnaie dans la lutte qu'il a entreprise contre cette montée des prix.

S'il ne parvient pas à la juguler dans les jours prochains, alors la CGT va déclencher une campagne pour  obtenir un rajustement des salaires, campagne accompagnée de mouvements de grèves.

On devine ce que cela pourra  donner : Novembre en plus vaste. ( sur novembre 1947 cf lien ci-dessous)

Il appartient donc à nos hommes d'Etat de gagner cette course de vitesse contre les prix. (...)

Plan Mayer :

http://www.economie.gouv.fr/caef/rene-mayer

https://fr.wikipedia.org/wiki/1948_en_France

Grèves de novembre 1947 :

  https://fr.wikipedia.org/wiki/Gr%C3%A8ves_de_1947_en_France

Grévistes de chez Renault, Boulogne-Billancourt, 28 avril 1947.

Grévistes de chez Renault, Boulogne-Billancourt, 28 avril 1947.

Il avait vu juste ....

Chronique de Jacques Schneider,"ça va déjà mieux mais ..." Journal d'Alsace et de Lorraine, 14 mars 1948 :(sur le mode ironique ...)

Les grèves vont, paraît-il, être de nouveau à l'ordre du jour.

Déjà vingt mille mineurs ont cessé le travail dans le Nord.

Et la Métallurgie s'agite.

L'offensive de printemps se dessine. Mais on prévoit moins une grève généralisée  que des opérations de harcèlement.

Tout cela n'est pas très encourageant.

Nous aurions cependant tort de désespérer.

Car il n'est pas que chez nous que les salariés cessent le travail : les garçons d'ascenseur du Palais de Buckingham débrayeront aujourd'hui.

Ils veulent une augmentation de salaire. Et Sa Majesté devra monter les escaliers à pied.

Où allons-nous, seigneur,  si les grèves gênent jusqu'aux grands de ce monde ?  Il ne leur restera plus qu'une solution : c'est de se croiser les bras eux-aussi.

Ce jour-là ... comme disait Juvénal :" Alors privées de rois, les âmes allaient joyeuses..."

Mineurs en grève dans les houillères du Nord-Pas-de-Calais en 1948

Mineurs en grève dans les houillères du Nord-Pas-de-Calais en 1948

Mineurs grévistes en 1948

Mineurs grévistes en 1948

 L'histoire ne s'arrêta pas à la fin des années 40.  On peut même dire qu'elle s'est terminée en septembre 2016, pour preuve ces faits de réhabilitation des grévistes qui sont passés quasi  inaperçus dans le flux continu de l'actualité :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Gr%C3%A8ve_des_mineurs_de_1948

En 1981, une loi d'amnistie permet aux mineurs grévistes de retrouver « des droits qui leur avaient été ôtés : droit à l’allocation-chômage, droit à la retraite ».

En mars 2011, la cour d'appel de Versailles donne raison aux mineurs et reconnait le caractère discriminatoire et abusif du licenciement de 17 mineurs et employés de la société publique Charbonnages de France. Elle accorde à chacun 30 000 euros d’indemnités pour licenciement nul. Mais, Christine Lagarde, alors ministre de l'économie et des finances, saisit la cour de cassation qui, en octobre 2012, casse l’arrêt, estimant que les faits sont prescrits.

Mais en 2013,Pierre Moscovici, ministre de l’Économie, octroie finalement les 30 000 euros d’indemnités pour les 17 familles.

En octobre 2014, à l'issue de la projection du documentaire L'honneur des gueules noires, Christiane Taubira, garde des Sceaux, précise les modalités d'un amendement reconnaissant le caractère discriminatoire et abusif du licenciement pour faits de grève subi par ces mineurs au projet de loi de finances pour 2015. Ce texte figure à l'article 100 de la loi de finances pour 2015. Le 28 septembre 2016, le président de la République François Hollande réintègre dans leurs grades militaires quatre mineurs grévistes de 1948 lors d’une cérémonie au palais de l'Elysée.

Pour aller plus loin, on peut consulter  les articles récents suivants:

http://www.lexpress.fr/culture/livre/germinal-la-grande-greve-des-mineurs-de-1948_1534920.html

http://www.liberation.fr/societe/2014/07/24/les-vies-brisees-des-mineurs-grevistes-de-1948-au-grand-jour_1069834

http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/10/27/la-reparation-pour-les-mineurs-grevistes-de-1948-sera-de-30-000-euros-chacun_4513263_3234.html

http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/rue89-rue89-culture/20140316.RUE2577/la-grande-greve-des-mineurs-de-1948-plus-noir-dans-la-nuit.html

Merci pour votre intérêt, et à bientôt !

Partager cet article

Repost 0

Affameurs

Publié le par Claude Léa Schneider

Dessin de BOX, 2014.

Journal d'Alsace et de Lorraine, "Ça va déjà mieux mais ..."

Chronique de Jacques Schneider, 4 mars 1948.

Organiser la pénurie

  • "Il est inconcevable, a déclaré dans une allocution radiodiffusée, M. André Marie ministre de la Justice, que des profiteurs, se moquant de la gêne des salariés accroissent impunément leurs bénéfices personnels."
  • Et le Garde des Sceaux de poursuivre :
  • "Il s'agit de réprimer avec une rigueur exceptionnelle tous ceux qui s'enrichissent de la misère publique et qui, pour entasser encore et encore, n'hésiteraient pas à accroître la détresse de leurs concitoyens, à organiser la pénurie et à porter la responsabilité de troubles sociaux. Contre eux la répression doit être implacable."

Dessin de RASH BRAX.

Une loi contre les affameurs

  • On ne saurait mieux dire, et je suis persuadé que la majorité des Français sera d'accord avec M. André Marie.
  • Mais, - car il y a un mais-, le bon peuple de France en est encore à se demander si ces belles paroles ne resteront pas lettre morte.
  • Car, si mes souvenirs sont précis, il y a plus d'un an qu'a été votée une loi contre les affameurs.
  • Et elle n'a jamais été appliquée.
  • Alors ?
  • Eh bien oui. Goethe avait raison lorsqu'il écrivait : "Penser est facile. Agir est difficile. Agir suivant sa pensée est ce qu'il y a au monde de plus difficile."
  • On s'en aperçoit tous les jours.

par Jacques Schneider

Dessin de BOX.

... mais 3 jours plus tard :

Journal d'Alsace et de Lorraine, "Ça va déjà mieux mais ..."

Chronique de Jacques Schneider, 7 mars 1948.

Une loi enfin appliquée

  • De deux choses l'une :
  • Ou bien le ministre de la Justice est un fidèle lecteur du Journal d'Alsace et de Lorraine.
  • Ou bien nous sommes à la pointe de ce qui reste de bon sens en France :
  • Jeudi dernier je posais ici même la question de savoir quelles mesures le Garde des Sceaux se proposait de prendre contre "ceux qui s'enrichissent de la misère publique", et signalais que depuis plus d'un an une loi avait été votée contre les affameurs, loi qui n'avait jamais été appliquée.
  • Vendredi au Palais-Bourbon, M. André Marie, ministre de la Justice, répondait en ces termes à un interpellateur :
  • "Dans l'arsenal de lois contre les trafiquants figure celle votée naguère par le Parlement et dont le mérite revient à M. Yves Farge. La loi Farge va être appliquée. Je confirme que la procédure de la Cour d'Assises vaudra contre les trafiquants et fabricants de faux titres de rationnement".
  • Voilà qui est net.

Tickets de rationnement, 1948.

Nous autres Français sommes d'étranges gens

  • Nous ne sommes pas, à ce journal, des sanguinaires. Et nous ne demandons nullement le châtiment pour des individus qui peut-être inconsciemment par leurs agissements frauduleux ont été la cause de la mort de milliers d'enfants.
  • Nous pensons qu'une peine ferme de travaux forcés suffirait à limiter considérablement le nombre de leurs imitateurs et à nous débarrasser progressivement du marché noir.
  • Mais on nous permettra de regretter qu'il ait fallu attendre si longtemps pour que l'on se décide en haut lieu à appliquer des lois décisives.
  • Nous autres Français sommes d'étranges gens : nous ne pensons à notre salut que lorsque nous sommes à l'agonie.

par Jacques Schneider

Manifestation, Lausanne, 2012.

Et 60 ans plus tard (1948-2008) on affame des populations dans le monde entier en toute légalité !

"Face à la crise de 2008, les investisseurs se sont tournés vers les matières premières"

source : http://www.slate.fr/story/39483/goldman-sachs-provoque-crise-alimentaire

on lira aussi avec intérêt le blog d' Éric Toussaint, maître de conférences à l’université de Liège, ici : http://changera.blogspot.fr/2014/02/ces-banksters-speculateurs-qui-tuent.html

Ainsi que l'article du Monde :

http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/09/13/les-speculateurs-financiers-coupables-de-la-flambee-des-prix-des-aliments_1757951_3234.html

NB : sur André Marie (1897-1974), résistant, déporté à Buchenwald, et sa carrière politique, on peut consulter : https://fr.wikipedia.org/wiki/Andr%C3%A9_Marie

PS : merci à Hervé Pernette pour son aide à la recherche des mécanismes de déréglementation des matières premières agricoles.

Partager cet article

Repost 0

Minimum pas vital

Publié le par Claude Léa Schneider

Jacques Schneider à une conférence de presse.
Jacques Schneider à une conférence de presse.

"Minimum pas vital et matière grise au rabais"

Quelques phrases choc extraites de cet article sur l'avenir sacrifié des jeunes, daté du 28 novembre 1947.

L'avenir n'existe que dans les discours

Il est indéniable que, mis à part quelques privilégiés, la vie n'est guère facile à l'heure actuelle pour le commun des mortels.

Un étudiant, ce n'est pas un capital qui rapporte sur l'heure, alors ce n'est pas intéressant. Et c'est bien là le drame de notre politique à courte vue. On travaille à la petite semaine. On ne construit pas ; on "rabiboche".

L'avenir n'existe que dans les discours. Lorsqu'il s'agit de l'élaborer, il n' y a plus personne.

Nous avons un gros défaut en France

(...) Un mot est actuellement à la mode : minimum vital. Pour l'étudiant il n'y a pas de minimum vital légal.

Si l'on peut assez facilement tirer les conséquences sociales de cet état de fait, la majorité des gens n'imaginent pas qu'il puisse avoir des résultantes politiques. Et cependant, il y en aura.

Nous avons un gros défaut en France. Nous vivons difficilement avec notre siècle.

Dessin de Kroll
Dessin de Kroll

Une proie pour n'importe quelle propagande extrémiste

  • Les jeunes (...) sont les plus atteints par la situation économique actuelle.
  • Résultat : si les étudiants ne sont pas soutenus par cet omnipotent qui a nom État, si leur pauvreté se transforme en misère, on en fait des aigris.
  • Et chacun sait fort bien ce que, sur le plan politique, on est en droit d'attendre de jeunes déçus, heurtés, blessés par ceux qui auraient dû les aider.
  • Une sensibilité exacerbée, une intelligence surchauffée, dans un corps défaillant, est la proie la plus magnifique que puisse trouver n'importe quelle propagande extrémiste.

Partager cet article

Repost 0

Précarité étudiante 1947-2016

Publié le par Claude Léa Schneider

1 franc 1947
1 franc 1947

"Il faut bien que jeunesse se passe"

Une enquête de Jacques Schneider, Journal d'Alsace et de Lorraine, 27/11/1947 (extraits)

  • Elle se passe effectivement cette jeunesse, mais non plus dans l'insouciance, dans la fantaisie, dans l'irresponsabilité, mais dans le tragique. Elle se passe dans l'angoisse du lendemain et l’âpreté de l'aujourd'hui.
  • Il n'est pas rose d'avoir vingt ans à l'aube de 1948, et moins encore lorsqu'on fait partie de cette classe des faux privilégiés que l'on nomme les étudiants. L'étudiant 1947 neuf fois sur dix vit dans un taudis, meurt de faim et de misère. On ignore ces drames où le cocasse voisine parfois avec le tragique. On ne sait pas que les Sanas manquent de lits, que cinq étudiants ont préféré le suicide à une lutte inutile.
Manifestation étudiante 2016
Manifestation étudiante 2016
  • Ce n'est pas moi qui dis cela. C'est un authentique étudiant d'aujourd'hui. Il ne fait qu'exprimer la rancœur de milliers de semblables qui constituent, suivant les affirmations des discours officiels "l'élite intellectuelle de la France".
  • Je sais. La France est pauvre. On nous le répète chaque jour, comme on nous répéta en des années pas si lointaines que nous étions vaincus. Le temps du masochisme est arrivé.
  • Mais je ne pense pas que, parce que nous sommes sortis appauvris de la guerre ( et cet appauvrissement n'est au fond que de surface puisque l'on estime à quatre milliards de dollars l'or entassé dans le bas de laine des épargnants français) je ne pense pas que ce soit une raison suffisante pour qu'on laisse à l'abandon ceux qui devront constituer les cadres de la nation de demain.
  • Non seulement on les atteint dans leur dignité, mais cette guerre froide (puisque le mot est à la mode) qu'on leur livre les touche dans leur santé, dans leurs ressources intellectuelles les plus indispensables.
Dessin de CHARB
Dessin de CHARB
  • Avec un budget de 39 milliards et demi affecté à l'Enseignement alors que le budget militaire ordinaire et extraordinaire est de 500 milliards, la France vient dans ce domaine au 29e rang des nations civilisées, après la Turquie et l'Espagne.
  • Et les 3 milliards et demi qui vont à l'Enseignement supérieur la situent au dernier rang. 500 milliards pour la guerre, 40 milliards à peine pour l'Enseignement.Voilà où nous en sommes.
  • Je sais bien que la guerre, comme l'enseignement, est réservée aux jeunes.
  • Mais enfin il serait peut-être temps que nous songions à faire en sorte que jeunesse ne se passe plus, mais demeure. (à suivre)

Quelques textes et chiffres d'aujourd'hui sur la précarité étudiante :

Les étudiants touchés de plein fouet par la précarité sociale :

http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/05/26/les-etudiants-touches-de-plein-fouet-par-la-precarite-sociale_1527583_3224.html

Sur les étudiants qui vivent avec moins de 8€ par jour :

https://www.monde-diplomatique.fr/2014/10/DESLANDES/50891

Les enquêtes de l'OVE (Observatoire de la vie étudiante) ici :http://www.ove-national.education.fr/

Et particulièrement sur le renoncement aux soins (p 16 et suiv) ici :

http://www.ove-national.education.fr/medias/OVE_Situation_economique_et_financiere_CdV2013.pdf

Jeunesse : la "génération sacrifiée" en 3 chiffres :

Précarité étudiante 1947-2016

Partager cet article

Repost 0

Journal de Jacques Schneider/ Présentation

Publié le par Claude Léa Schneider

L'instit Victor Novak interprété par Gérard Klein
L'instit Victor Novak interprété par Gérard Klein
  • Jacques Schneider - mon père (1913-1963)- était journaliste au Journal d’Alsace et de Lorraine «le plus ancien quotidien de France fondé en 1787 », devenu ensuite le Journal d’Alsace, puis il a travaillé à l’Agence France Presse (AFP) avant de devenir instit pour des raisons familiales, comme dans la célèbre série télé franco-suisse du même nom !
  • Il y a d'ailleurs, dans la façon dont mon père pratiquait son métier d'instit, quelques points communs avec le caractère du héros Victor Novak interprété par Gérard Klein depuis ...1993 !
Famine en Chine, fin des années 1950
Famine en Chine, fin des années 1950
  • Même ouverture d'esprit, même respect des enfants, même sens de l'accueil des différences. Toujours journaliste dans l'âme et ouvert sur le monde, mon père enseignait alors dans une école primaire du boulevard Diderot, à Paris dans le 12e, avec des méthodes non conventionnelles car il accueillait beaucoup d'enfants de réfugiés, en particulier des Chinois qui fuyaient le régime de Mao, le "Grand Bond en avant" et la famine.
Journal d'Alsace et de Lorraine, une page de 1946
Journal d'Alsace et de Lorraine, une page de 1946
  • Pour en revenir à son métier de journaliste, j’ai retrouvé assez récemment ses articles parus dans le Journal d’Alsace et de Lorraine pendant les années 1947-1948, les années de l’après-guerre, de la reconstruction, où tout manquait, où la France était pauvre et où, disait-il, elle sacrifiait sa jeunesse.

  • La France est-elle pauvre aujourd'hui ?

  • Oui, si l'en croit le site de l’Observatoire des inégalités : http://www.inegalites.fr

  • Mais d'autres vous diront aussi que d'une certaine façon, elle n'a jamais été aussi riche.

  • Sacrifie-elle sa jeunesse ? Il me semble que oui, mais vous n'êtes peut-être pas de mon avis.

  • Quoi qu'il en soit, il me semble intéressant de confronter certains de ces articles, sur ces thèmes et sur d'autres, avec la réalité d’aujourd’hui.

  • Ce sont des extraits de ces articles, écrits sous son nom de Jacques Schneider ou sous les pseudos de Jacques Michel ou Pierre Alven, que vous trouverez prochainement dans cette rubrique.

  • A bientôt !

Partager cet article

Repost 0